EquerreJanetScerri

Systme du QuŽbŽcium.

Mise en Žquerres du tableau de Janet-Scerri des ŽlŽments chimiques.

Pierre Demers

26II-8III2010

Traduction interdite.

Termes de rŽfŽrence : 

RŽsumŽ. ƒric Scerri a recommandŽ un tableau pŽriodique 2D des ŽlŽments chimiques z=1 ˆ 120 en rŽcrivant sur 7 lignes celui de Janet. Je montre que ce tableau, par des manipulations gŽomŽtriques, donne facilement naissance ˆ 40 Žquerres ŽquilatŽrales, qui sÕassemblent naturellement en 4 strates carrŽes. Ces strates, divisŽes selon les spins – et +, donnent le tableau elliptique du quŽbŽcium 2D. -  On remplace dans les strates les cases carrŽes par des sphres, on les rŽorganise par des glissements pour obtenir des strates losanges, puis par des retournements, des empilements 3D en forme de troncs de tŽtradres ayant 2 niveaux par strate. Les 4 troncs obtenus se superposent pour sÕinscrire dans un tŽtradre rŽgulier 3D ayant 8 sphres de c™tŽ et 8 niveaux. – Si on remplace les cases carrŽes par des triangles ŽquilatŽraux, on aboutit ˆ 4 surfaces triangulaires occupŽes par les cases, inscrites dans un tŽtradre rŽgulier. – On voit une fois de plus que la gŽomŽtrie quantique offre une explication globale de lÕorganisation du tableau, inexpliquŽe jusquՈ maintenant au-delˆ de la pŽriode 2 traditionnelle. RŽf. 1, 2.

 

Le tableau Janet-Scerri et ses transformations.

Le tableau Janet-Scerri se trouve ˆ la figure 3 rŽfrence 1. Il comporte 7 lignes, la 1re contenant la 1re et la 2e ligne de celui de Janet. Je le rŽcris avec les couleurs RJVB pour les ŽlŽments spdf, et des additions le complŽtant jusquՈ z = 120.

Les figures 1 ˆ 4 montrent le tableau de Janet-Scerri, puis sa rŽŽcriture en cubes au lieu de cases. LÕusage de ces cubes a ŽtŽ dŽcrit RŽf. 3. Ces cubes sont ensuite formŽs en Žquerres symŽtriques.

Fig. 1. Le tableau Janet-Scerri. Les lignes 1 et 2 du tableau de Janet sont ici rŽunies en une seule. RŽf. 1. Ces 2 lignes sont montrŽes distinctes dans lÕencart.

 

Fig. 2. . Le tableau Janet-Scerri en cubes, dont les parois sont vert p‰le ou rose pour les spins - ou +. Le code est RJVB pour spdf. LÕassemblage est divisŽ en 16 blocs dÕun cube, 12 de 3, 8 de 5, 4 de 7, un bloc par demi sous-couche. Remarquez les impairs.

 

Fig. 3. Seize Žquerres symŽtriques formŽes dÕun cube-ŽlŽment, 12 de 3. Les Žquerres dÕun cube nÕont pas de bras.

 

Fig. 4. Huit Žquerres symŽtriques formŽes de 5 cubes-ŽlŽments, 4 de 7.

 

Ces 40 Žquerres peuvent sÕassembler de multiples faons. Celles de mme pŽriode peuvent ainsi donner 8 assemblages compacts rectangulaires, renfermant chacun 2 quadrants Žgaux. De la sorte, appara”t une sorte de symŽtrie gŽnŽrale ˆ tout le tableau des ŽlŽments. Fig. 5. Ces rectangles forment 4 paires que jÕai appelŽes des strates. Je prŽfre la disposition selon la figure 6 en strates carrŽes, les quadrants dÕune pŽriode Žtant de symŽtrique par rapport aucentre du carrŽ  La structure de la strate 4 se rŽpte dans les autres avec des suppressions.

