PrŽgnance universelle.

http://www.lisulf.quebec/quebecium.htm

qb18G1828G22G1818141412

Systme du QuŽbŽcium.

"Lˆ o cro”t le pŽril..."

Une prŽgnance universelle.

Hubert Reeves et la prŽgnance dans l'Univers selon son dernier livre.

Un parallle avec la crŽation et l'Žvolution selon le systme du QuŽbŽcium .

Pierre Demers.

Traduction interdite.

14XI2013.

 

Sommaire. "La o cro”t le pŽril... cro”t aussi ce qui sauve." C'est le titre du dernier livre de Hubert Reeves. Il y dŽveloppe de thme de l'organisation de l'Univers au point de vue de l'apparition de l'tre humain et aussi, de sa survie. Il examine critiquement l'affirmation de Jacques Monod sur le r™le du hasard et suggre, dans un passage que j'isole : " la matire Žtait grosse de la vie et la vie Žtait grosse de l'homme. Il Žcrit encore : Ç lois fertiles È, pour  qualifier celles qui gouvernent la matire.  Des rapprochements sont possibles avec le contenu de certaines de mes publications sur la crŽation de la matire et de l'tre humain. 

Le 13 XI 2013. Extraits du livre de Hubert Reeves. Matire ˆ rŽflexion.

P. 138.  Des lois fertiles

En 1970, dans son

livre Le Hasard et la NŽcessitŽ, Jacques Monod Žcrivait :

Ç La matire n'est pas grosse de la vie, la vie n'est pas grosse

de l'homme. È En d'autres mots, selon lui, rien n'aurait pu

laisser prŽvoir l'apparition future de la vie et de l'homme

dans le magma indiffŽrenciŽ de l'univers primordial.

...

P. 140. Nous avons appris que les lois de la physique possdent

exactement les propriŽtŽs requises pour la structuration

du monde. Autrement dit, si ces lois avaient ŽtŽ un tant

soit peu diffŽrentes, la vie ne serait jamais  apparue sur

laTerre. Pour cette raison, on les dit Ç lois fertiles È.

 

La vie est une image de l'atome.

L'atome et la vie ont des organisations semblables. Je parle spŽcialement des Žlectrons atomiques d'une part et de l'anatomie des vivants pluricellulaires d'autre part. Des cortges Žlectroniques autour des noyaux positifs, et des mammifres de l'Žvolution avancŽe. En dŽfinitive, de la structure de l'ŽlŽment le plus lourd et du terme de l'Žvolution observable, l'tre humain.

 

On sait aujourd'hui, dans la liste, s'arrter au JanŽtium 120 ou commodŽment, disons dans notre langage, au QuŽbŽcium 118 (118/120, augmentŽ de 2 numŽros ...). Le QuŽbŽcium contient tous les ŽlŽments connus, de 1 ˆ 118. Le genre Homo contient dans son histoire toute l'Žvolution de la vie depuis les unicellulaires.

 

Je dis donc qu'il convient d'apercevoir un parallle entre l'atome par excellence Qb et le vivant par excellence Homo, parce qu'ils possdent des organisations possŽdant des caractres semblables. Ils sont l'un et l'autre des systmes, ayant des parties munies de relations entre elles.

 

Certaines parties d'un individu du genre Homo sont Žvidentes ˆ tous depuis l'enfance, ce sont les membres, bras et jambes, tous les enfants de tous les pays font d'eux-mmes des dessins tous semblables ds l'‰ge de 5 ou 6 ans. Fig. montrant les 4 membres.

 

Les parties de l'atome Qb ne sont pas visibles ˆ l'oeil nu. Tout atome isolŽ est grosso modo de symŽtrie sphŽrique, comme la force centrale du noyau. Les parties mises en cause apparaissent dans un tableau rationnel des 120 ŽlŽments.

Le tableau rationnel le plus adaptŽ ˆ cette mise en Žvidence est le tableau carrŽ du Systme du QuŽbŽcium. Fig. montrant les 4 quadrants.

Fait digne d'attention, chaque quadrant contient 30 ŽlŽments, ce qui est Žtabli depuis peu. Par ailleurs, chaque membre humain est un assemblage de 30 os et cela est connu depuis des sicles.

De plus, le nombre 30 est associŽ aux fondements des mathŽmatiques, en thŽorie des nombres premiers et figurŽs et en gŽomŽtrie; 30 sphres s'assemblent pour donner une pyramide ˆ base carrŽe,  ayant 4 c™tŽs. Fig. ; 4 fois 30 donne 120. Fig.

Il y a lieu d'appeler 30 et ses associŽs 4 et 120, des nombres magiques au sens des nombres magiques de Goeppert-Mayer et  ZZZ pour la structure des noyaux.

30, nombre magique de la nature pour ce qui concerne atomes et vivants. 30 est ce que Platon appela une idŽe, qui n'existe que dans le monde des idŽes, impalpable et apanage des tres pensants que sont les humains.  Cela n'empche pas qu'on puisse le figurer par la parole parlŽe ou Žcrite et par des objets appartenant ˆ la gŽomŽtrie. RenŽ Thom l'a dit: comprendre, c'est gŽomŽtriser.

Une exigence naturelle aussi Žnorme - pour utilser un adjectif  choix de Reeves,  pour qualifier le genre Homo,  et universelle s'est donc imposŽe universellement dans le cours du temps. Ce fut une idŽe et un plan.

On est alors tentŽ de dire que l'Žvolution s'est faite en temps nŽgatif: d'abord le genre Homo pour porter l'idŽe de 30, ensuite le dŽbut de la matire. Mais, rationnellement, le temps ne peut s'Žcouler que dans un sens, inŽluctable.

Or l'atome a prŽcŽdŽ le genre Homo. L'alternative, solution rationnellement unique s'impose: avant tout, dans l'Univers, il y eut un Surhomme. Il est, de tout temps,  hors du temps,  comme l'idŽe qu'il porte.

Le Buisson ardent? Ce que vit et entendit Mo•se en terre d'ƒgypte, un buisson bržlant sans se consumer,  une voix en rŽponse ˆ son Žtonnement: Je suis celui qui suis. Hors du temps, dans l'ŽternitŽ des idŽes et de la vŽritŽ. ètre suprme, unique par nŽcessitŽ rationnelle.

Ë suivre.

Ë mesure que j'aurai lu et compris ce livre, que j'aurai revu mes propres contributions. Par exemple, des lois et paramtres atomiques bien ajustŽs. 14XI2013

.ˆ o cro”t le pŽril... cro”t aussi ce qui sauve - HUBERT REEVES.

Chez tous les libraires. Depuis septembre 2013.

--30--