lisulfsf

SF028

prŽcŽdent SF027

suivant SF029

Science et Francophonie

Aožt 2013 No 028

Version du 17 novembre 2013, du 27II2026.

RŽdacteur en chef Pierre Demers  Science et Francophonie para”t en ligne.

Para”t sous lÕautoritŽ de la LISULF.  Ligue Internationale des Scientifiques pour lÕUsage de la Langue Franaise.

Science et Francophonie: Pierre Demers, RŽdacteur en chef; Patrick Demers, Informaticien  en rŽsidence, Maurice Day, Graphiste, . HŽlne Trudeau, Grammairienne; on demande des aides ˆ la rŽdaction.

Auteurs, adressez vos textes format Word par courriel pierre.demers@lisulf.quebec

Il nÕy a pas dÕabonnement. SVP versez votre cotisation 2013 votre chque en 2013:

25 $ ou 25 Euros, Žtudiant 10$ ou 10 Euros, corporatif 200$ ou 200 Euros chque ˆ LISULF, 1200 Latour, Saint Laurent H4L 4S4 Qc.

Et vous serez assurŽ de recevoir S&F en ligne. Copie autorisŽe et encouragŽe avec mention de l'origine.

MM Mmes les bibliothŽcaires, vous tes invitŽs ˆ prendre des copies papier et ˆ les mettre sur les prŽsentoirs.

Et ensuite en archives SVP.

*Voudriez-vous confirmer que vous le faites effectivement ? Bibliothques nationales et autres.

Traduction interdite : interdiction de traduire vers l'anglais les articles de rŽdaction. INSN.0825.9879. ƒditions PUM.

Presses Universitaires de MontrŽal.

Bureau de la LISULF: Maurice Day, TrŽsorier, Marcel SauvŽ, SecrŽtaire, Pierre Demers, PrŽsident, Yves Saint-Denis, HŽlne Trudeau.

LISULF corporation aux buts non lucratifs buts : promouvoir lÕusage du franais en science et autrement, et lÕaccs du QuŽbec ˆ lÔindŽpendance; enregistrŽe sous la loi du QuŽbec et reconnue pour fins dÕimp™t par le gouvernement du Canada ˆ Ottawa RPFI No d'enregistrement QC 0600643 - 21 - 08. Reu pour fins d'imp™t (QuŽbec - Canada). EnregistrŽe France, Belgique. DŽp™t BN QuŽbec, Canada, France, Belgique.

 

Science et Francophonie. Contenu du No 028, aožt 2013, paraissant le 16 novembre 2013

 

Aožt 2013 No 028

Le temps passe.

*Notre ma”tre le passŽ.

Pierre Demers

Le temps passe, l'avenir s'en vient

**Une province ou une Province. Et ensuite?

Pierre Demers.

Pensons aux vieilles dettes.

La dette du Haut-Canada, le scandale torontois

***Province du Canada 1841-1867.

Un Acte du Parlement Britannique 1842

HŽlne Trudeau, traductrice, Gaston Bernier, BAsnQ, Pierre Demers.

Le R. U. paiera l'intŽrt sur un emprunt sur sa colonie du Canada-Uni poura contracter pour des travaux entrepris, de 1 500 000 Livres sterling soit 6 000 000 $ Can.

La dette du Haut-Canada, le scandale Torontois.

****Transferts de capitaux.

Marcel SauvŽ, Pierre Demers.

QUE nos scientifiques publient, en franais, sur la toile!

*****L'UniversitŽ, les publications scientifiques numŽriques en franais.

Mme Fioraso, Claude Coulombe, Pierre Demers.

Un Žchange sympathique de messages.

Ds 1760.

***** *Les Anglais ont manquŽ leur chance. Dommage!

Baptiste.

NDLR. Mon ami Baptiste m'a confiŽ ce texte, que je publie.

La dette du Haut-Canada, le scandale Torontois.

***** **L'Žtude de Pierre Corbeil, une analyse comptable.

Pierre Demers.

L'atome MontrŽalais.

***** *** Une correspondance

visant ˆ rapatrier les archives du Laboratoire atomique ˆ l'UdeM, 1943-1945.

Antoine ThŽort et Pierre Demers.

 

***** ****Un dialogue avec le Recteur Breton.

Pierre Demers.

RŽf. Maurice Day, HŽlne Trudeau, Marilou Garon.

 

***** *****Votre cotisation 2013.

Le TrŽsorier.

Dernire heure.

***** ***** *L'unique victoire militaire du Bas-Canada, Saint-Denis 1837!

CommŽmoration journŽe le 24 novembre 2013. RŽf. SSJBM

Baptiste, RhŽal Mathieu.

NDLR. Mon ami Baptiste m'a confiŽ ce texte, que je publie, ayant ŽtŽ alertŽ par RhŽal Mathieu.

 

----------O--------------

----------------O------------------------------------

Le temps passe.

*Notre ma”tre le passŽ.

Pierre Demers

 

Le temps passe, les acteurs se succdent, mais leurs actes restent et affectent durablement les gŽnŽrations.

Ainsi s'inscrit l'histoire, et c'est le cas du peuple du QuŽbec en voie d'affirmer son identitŽ de pays et qui est encore une province en 2013.