Fig. 5. Assemblages des cubes en 8 rectangles, un par pŽriode. Les rectangles forment 4 paires semblables 2 ˆ 2. Ils sont composŽs chacun de 2 quadrants carrŽs.

 

Fig 6. Systme du quŽbŽcium. Tableau semi-elliptique. Seize quadrants en 4 strates. Les spins -+ alternent de lÔouest verslÕest. On peut empiler les strates On voit dans chaque case, en haut ˆ droite, le numŽro de la colonne traditionnelle. Ce numŽro est rŽpŽtŽ 2 fois dans lÕempilement.

 

Les 4 strates sÕinscrivent sensiblement dans une demi-ellipse. RŽpondant au programme idŽal de Nemmi No‘ther de recherche de symŽtries fondamentales, le tableau semi-elliptique prŽsente une symŽtrie de structure concentrique autour du centre de figure de chaque strate.  On peut atteindre une symŽtrie de structure autour du centre de figure.de lÕensemble du tableau en dŽplaant 6 quadrants vers lÕest. La figure est un double miroir, les miroirs sont lÕaxe nord-sud et lÕaxe ouest-est. CÕest le tableau elliptique des ŽlŽments Fig. 7.

Dans ce tableau, les 4 ŽlŽments placŽs symŽtriquement selon des X ont les mmes valeurs de l et m, ils diffrent par les valeurs de n et s.

Fig. 7. Systme du quŽbŽcium. Tableau elliptique. Seize quadrants en 8 demi-strates, spins -+ ouest est.Tableau elliptique.

 

Tableau 1, relatif au tableau elliptique Fig. 7.

valeurs l et m dans les cases du quadrant NO

Strate 1.....2................3...............................4

RangŽe du haut

...............................................................f0, f-1, f-2, .f-3 ;

..................................d0, d-1, d-2,        f1, d0, d-1, d-2 ;

...............p0, p-1,      d1, p0,  p-1,         f2, d1, p0,  p-1 ;

s0,          p1,  s0,       d2, p1,   s0,          f3, d2, p1,  s0.

RangŽe du bas

 

Ces valeurs se rŽptent avec symŽtries miroirs dans les 3 autres quadrants

Les ŽlŽments rŽpŽtŽs par symŽtries miroirs forment une tŽtrade. En groupant les ŽlŽments par tŽtrades, on obtient un tableau quart dÕellipse de 30 tŽtrades. Fig. 8

Fig. 8. Systme du quŽbŽcium. Tableau en quart dÕellipse de 30 tŽtrades. Dans une tŽtrade on inscrit les 4 ŽlŽments dÕune strate ayant les mmes valeurs de l et de m.

 

Ë lÕintŽrieur dÕune tŽtrade, les 4 ŽlŽments ont les mmes valeurs de l et de m, , ils diffrent par les valeurs de n et s. Voici les valeurs de l et m dans les 30 tŽtrades en commenant par la rangŽe supŽrieure. Tableau 1.

 

Tableau 2, relatif au tableau en quart dÕellipse Fig. 8.

valeurs l et m dans les tŽtrades

Strate 1.....2................3...............................4

RangŽe du haut

...............................................................f0, f-1, f-2, .f-3 ;

..................................d0, d-1, d-2,        f1, d0, d-1, d-2 ;

...............p0, p-1,      d1, p0,  p-1,         f2, d1, p0,  p-1 ;

s0,          p1,  s0,       d2, p1,   s0,          f3, d2, p1,  s0

RangŽe du bas

 

Passage ˆ 3D.

Dans le tableau semi-elliptique, je remplace les cases en carrŽs ou en cubes par des boules sÕy logeant. Dans chaque strate elles forment en arrangement carrŽ ayant n boules de c™tŽ et comptant n2 boules = 4, 16, 36 ou 64, et je les contrains ˆ prendre un arrangement losange. Cet arrangement possde, ˆ sa plus grande largeur, une suite rectiligne de n boules.  Autour de cette suite, je fais pivoter vers le haut lÔensemble des [n(n-1)]/2 boules situŽes dÕun c™tŽ, et elles viennent sÕappliquer au dessus des autres, Žtablissant une structure de 2 Žtages. Fig. 9. Cette structure 3D sÕinscrit dans un tronc de tŽtradre rŽgulier. Les 4 structures superposŽes avec leurs 8 niveaux sÕinscrivent dans un tŽtradre rŽgulier. Fig. 10.

Fig. 9. Exemple de passage ˆ 3D. Les 16 casesde la strate 2 sont devenues 16 boules en arrangement carrŽ. Par contrainte, elles sÔarrangent en losange. Par pivotement, 6 boules se placent au dessus des 10 autres. Il rŽsulte un empilement en tronc de tŽtradre.

 

Fig. 10.Tableau en tŽtradre de boules. Il sÕincrit dans un cube, une arte par face du cube. La strate 4 avec ses 64 boules commence dans les deux niveaux de boules B et sՎtend vers le bas de la figure. JÕai rŽalisŽ ce tableau fin 1998. RŽf. 4.

 

 

Fig. 11. Tableau en 4 feuilles triangulaires portant les cases triangles des ŽlŽments, inscrites dans un tŽtradre rŽgulier. Les ŽlŽments sont figurŽs par des triangles en tte-bche. La strate 4 est ˆ gauche. Mars 2010.

RŽf. 14

 

La gŽomŽtrie du tŽtradre rŽgulier lui permet de loger exactement des carrŽs, des rectangles et plus gŽnŽralement, des trapzes, sÕappuyant sur 2 faces didres, ayant une arte commune, comme je lÕai dŽcrit dans ma publication RŽf. 14. Gr‰ce ˆ ce principe, Tsimmermann a pu reprŽsenter la totalitŽ des 120 ŽlŽments par des cartes rectangulaires logŽes dans un tŽtradre ; chaque carte portant des cases rectangulaires portant le nom dÕun ŽlŽment. Une carte pour chaque valeur de l, il y 4 cartes : spdf. En modifiant sa prŽsentation, je prŽsente les 4 strates sous lÕaspect dÕun empilement de cartes carrŽes logŽes dans un didre dÕun tŽtradre. Fig. 12.

Fig. 12. Ë lÕintŽrieur dÕun tŽtradre rŽgulier, les 4 strates sont reprŽsentŽes chacune par une carte carrŽe assises sur 2 faces didres. LÕarte didre est en haut. Mars 2010.

 

Pourquoi lÕexistence des strates?

Dans le langage du systme traditionnel, pourquoi les pŽriodes 3, 4, 5, 6 et 7 ont-elles respectivement 8, 16, 16, 32 et 32 termes, alors que, conformŽment ˆ une certaine extension du modle de Bohr de lÕatome H, la prŽvision est quÕelles devraient en avoir 18, 32, 50, 72 et 96? Cette prŽvision erronŽe est trs loin de la rŽalitŽ, et cÕest peut-tre pour cette raison quÕelle est rarement exposŽe dans la littŽrature; elle discrŽdite en quelque sorte le modle de Bohr lorsquÕon essaie de lÕappliquer aux atomes autres que H. Et encore, pourquoi, lorsquÕon observe le tableau de Mendeleev traditionnel solidement implantŽ partout, peut-on observer que les pŽriodes se prŽsentent en paires de mmes longueurs aprs la 1re , soit 8 et 8, 18 et 18, 32 et 32?

1. JÕai dÕabord formalisŽ lÕaffirmation empirique et jÕen ai fait une rgle, quitte ˆ la justifier plus tard, et cÕest mon 1er postulat:

 Çles pŽriodes se prŽsentent par paires dՎgales longueurs È, que jÕappelle strates.