----------O--------------

----------------O------------------------------------

Le temps passe, l'avenir s'en vient

SF028**Une province ou une Province. Et ensuite?

Pierre Demers.

Pensons aux vieilles dettes.

 

RŽgime franais: un gouverneur s'intŽresse ˆ une colonie, qui est une province, administrŽs par un gouverneur rendant comptes au Roi de France. Elle fournit la mre-patrie en fourrures. Les colons se fŽlicitent d'avoir eu un Roi de France comme Louis XIV le Roi Soleil b‰tisseur ˆ Versailles ˆ partir de 1664, guerroyeur en Europe et un gouverneur attentif comme Frontenac. La Nouvelle-France s'Žtendait jusqu'au Golfe du Mexique. Louis XVI abandonne le QuŽbec et rŽcupre la Martinique.

 

RŽgime britannique. Changement de Roi. La RoyautŽ de Londres prend la relve sous Georges III puis Georges IV et Guillaume IV, en Europe finalement elle capture NapolŽon en 1815 mais a perdu les ƒtats-Unis devenus indŽpendants en 1773. En 1812, elle conserve le Canada, gr‰ce aux QuŽbŽcois qui se dŽfient des AmŽricains encore plus que des Loyalistes colonisateurs. RŽf. 1.

 

D'o est issu le rŽgime en 2013. Nos anctres ont conquis un certain usage officiel de la langue franaise et le principe d'un certain "parlementarisme responsable", qui reste soumis ˆ la gouverne suprme de la Reine, aidŽe par ses loyaux reprŽsentants Gouverneurs et leurs subordonnŽs. Soumis de toute faons au souverain britannique, le QuŽbec n'est plus noyŽ dans une "Province du Canada" dans un Canada uni comme entre 1841 et 1867. Le QuŽbec reste provincialisŽ, il est une Province avec un grand P dans ce qui est une province avec un gouverneur dŽpendant de la mŽtropole britannique.

 

Son avenir? Il devra susciter la bonne gr‰ce des actuels ma”tres dont dŽpend son Žconomie en AmŽrique du Nord et devenir autonome sous une garantie ... que ne pourront pas refuser d'accorder, de la part du reste du Canada ROC, de la Russie, des ƒtats-Unis, du Royaume-Uni et de la France. Aprs tout ou avant tout, la devise qui surmonte le tr™ne du reprŽsentant royal dans les Chambres canadiennes, Ottawa, Toronto et QuŽbec, porte 2 devises en franais, non en bilingue: "Dieu et mon droit" et "Honni qui mal y pense". Un minimum de tradition de christianisme a retenu nos despotes dans leurs hautes oeuvres et leurs dŽportations: l'horreur aurait pu tre pire... Fig. 1, les armoiries du parlement de MontrŽal.

 

Description : Macintosh HD:Users:pierre1:Dropbox:Captures d'écran:Capture d'écran 2013-10-14 15.52.24.png

Fig. 1. Les armoiries du parlement de MontrŽal en 1849 retrouvŽes, avariŽes, environ 1mX1m. Britanniques, elles sont trs religieuses. Ë gauche on reconna”t OIT, ˆ droite, MALY.

Source Le Devoir Pedro Ruiz. RŽf. 1.

 

Mais s'il convient de rver, il est nŽcessaire aussi de vivre et de tabler sur Žconomie et finance.

 

L'histoire Žconomique et financire de ces vicissitudes, fusion en 1841 par l'Acte d'Union puis sŽparation en 1867 comporte des zones tŽnŽbreuses. Le QuŽbec a ŽtŽ l'objet d'un marchŽ de dupes en 1841 puis en 1867. Depuis 1867, il attend le rglement d'une dette considŽrable remontant ˆ 1841 qui se chiffre en billions de $, c'est la dette historique du Haut-Canada, peu connue des historiens du XXIe sicle, elle a ŽtŽ ŽtudiŽe par Pierre Corbeil et par Daniel Roy et prŽsentŽe dans notre son numŽro rŽcent SF026. RŽf. 32.

 

Jamais rŽglŽe ˆ la satisfaction du QuŽbec, mais le temps qui passe ne l'a pas effacŽe, sauf de l'attention des dupŽs et de la mŽmoire des dupants et de leurs hŽritiers. Il l'a sans arrt accrue selon les conventions de la vie Žconomique des temps modernes, commencŽe avant l're victorienne. Le discours francophobe, existant en 1849 (Fig. 2) se perpŽtue aujourd'hui, comme le signale Mario Beaulieu. RŽf. 4. Il crŽe la division en suscitant la peur et la mŽfiance chez les nouveaux arrivants et les anglophones, les aliŽnant de la sociŽtŽ quŽbŽcoise ou canadienne-franaise. Il tend ˆ dŽlŽgitimer le franais comme langue commune et dÕintŽgration, et le droit du peuple quŽbŽcois ˆ lÕauto-dŽtermination.

 

Il tend ˆ faire ignorer le passŽ de vieilles batailles financires et penser Žconomie au temps prŽsent, selon l'adage du gouvernement fŽdŽral en 2013, en oubliant le passŽ. Pourtant la France se base sur la RŽvolution de 1790, Isra‘l invoque une histoire remontant ˆ 4000 ans, l'Angleterre, un passŽ lŽgislatif conservŽ depuis l'an 1200.