2. Et voici mon 2e postulat :

Ç la suite de ŽlŽments finit sur un gaz rare que jÕai appelŽ quŽbŽcium, de numŽro z = 118. È

3. Il me fallait ajouter une remarque ou un 3e postulat :

Ç pour des raisons inconnues, la rgle ne sÕapplique pas ˆ la 1re strate, qui ne contient quÕune pŽriode, de 2 ŽlŽments, H et He. È

De la sorte, il y a 4 strates.

Je tiens pour importante la notion gŽnŽralisŽe de strate pour assurer telle symŽtrie dÕensemble dÕordre 4 du tableau, afin quÕon puisse le considŽrer comme formŽ de 4 parties similaires. Il serait dificilement concevable que les 2 premiers ŽlŽments Žchappent ˆ une rgle aussi Žvidemment vŽrifiŽe dans les nombreux ŽlŽments qui les suivent. CՎtait ma conclusion en 1997. RŽf. 5.

Il fallait donc impŽrativement corriger cette erreur de la nature, me disais-je. Un peu plus, jÕaurais proclamŽ : Ç SymŽtrie dÕabord, expŽrience ensuite È ! Il faut 2 pŽriodes et 4 ŽlŽments dans la strate 1

JÕai tentŽ de placer les 2 ŽlŽments spŽculatifs 119 et 120 dans une pŽriode virtuelle prŽcŽdant celle contenant H et He. Cette tentative pouvant se justifier par une hypothŽtique nouvelle rgle de symŽtrie, qui affirmerait que la disposition des ŽlŽments constituerait un cycle fermŽ sur lui mme au nombre 120. Mais cette nouvelle rgle para”t extravagante, car, pourquoi imposer lÕidŽe ad hoc dÕun cycle fermŽ

Et je je me trouvais confrontŽ ˆ une prŽvention que je voulais respecter, je voulais respecter une tradition qui me paraissait intouchable, remontant ˆ Mendeleev lui-mme savoir que 1re pŽriode soit obligatoirement confinŽe ˆ 2 ŽlŽments, et suivie dÕune 2e pŽriode de 8 ŽlŽments et non de 2. La tradition exigeant en outre que toute pŽriode commence par un alcalin et se termine sur un gaz rare.

JÕai commensŽ ˆ penser quÕil nÕy avait pas une erreur de la nature, mais une erreur humaine. Une erreur humaine ou disons plut™t un mauvais choix dans la reprŽsenttion du commencement du tableau.

JÕai connu le tableau de Charles Janet par le livre de Van Spronsen, qui le prŽsente sans le recommander. Ce tableau crŽŽ une 2e ligne contenant les 2 ŽlŽments Li et Be enlevŽs ˆ la 2e pŽriode traditionnelle, et qui termine ses lignes sur un ŽlŽment s+, et que jÕappelle invariablement un alcalino-terreux mme sÕil sÕagit de He. RŽf. 9, 10.

Cela mÕa encouragŽ ˆ passer outre ˆ ma prŽvention ci-dessus et ˆ envisager une 2e pŽriode contenant Li et Be et des pŽriodes se terminant sur un alcalino-terreux. Le caractre de lՎlŽment au dŽbut dÕune pŽriode varie selon la strate, il est le mme pour les 2 pŽriodes dÕune strate. Une raison de symŽtrie supplŽmentaire se prŽsente : dans une pŽriode de la nouvelle Žcriture, la valeur de l est fonction dŽcroissante de z et la valeur de n est fonction croissante de z.                                                                                                                                                                                                                                                                                           

JÕai alors modifiŽ mon 2e postulat et je me suis attachŽ ˆ 120 pour le nombre dՎlŽments. Ce nombre est remarquable car il est le produit des 5 1ers nombres : 1X2X3X4X5 = 120. Regardez non les lis des champs mais les doigts de la main. Fig. 13.

Fig. 13. De ma main gauche. Le produit des 5 premiers nombres est Žgal ˆ 120.

 

Le quŽbŽcium perd son attrait de dernier ŽlŽment de la liste, mais conserve celui de dernier gaz rare. Le dernier ŽlŽment z=120 appelŽ officiellement et temporairement Ubn pourrait sÕappeler Janetium symbole Jt.