 

Certaines querelles du 19e sicle rendaient trs intimidant pour les contemporains, de rŽclamer justice Žconomique et autre, tŽmoin les pendaisons politiques de 1838 et l'incendie du Parlement situŽ alors ˆ MontrŽal en 1849. On comprend que la discussion un peu sereine de cette dette refasse surface aprs un dŽlai sŽculaire.

.Description : Macintosh HD:Users:pierre1:Dropbox:Captures d'écran:Capture d'écran 2013-10-19 02.14.48.png.

Fig. 2. L'incendie du Parlement de la Province du Canada, le 25 avril 1849. Ë la suite d'articles enflammŽs parus dans la Montreal Gazette. Le lieu Žtait proche du musŽe de Pointe-ˆ-Callires d'aujourd'hui. Les boyaux d'arrosage coupŽs. RŽf. 2. D'ailleurs cet incendie a fait dispara”tre en cendre et fumŽe une documentation qui pourrait nous tre utile dans la prŽsente Žtude.

 

C'est l'Žpoque victorienne sous qu'il faudrait resasser, et plus exactement, tout le sicle de Victoria, prŽcŽdŽe par Guillaume IV, Georges IV et Guilaume IV. Il y aurait un livre ou une thse ˆ Žcrire et il faudrait choisir un titre appropriŽ.  "La dette du Haut-Canada" dit bien la chose; "Le scandale Torontois" situe bien le problme, ˆ c™tŽ des scandales rŽcents des contrats municipaux au QuŽbec, objets d'une enqute par la juge France Charbonneau depuis 2012. RŽf. 3.

 

Ajoutant ˆ ce qu'on trouve dans SF026 RŽf. 3, Science et Francophonie prŽsente dans le prŽsent numŽro SF028 quelques ŽlŽments pratiques pertinents ˆ cette dette et ˆ ce scandale. L'ordre chronologique des ŽvŽnements ˆ partir de 1800, soit en appellations officielles sous le Parlement britannique RŽf. 5:

 

Province du Haut-Canada et Province du Bas-Canada jusqu'en 1840,

Province du Canada (Canada-Uni) divisŽ en Canada-Ouest et Canada-Est de 1841 jusqu'en 1867;

puis ConfŽdŽration Canadienne ou Dominion du Canada ou Puissance du Canada, comprenant entre autres Province de QuŽbec, Province d'Ontario et autres de 1867 ˆ nos jours en 2013. Tout ce temps, et jusqu'ˆ nos jours, une entitŽ reste politiquement francophone et permanente, c'est le QuŽbec, tant™t appelŽe Bas-Canada, tant™t, Canada-Est, Province de QuŽbec, avec des limites gŽographiques essentiellement stables; le reste du Canada a commencŽ ˆ zŽro ˆ Toronto et s'est Žtendu graduellement ˆ des territoires supplŽmentaires, que l'usage contemporain appelle le ROC, reste du Canada.

 

Et voici un peu de la chronologie monarchique pertinente RŽf. 8.

Ayant rŽgnŽ sur le QuŽbec au XIXe sicle.

Georges III, 1760 ˆ 1820; Georges IV, 1820 ˆ 1830; Guillaume IV, 1830 ˆ 1837; Victoria, 1837 ˆ 1901.

La suite jusqu'ˆ nos jours en 2013.

ƒdouard VII, 1901 ˆ 1910; Georges V, 1910 ˆ 1936; ƒdouard VIII, 1936; Georges VI, 1936 ˆ 1952; ƒlisabeth II, 1952-.

 

RŽfŽrences.

RŽf. 1. Ajout de HŽlne Trudeau, 4XI2013.

L'ŽnoncŽ Ç En 1812, elle conserve le Canada, gr‰ce aux QuŽbŽcois qui se dŽfient des AmŽricains encore plus que des Loyalistes colonisateurs. È est un peu court. Les Qcois ont dŽfendu le Bas-Canada (Salaberry et cie), mais le plus fort des combats fut livrŽ dans le Haut-Canada. (J'ai assistŽ rŽcemment ˆ plusieurs confŽrences o ces questions furent abordŽes.)

 

RŽf. 12.  Le Devoir 2012, L'incendie du Parlement de MontrŽal en 1848. Les armoiries du parlement de MontrŽal sont retrouvŽes.

 

http://www.ledevoir.com/galeries-photos/les-armoiries-du-parlement-de-montreal-sont-retrouvees/82780

 

RŽf. 23. Ville de MontrŽal 2013. Les grands incendies de MontrŽal.

 

http://ville.montreal.qc.ca/pls/portal/docs/page/service_sim_v2_fr/media/documents/2_Interventions.pdf

 

RŽf. 34. Le Devoir 2013. La commission Charbonneau, CrŽŽe ˆ l'automne 2011.

 

Chercher:

http://www.ledevoir.com/dossiers/la-commission-charbonneau/6

 

 

La Commission d'enqute sur l'octroi et la gestion des contrats publics dans l'industrie de la construction a commencŽ au dŽbut du mois de juin 2012 des audiences publiques pour faire la lumire sur cette vaste et complexe affaire. Le Devoir prŽsente dans ce dossier ses textes les plus pertinents. Cliquer ici pour le site Internet de la commission.