Janet lÕanticipateur a donc prŽvu ds 1928 la rŽpartition de la suite des ŽlŽments telle que je la propose : huit lignes que jÕappelle des pŽriodes, quÕil a montrŽes formant des paires ayant mme longueur, auxquelles il nÕa pas attachŽ une appellation ,  que jÕappelle des strates. Cela se trouve dans notre point de dŽpart Fig. 1.

Reste ˆ trouver le pourquoi des strates assurant la symŽtrie 4 du tableau. On lÕappelle universellement pŽriodique et elle lÕest ˆ sa manire, mais cette appellation sŽcurisante a peut-tre empŽchŽ quÕon dŽcouvre plus t™t une rŽŽcriture convenable rŽvŽlant sa symŽtrie. Je crois opportun de conserver lÕappellation historique de systme du quŽbŽcium, ce qui est son nom de baptme, mais de parler au besoin de tableaux symŽtriques des ŽlŽments.

JÕai proposŽ en 2004 une explication fondŽe sur les c™nes de prŽcession virtuels des spins des Žlectrons caractŽristiques appartenant aux ŽlŽments successifs. En plus du doublage imaginŽ par Pauli et liŽ aux spins – et +, il existerait une tendance au quadruplage, 4 spins sÕengageant dans une structure saturante, gŽomŽtriquement identique ˆ celle qui dŽtermine la prolifŽration, si utile ˆ la vie, des structures tŽtraŽdriques du carbone. RŽf. 11, 13, 14.

Fig. 14. Extrait page 17 de RŽf. 13. Je propose dÕattribuer un c™ne de prŽcession dÕouverture 109,471o = 2arccos(1/Ã3) ˆ lՎlectron caractŽristique de chacun des ŽlŽments dÕune tŽtrade (ici Mn, Zn, Tc, Cd). Les 4 c™nes accolŽs avec centres communs saturent la sphre des angles solides 4pi. Cette saturation est rŽalisŽe exactement et non sensiblement comme il est Žcrit. Saturation ne veut pas dire remplissage. Les axes des c™nes et leurs faces planes dŽcrivent un tŽtradre aussi bien que les 4 valences Žgales du carbone tŽtraŽdrique.

 

Conclusion.

Voilˆ. Le tableau de Janet-Scerri possde certaines symŽtries, mais surtout, il recŽle des symŽtries latentes que la mise en Žquerres, suivie de manipulations gŽomŽtriques, permet de mettre en Žvidence dans des prŽsentations bi- et tridimensionnelles. Ces manipulations, ˆ la lumire de la thŽorie du spin de lՎlectron, suggrent un principe nouveau,  doublement de celui de Pauli disant que les ŽlŽments existent en orbitales, cˆd par paires. Le principe nouveau dit que les ŽlŽments existent en tŽtrades associant 2 orbitales, cˆd par paires de paires.

La suite numŽrique des ŽlŽments dans le tableau est expliquŽe et sՎtablit ainsi : 4 strates de 2 pŽriodes de mme longueur chacune. Les strates successives renferment les nombres suivants dՎlŽments : 4, 16, 36 et 64.

JÕai montrŽ quelques reprŽsentations logiques du tableau, dÕautres encore sont possibles et sÕajouteront sans doute.

 

CivilitŽs.

ƒric Scerri mÕayant annoncŽ son passage prochain au QuŽbec, cette annonce mÕa conduit ˆ porter une attention spŽciale ˆ son Ïuvre, consacrŽe en partie ˆ lՎtude des triades. La mienne est plut™t orientŽe vers les tŽtrades et je la lui soumets.

Je remercie mon fils Patrick Demers, expert-informaticien pour son, aide assidue.

 

RŽfŽrences.

1.  ƒric Scerri 2008, (R™le des triades dans lՎvolution du systme pŽriodique des ŽlŽments, au passŽ et au prŽsent)

 The Role of Triads in the Evolution of the Periodic System, Past and Present, Journal of Chemical Education, 85, 585-589, 2008

NDLR. Les triades reprŽsentent une sorte de symŽtrie.

 

2. ƒric Scerri 2007, (LÕhŽritage MendŽlŽŽvien : le systme pŽriodique) MendeleevÕs Legacy: The Periodic System, ©2007 Chemical Heritage Magazine, printemps 2007, Vol. 25, No 1

http://www.chemheritage.org/pubs//ch-v25n1-articles/feature_mendeleev_print.html

Traduction et soulignŽs NDLR.

Les rgles gouvernant lÕattribution des nombres quantiques furent rigoureusement expliquŽes par la thŽorie quantique, de sorte que les 2 1res couches contiennent au maximum 2 et 8 Žlectrons – et on eut ainsi enfin une explication des longueurs des 2 1res pŽriodes du tableau ! Des considŽrations semblables appliquŽes aux couches 3 et 4 annoncent 18 et 32 Žlectrons respectivement, mais cela ne sÕaccorde pas avec la rŽpartition des ŽlŽments dans le tableau pŽriodique. Et cÕest lˆ tout un problme : la 3e pŽriode contient 8 Žlectrons au lieu de 18.

 

Tout compte fait, les nombres quantiques paraissent fournir une explication dŽductive satisfaisante du nombre total que chaque couche peut renfermer, mais en revanche la correspondance de ces valeurs avec les nombres dՎlŽments dans les pŽriodes est en quelque sorte une co•ncidence fortuite. LÕordonnance bien connue du remplissage des orbitales spdf* (*diagramme manquant) a ŽtŽ dŽterminŽe essentiellement de faon empirique.

Bohr a ŽchouŽ ˆ dŽduire lÕordre du remplissage des orbitales, et comme certains auteurs lÕont reconnu, cÕest lˆ un des grands problmes de la mŽcanique quantique.

É

Concernant le systme de Mendeleev, a question nÕest plus de savoir sÕil est valide, mais plut™t, de trouver quelle serait la meilleure manire de le reprŽsenter**É

 

ÉThe rules that govern the assignment of quantum numbers are rigorously explained by quantum theory, with the outcome that the first 2 shells contain a maximum of 2 and 8 electrons—at long last an explanation for the lengths of the first two periods of the table! Similar considerations for the 3rd and 4th shells predict 18 and 32 electrons respectively, but this is not in accordance with the arrangement of the elements in the periodic table.

 

The problem is this: the third row of the periodic table contains 8, not 18, electrons. It turns out that while quantum numbers provide a satisfying deductive explanation of the total number of electrons that any shell can hold, the correspondence of these values with the number of elements that occur in any particular period is something of a coincidence. The familiar sequence in which the s, p, d, and f orbitals are filled (see diagram, left) has essentially been determined by empirical means. Indeed, BohrÕs failure to derive the order for the filling of the orbitals has been described by some as one of the outstanding problems of quantum mechanics.

É

The problem is no longer the validity of MendeleevÕs system, but the best way to represent it.

 

NDLR. ** La validitŽ du sytme de MendŽlŽev est-elle vraiment hors de question ?La reprŽsentation serait-elle donc sans grande importance dans un systme tel que celui de Mendeleev ? Un systme reprŽsentŽ par un tableau est de ce fait nŽcessairement associŽ ˆ la topologie et ˆ la gŽomŽtrie, et, de nos jours, ˆ la thŽorie quantique ; toutes disciplines que jÕinvoque dans le systme du quŽbŽcium. LÕintroduction dÕune reprŽsentation nouvelle peut conduire ˆ rŽviser le systme. - Il nÕy a pas un tableau idŽal unique, une multitude de tableaux sont possibles qui sont scientifiquement corrects, mais inŽgaux devant notre besoin de comprendre la structure de lÕatome et en particulier sa symŽtrie dÕordre 4. Le systme du quŽbŽcium et ses tableaux, ˆ la diffŽrence de ce qui Žtait admis jusquÕici, mettent en Žvidence pour la 1re fois cette symŽtrie et annoncent une comprŽhension meilleure de lÕorganisation de lÕatome.