 

RŽf. 45. Pierre Demers, *** La Dette du Canada envers le QuŽbec,

participation Daniel Roy, HŽlne Trudeau, Marcel SauvŽ, Maurice Day. RŽf. Pierre Corbeil, Marie Vastel, Jacques Parizeau.

 

http://www.lisulf.quebec/SF026           

 

 

RŽf. 56.  2013. Mario Beaulieu <MBeaulieu@ssjb.com>Ë : pierre_demers@sympatico.ca,

Invitation ˆ signer une dŽclaration commune 27VIII2013

 

RŽf. 57. Le maire de MontrŽal arrtŽ. Le Devoir, 17VI2013

http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2013/06/17/le-maire-de-montreal-arrete_3431480_3222.html

 

RŽf. 68. Jean Roy 1997, Les Rois et les reines d'Angleterre.

esperantonord.free.fr/cdrom/irlande_uk/rois et reines angleterre.htm

Les monarques ayant rŽgnŽ sur le QuŽbec au XIXe sicle.

Georges III, 1760 ˆ 1820; Georges IV, 1820 ˆ 1830; Guillaume IV, 1830 ˆ 1837, Victoria, 1837 ˆ 1901.

La suite jusqu'ˆ nos jours en 2013.

ƒdouard VII, 1901 ˆ 1910; Georges V, 1910 ˆ 1936; ƒdouard VIII, 1936; Georges VI, 1936 ˆ 1952; ƒlisabeth II, 1952-.

Et encore: http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_monarques_britanniques

----------O--------------

----------------O------------------------------------

La dette du Haut-Canada, le scandale torontois

SF028***Province du Canada 1841-1867.

Un Acte du Parlement Britannique 1842

HŽlne Trudeau, traductrice, Gaston Bernier, BAsnQ, Pierre Demers.

Le R. U. paiera l'intŽrt sur un emprunt sur sa colonie du Canada-Uni poura contracter pour des travaux entrepris, de 1 500 000 Livres sterling soit 6 000 000 $ Can.

 

Le Hansard. Il faut savoir que les dŽbats du Parlement britannique depuis 1800 sont accessibles en ligne et cherchables sous le nom Hansard U. K.. RŽf. 1.

Dans l'Žpoque 1800-1899, on trouve notamment 3 textes

1. Le 1er texte, mme s'il n'en contient pas la mention, semble tre la prŽsentation en 1re lecture d'un Acte proposant que le R.U. garantisse le paiement de l'intŽrt sur un emprunt que sa colonie pourrait obtenir, au montant de 1 500 000 L livres sterling, soit 6 000 000 $ Can. (12VIII1842). Selon Statistique Canada en 1867 une livre valait 4 dollars Canada. RŽf. 3.

2. Le 2e texte, mme si la date qu'il porte 29VII1842 est antŽrieure ˆ celle du 1er, mentionne qu'il est la 2e lecture dudit Acte. RŽf. 2.

Ces textes donnent l'occasion d'apprendre un peu du jargon et des procŽdures du Parlement de Westminster ˆ Londres, avec sa Chambre basse, Chambre des Commmunes ou "House of Commons", et sa Chambre haute, Chambre des Seigneurs ou "House of Lords"

Selon Statistique Canada, une livre sterling valait 4 $ Can en 1867.

 

 

Traduction HŽlne Trudeau.

 

1. La sŽance du 12VIII au Parlement du R. U., dŽlibŽration 118 du 12 aožt 1842 ˆ la Chambre des Communes du R.U..

C A P pour capitulum, chapitre en latin.

Traduction par HŽlne Trudeau.

C A P CXVIII

 

ACTE VISANT Ë GARANTIR LE VERSEMENT DES INTƒRæTS SUR UN EMPRUNT DE UN MILLION CINQ CENTS MILLE LIVRES Ë LEVER PAR LA PROVINCE DU CANADA

                                                                                                                                            [12 aožt 1842]

 

Attendu quÕil a plu ˆ Sa MajestŽ de signifier au Conseil lŽgislatif et ˆ lÕAssemblŽe lŽgislative de la Province du Canada, par un Message envoyŽ au dit Conseil et ˆ la dite AssemblŽe par le Gouverneur gŽnŽral de la dite Province au nom de Sa MajestŽ, suivant lequel le gouvernement de Sa MajestŽ Žtait prt ˆ proposer au Parlement de garantir un emprunt qui pourrait tre nŽcessaire pour les travaux publics de la dite Province (frappŽ de certaines restrictions qui y sont mentionnŽes) et pour le remboursement de la partie de la dette de la Province qui serait alors rachetable ou dŽtenue par des crŽanciers se disant disposŽs ˆ accepter des conditions raisonnables,

Et attendu quÕafin de pouvoir concrŽtiser les gracieuses intentions que Sa MajestŽ a fait ainsi exprimer au Conseil lŽgislatif et ˆ lÕAssemblŽe lŽgislative du Canada, les Communes du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et dÕIrlande, rŽunies en Parlement, ont rŽsolu :

                                                                                     Que Sa MajestŽ soit autorisŽe ˆ garantir les intŽrts, ˆ un taux qui ne soit pas supŽrieur ˆ 4 % pas an, dÕun prt ne dŽpassant pas 1 million 500 milles livres pour le service de la Province du Canada et quÕune provision soit faite ˆ mme le fonds consolidŽ du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et dÕIrlande pour le paiement occasionnel des sommes dÕargent qui pourront devenir payables par Sa MajestŽ en vertu dÕune telle ÔgarantieÕ,

                                                                                     Il est par consŽquent dŽcrŽtŽ par sa Trs Excellente MajestŽ la Reine, sur lÕavis et le consentement des Lords spirituels et temporels, ainsi que des Communes, rŽunis en ce prŽsent Parlement, et par leur autoritŽ, quÕil sera lŽgal

                                                                                     Que Sa MajestŽ, ses hŽritiers et ses successeurs garantissent le versement des dividendes et des intŽrts ne dŽpassant pas le taux de 4 livres par 100 livres par an, sur toute somme ou sommes en principal ne totalisant pas plus de 1 million 500 milles livres, qui sera levŽe pour tous ou lÕun quelconque des buts ci-dessus mentionnŽs, par emprunt, dŽbenture ou autrement, et dont le remboursement avec les intŽrts ne dŽpassant pas le taux mentionnŽ ci-dessus, devra tre imputŽ au Fonds consolidŽ des revenus de la dite Province du Canada en vertu de toute loi passŽe ou ˆ passer par la LŽgislature de la dite Province, et consentie par Sa MajestŽ, ses hŽritiers ou ses successeurs ;

Et quÕafin de donner effet ˆ une telle garantie, le grand TrŽsorier ou au moins trois des Commissaires du TrŽsor de Sa MajestŽ du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et dÕIrlande pourront lŽgalement ordonner ou faire en sorte que soient versŽes, ˆ mme le produit croissant du Fonds consolidŽ du dit Royaume-Uni, les sommes nŽcessaires pour combler tout dŽcouvert qui pourra survenir dans le paiement rŽgulier des intŽrts qui seront Žchus sur tout emprunt tel que dŽcrit ci-dessus de la part de la Province du Canada.

 

II. Toutefois, et il lÕest par les prŽsentes ordonnŽ, toutes les sommes ainsi Žmises et payŽes ˆ mme le Fonds consolidŽ du Royaume-Uni, avec les intŽrts au taux annuel de 5 livres par cent livres, ˆ calculer ˆ partir des diverses dates de leur Žmission, devront tre imputŽes au Fonds consolidŽ des revenus de la Province du Canada et constitueront une charge prŽfŽrentielle de septime rang imputŽe ˆ ce dit Fonds consolidŽ des revenus avec prioritŽ sur tous les paiements qui ont ŽtŽ jusquÕici ou seront dŽsormais imputŽs au dit Fonds consolidŽ des revenus, ˆ lÕexception des charges prŽfŽrentielles des six premiers rangs qui sont imputŽes ˆ ce dit Fonds en vertu dÕune loi adoptŽe dans la quatrime annŽes du rgne de sa MajestŽ, intitulŽe An Act to re-unite the Provinces of Upper and Lower Canada, and for the Government of Canada (Loi pour rŽunir le Haut- et le Bas-Canada et pour le gouvernement du Canada).

 

III. Et il est ordonnŽ que le grand TrŽsorier ou au moins trois des Commissaires du TrŽsor de Sa MajestŽ certifient de temps ˆ autre ˆ lÕun des principaux secrŽtaires dՃtat de Sa MajestŽ le montant ainsi versŽ de temps ˆ autre ˆ titre dÕintŽrts sur le dit emprunt ; et quÕun tel certificat soit communiquŽ au gouverneur gŽnŽral de la dite Province, qui le communiquera au Conseil lŽgislatif et ˆ lÕAssemblŽe lŽgislative de cette Province ; et chaque certificat de ce genre devra tre la preuve concluante de la  somme ainsi payŽe ˆ mme le Fonds consolidŽ du dit Royaume-Uni de mme que de la date dÕun tel paiement, au titre des intŽrts sur un tel emprunt.

 

IV. Et il est ordonnŽ que le grand TrŽsorier ou les Commissaires du TrŽsor de Sa MajestŽ mentionnŽs ci-dessus fassent prŽparer et dŽposent devant les deux Chambres du Parlement, dans les 14 jours qui suivront le dŽbut de chaque session, un Žtat de toutes les sommes versŽes de temps ˆ autre ˆ mme le Fonds consolidŽ du dit Royaume-Uni, en vertu de la prŽsente loi, afin de combler tout dŽcouvert tel que ci-dessus mentionnŽ, ainsi quÕun Žtat de toutes les sommes remboursŽes par la dite Province du Canada ou recouvrŽes de sa part, en raison dÕune telle avance, avec les intŽrts versŽs sur ces sommes ou recouvrŽs sur elles.

 

 

Traduction HŽlne Trudeau.

2013 08 26

 

N.B. Pour faciliter la comprŽhension, le prŽambule (article I non numŽrotŽ) est sŽparŽ en plusieurs alinŽas et plusieurs majuscules sont laissŽes dans le texte franais.