 

 

Fig 15. Systme du quŽbŽcium. Tableau elliptique dÕaprs RŽf. 3 ACFAS. Il dŽmontre une symŽtrie double miroir des valeurs l et m.  RŽf. 5, 6, 7, 8.

Tableau pŽriodique elliptique_2.png

 

RŽf. 3. Pierre Demers 2004, Un jeu de blocs qui enseigne la nouvelle classification des ŽlŽments  Chapitre 3, LeSystme du QuŽbŽcium, 2e Ždition,

http://www.lisulf.quebec/QbSyst2e.23quater.html,; mme titre, projet ACFAS, http://www.lisulf.quebec/ACFAS2004jeublocsQb.html

Fig. 16. Bo”tes cubiques. Archives Alpha Plastiques 1998.

 

RŽf. 4. Alpha Plastiques 1998,  MŽmoire, bo”te cubique 14 1/4 dÕarte, datŽ de septembre 1998. Bo”te employŽe ˆ lՎpoque tableau 3D de 120 boules Fig. 10. -  Fig. 16.

 

RŽf. 5. Pierre Demers 2010 (Pierre Demers 1997),  Systme du QuŽbŽcium, Le tableau pŽriodique des ŽlŽments est un double miroir, ˆ venir

 

RŽf. 6. Pierre Demers 1997),  Systme du QuŽbŽcium, Le tableau pŽriodique des ŽlŽments ISBN 2-9802454-4-5, PUM 4e trimestre 1997, traduction interdite,

 

RŽf. 7. Pierre Demers 2004,   Systme du QuŽbŽcium La nouvelle classification des ŽlŽments, ISBN 2-9802454-7-X, PUM 2e trimestre 2004, traduction interdite,

 

RŽf. 8. Pierre Demers 2004,   Systme du QuŽbŽcium La nouvelle classification des ŽlŽments, ISBN 2-9802454-7-X, PUM 5. Pierre Demers 2010,   Systme du QuŽbŽcium, traduction interdite, site : http://www.lisulf.quebec/quebecium.html

 

RŽf. 9. Lo•c Casson 2009, CTHS, 134e congrs, Bordeaux, 2009 ,
CŽlbres ou obscurs. Hommes et femmes dans leurs territoires et leur histoire Charles Janet (1849-1932), un savant obscur en passe de sortir de l'ombre, http://cths.fr/co/communication.php?id=4009,

 

RŽf. 10. Lo•c Casson 2009, Charles Janet, un savant oubliŽ, Soc. AcadŽmique de lÕOise, MŽmoires, Mars 2008,

http://soc.acad.oise.free.fr/bulletin.htm

loic.casson@infonie.fr

 

RŽf. 11. Pierre Demers 2005, Systme du QuŽbŽcium, C™nes de prŽcession du spin des Žlectrons. TŽtrades de cesc™nes, http://www.lisulf.quebec/PrecessionSpinhtml, 18-Dec-2005
 

RŽf. 12. Pierre Demers 2007, Systme du QuŽbŽcium. GŽomŽtrie quantique */**

http://www.lisulf.quebec/GQ1sur2, 28-Jan-2007

 

RŽf. 13. Pierre Demers 2004, Systme du QuŽbŽcium Le Tableau elliptique des ŽlŽments par Pierre Demers. Une collection de tableaux, ISBN 2-9802454-8-8, PUM2004

http://www.er.uqam.ca/nobel/c3410/Catalogue11XII2004.html

 

RŽf. 14. Pierre Demers 2010 Systme du QuŽbŽcium. Le tŽtradre dans la classification des ŽlŽments chimiques. Une note historique. Une version nouvelle du tableau tŽtraŽdrique des ŽlŽments,12-26I2010 QbtetraNveau.htm

-30-