 

2. La sŽance du 29VII1842 au Parlement du R. U..

Voyez RŽf. 2.

 

RŽfŽrences.

RŽf. 1. HANSARD 1803–2005

 

millbanksystems

 

http://hansard.millbanksystems.com/sittings/1800s

 

RŽf. 2. CANADA LOAN. HC Deb 29 July 1842 vol 65 cc869-70 869

http://www.lisulf.quebec/canadaoanhansard29July1842.html

Cela est partie du site de la LISULF. C'est le texte original en anglais du 12VII1842, obtenu gr‰ce ˆ Gaston Bernier, Directeur retraitŽ de la BasnQ Bibliothque de l'AssemblŽe Nationale du QuŽbec et aux services de cette dernire.

 

RŽf. 3. Canada Loan Hansard House of Commons 29VII1842, 2e lecture.

http://www.lisulf.quebec/canadaloanhansard29July1842.html

Trad. libre. Hume: Ë quoi bon cette dŽpense?

Chancelier Goulburn: La dŽpense ne sera pas un fardeau pour la mre-patrie. C'est un engagement d'honneur de Sa MajestŽ. Une nŽcessitŽ, comme le dŽmontrent des documents qui furent dŽposŽs sur cette table, pour exŽcuter des travaux publics commencŽs au Canada sur la foi de cet emprunt et il n'y a aucun doute qu'ils seront au plus grand avantage de la colonie, amŽliorant sa navigation et ses structures commerciales.

White: Pourquoi n'a-t'on pas accordŽ semblable traitement en Irlande?

Williams: Quels sont donc ces travaux en marche au Canada?

O'Connell a votŽ contre.

NDLR. "Ë quoi bon...?", et "... les travaux en marche?" J'ai cherchŽ sans succs dans la 1re lecture dans le Hansard. Un lecteur pourra-t-il trouver les rŽponses?

L'annonce de la prorogation du Parlement, le 12VIII1842; on y voit mention de Canada Loan:

http://hansard.millbanksystems.com/lords/1842/aug/12/minutes

Ce qui conduit ˆ un compte rendu de la sŽance de cette prorogation; on n'y voit pas mention de "Canada loan":

Quant aux "documents qui furent dŽposŽs sur cette table", ils restent introuvables au lecteur de 2013. Supposons que le rŽdacteur du Hansard n'a pas cherchŽ ˆ les inclure dans son compte rendu.

NDLR. Deux questions sur 3 sont restŽes sans rŽponse...

----------O--------------

----------------O------------------------------------

La dette du Haut-Canada, le scandale Torontois.

SF028****Transferts de capitaux.

Marcel SauvŽ, Pierre Demers.

 

Le 2013-08-19 ˆ 12:10, RenŽ Marcel SauvŽ  <jrmsau@videotron.ca> a Žcrit :

 

Au sujet des transferts de capitaux, dont je nÕai pas les dŽtails, je vous recommande dՎtudier un ouvrage que je suis en train dՎtudier moi-mme et qui pourrait nous aider ˆ trouver la rŽponse :

 

Titre : La sueur des autres. Les fils dÕErin et le canal Beauharnois.

 

Auteur : Roland Viau.

 

ƒditeur : Triskle, Valleyfield. 327 Pages,

 

LÕhistoire du canal Beauharnois se situe entre 1842 et 1845. Elle a ŽtŽ suivie dÕautres Žpisodes, lors de la construction de la grosse centrale hydroŽlectrique ˆ laquelle mon grand-pre SauvŽ a participŽ, et plus tard, au rŽamŽnagement du canal Beauharnois dans le cadre des travaux de la Voie maritime du Saint Laurent. Ouverte en 1959.

 

LÕhistoire du canal de Beauharnois, cÕest aussi lÕhistoire des Irlandais et de leurs misres, jusque dans la construction du pont Victoria, dont on trouve une fosse commune dans  lequelle 6000 dÕentre eux sont enterrŽs. Cette fosse est ˆ lÕentrŽe du pont c™tŽ MontrŽal.

Les premires canalisations dans le Saint Laurent ont dŽbutŽ vers 1817 avec la fondation de la Bank of Montreal et le creusage du canal Lachine une initiative de John Robertson, fondateur de la Banque et originaire de Banff en ƒcosse. Robertson,   qui avait vŽcu ˆ Albany dans lՃtat de New York, avait vu les dŽbuts de la construction du canal ƒriŽ, lequel occupe une position centrale dans notre histoire. Ces dŽveloppements ont ŽtŽ accompagnŽs par la construction du chemin de fer Intercolonial, vers la mme Žpoque, comprenant la construction et lÕouverture du pont Victoria en 1860, un autre acte central dans notre histoire gŽopolitique.

Je vous recommande un autre ouvrage ˆ cet effet, que je me suis procurŽ au MusŽe ferroviaire de Saint Constant :     BUILT FOR WAR; CanadaÕs Intercolonial Railway, by Jay Underwood. Major RobinsonÕ s route.

 

to protect Canadian sovereignty.

 

ƒditeur: Railfare DC Books. Pickering. ON.

 

2009.246pages.

 

JÕai dŽjˆ appris mais je ne  sais de quelle source que ces amŽnagements stratŽgiques ont ŽtŽ en grande partie dŽfrayŽs par des capitaux anglais provenant de la gentry, avec de lourdes pertes. Mais je nÕen ai pas les dŽtails. Je nÕai pas non plus les dŽtails des capitaux investis par nous-mmes dans ces amŽnagements. 

Tout ce que je sais : le cožt de ces amŽnagements et les pertes matŽrielles ont ŽtŽ tels que lÕAngleterre a retirŽ ses billes du jeu.

 

RŽf. http://archive.org/stream/beauharnoisparoi00leduuoft/beauharnoisparoi00leduuoft_djvu.txt

de 1845 ˆ 1867, il a cožtŽ  $1,611,424.

 

----------O--------------

----------------O------------------------------------

QUE nos scientifiques publient, en franais, sur la toile!

*****L'UniversitŽ, les publications scientifiques numŽriques en franais.

Mme Fioraso, Claude Coulombe, Pierre Demers.

Un Žchange sympathique de messages.

.Description : enevive Fioraso © S.Blitman - septembre 2013.

Genevive Fioraso © S.Blitman - septembre 2013

Genevive Fioraso a prŽsentŽ, le 2 octobre 2013, au Cube d'Issy-Les-Moulineaux, son plan de dŽveloppement en faveur du numŽrique dans lÕenseignement supŽrieur.

Extrait de ci-dessous

Pierre Demers

...  vous ouvrez de vastes perspectives pour l'usage gŽnŽralisŽ du franais. Rien n'empchera, personne ne peut empcher que les dŽcouvertes scientifiques des recherches des Franais et des QuŽbŽcois paraissent, rapidement, sur la toile informatique en franais uniquement, avec une autocensure que les pairs, les doyens et les directeurs de laboratoires pourront confirmer, et archivage comme patrimoine national dans les Bibliothques nationales. (Ce sera la fin de l'exploitation abusive qui enrichit des Žditeurs, dŽnoncŽs universellement, de cožteuses revues papier). Rien n'empchera alors d'appliquer la Loi Toubon qui exige que les concours, les nominations et les promotions se basent sur des dossiers en franais uniquement. Bravo donc, ˆ vous la chance, Mme Fioraso, d'organiser France, publications scientifiques numŽriques en franais!. Pierre Demers physicien pierre.demers@lisulf.quebec 13h HAE 3X2013 PS. Je prche d'exemple: toutes mes publications sont en franais depuis 1980. Voyez le site LISULF. Vous y verrez que l'AssemblŽe des Patriotes de l'AmŽrique Franaise m'a dŽcernŽ son Grand Prix Pasteur-Frappier 2013 pour mon oeuvre scientifique en franais. http://www.lisulf.quebec/SF026.htm

 

Ce qui suit a paru dans la page de L'ƒtudiant.

http://www.letudiant.fr/educpros/actualite/genevieve-fioraso-presente-son-plan-france-universite-numerique.html

France universitŽ numŽrique : Genevive Fioraso dŽvoile son plan

 

Pierre Demers 03.10.2013 ˆ 18H55

Description : http://www.letudiant.fr/static/etucmsEduPlugin/img/bg-commentaire.gifFrance universitŽ numŽrique : Genevive Fioraso dŽvoile son plan 3X2013 Est-ce possible, est-ce vrai? Apparemment oui, ce serait en franais, donc bravo et un bon point pour vous, Mme Fioraso! (Bien sžr, il faudrait d'abord traduire MOOC vers le franais, mais passons). Et alors vous ouvrez de vastes perspectives pour l'usage gŽnŽralisŽ du franais. Rien n'empchera, personne ne peut empcher que les dŽcouvertes scientifiques des recherches des Franais et des QuŽbŽcois paraissent, rapidement, sur la toile informatique en franais uniquement, avec une autocensure que les pairs, les doyens et les directeurs de laboratoires pourront confirmer, et archivage comme patrimoine national dans les Bibliothques nationales. (Ce sera la fin de l'exploitation abusive qui enrichit des Žditeurs, dŽnoncŽs universellement, de cožteuses revues papier). Rien n'empchera alors d'appliquer la Loi Toubon qui exige que les concours, les nominations et les promotions se basent sur des dossiers en franais uniquement. Bravo donc, ˆ vous la chance, Mme Fioraso, d'organiser en France, les publications scientifiques numŽriques en franais!. Pierre Demers physicien pierre.demers@lisulf.quebec 13h HAE 3X2013 PS. Je prche d'exemple: toutes mes publications sont en franais depuis 1980. Voyez le site LISULF. Vous y verrez que l'AssemblŽe des Patriotes de l'AmŽrique Franaise m'a dŽcernŽ son Grand Prix Pasteur-Frappier 2013 pour mon oeuvre scientifique en franais. http://www.lisulf.quebec/SF026.htm

Claude Coulombe 04.10.2013 ˆ 02H13

Description : http://www.letudiant.fr/static/etucmsEduPlugin/img/bg-commentaire.gif@Pierre Demers En tant que QuŽbŽcois, on peut saluer l'initiative de nos amis Franais, mais FUN (!) pour France UniversitŽ NumŽrique et MOOC (ou Ç moc È comme ils prononcent) alors qu'il existe un Žquivalent CLOM (Cours en Ligne Ouverts aux Masses) me fait sourire! Sur le plan technique, le choix de se baser sur la plateforme en logiciel libre edX est excellent! On Žvite ainsi de rŽinventer la roue tout en contribuant ˆ une communautŽ active. Claude Coulombe MontrŽal Mon blogue de recherche: http://goo.gl/t28L9

Pierre Demers 06.10.2013 ˆ 17H15

Description : http://www.letudiant.fr/static/etucmsEduPlugin/img/bg-commentaire.gifM. Claude Coulombe, Voulez-vous communiquer? M'adresser un courriel? Pierre Demers pierre.demers@lisulf.quebec Plaisir. Saluts. P. D. Merci CLOM

 

Et voici un Žchange de courriels entre CC et PD.

 

Claude Coulombe <claude.coulombe@gmail.com>

Ë : Pierre Demers <pierre.demers@lisulf.quebec>

Bonjour!

Le 2013-10-19 ˆ 16:31, Claude Coulombe <claude.coulombe@gmail.com> a Žcrit :

Bonjour Monsieur Demers,

Je m'excuse du retard mis ˆ vous rŽpondre mais je viens tout juste de lire votre invitation ˆ communiquer avec vous sur le site Çletudiant.frÈ.

Heureux d'Žchanger avec vous!

Claude Coulombe

 

Claude Coulombe <claude.coulombe@gmail.com>

Ë : Pierre Demers <pierre.demers@lisulf.quebec>

Re: Bonjour!

Le 2013-10-20 ˆ 01:22, Claude Coulombe <claude.coulombe@gmail.com> a Žcrit :

Cher Monsieur Demers,

Vous me voyez honorŽ de communiquer avec le rŽcipiendaire du prix Ç Pasteur-Frappier È  avec qui je partage l'amour du QuŽbec, de la langue franaise et de la science. 

Ë cela j'ajouterais l'environnement, mais j'ignore si nous partageons Žgalement ce combat.

Depuis quelques annŽes, je dŽplore un glissement de la langue utilisŽe par nos amis Franais vers un Ç franglais È pseudo branchŽ, particulirement dans des domaines de pointe comme l'informatique.

 

C'est pourquoi, je me fais un point d'honneur d'utiliser ou de crŽer des termes franais pour dŽcrire cette rŽalitŽ. 

Ë dose massive et ˆ long terme, l'emprunt ˆ l'anglais entra”nera la mort douce et lente de la langue franaise qui deviendra petit ˆ petit Ç ringarde È et incapable de communiquer les rŽalitŽs de la technologie et de la science. Le franais risque de devenir une langue folklorique que l'on rŽservera ˆ la littŽrature, ˆ la poŽsie et aux sorties culturelles... Qu'on finira par oublier. C'est le processus d'assimilation...

 

De plus, au plan de la psychologie collective, la science et la technologie deviennent peu ˆ peu Žtrangres, ce qui n'aide pas l'appropriation et l'invention. Personnellement, je considre comme trop importantes la science et la technologie pour les abandonner ˆ la

seule langue anglaise. Sans compter, l'appauvrissement culturel que cela reprŽsenterait pour l'humanitŽ.

Comme beaucoup de QuŽbŽcois, bien enracinŽs dans le Ç Nouveau monde È (avec mes anctres Žtablis ici depuis bient™t 350 ans) o l'anglais domine et assimile, j'ai fait le choix de la crŽativitŽ et de l'effort pour que la langue franaise non seulement survive mais s'Žpanouisse dans le monde technologique, notre Ç Nouveau monde È (ou le nouveau Nouveau monde !!!).

 

AgrŽez cher Monsieur Demers mes salutations, mon admiration et mon engagement ˆ poursuivre notre combat.

 

Merci!

Claude Coulombe

informaticien et physicien

 

----------O--------------

----------------O------------------------------------

Ds 1760.

SF028***** *Les Anglais ont manquŽ leur chance. Dommage!

Baptiste.

NDLR. Mon ami Baptiste m'a confiŽ ce texte, que je publie.

 

Je suis frappŽ par l'insistance des arrivants anglais ˆ adopter une attitude antagoniste envers les Franais installŽs sur le territoire qu'ils occupaient graduellement ds avant et aprs 1760. Une fois les traitŽs de Paris et de Versailles signŽs, surtout une fois les AmŽricains envahisseurs repoussŽs la 1re fois en 1776 et le 2e en 1812, la mŽtropole avait tout avantage ˆ se faire des amis auprs de la population pacifiŽe de force et pacifique qu'ils rencontraient.

 

Il est facile de spŽculer aprs coup, mais il n'y a pas de raison s'en  priver.

 

Ë posteriori: ils auraient dž dŽclarer que la langue franaise Žtait seule langue officielle dans la colonie quŽbŽcoise du Royaume britannique et se seraient fait du coup des amis. Ils ont expŽrimentŽ, dans leurs ëles Anglo-Normandes depuis fort longtemps, l'usage du franais, alliŽ et non opposŽ ˆ l'usage de l'anglais. Au QuŽbec, ils auraient Žlargi leur bonne volontŽ d'un degrŽ, en disant: au QuŽbec que nous possŽdons, ce sera pour toujours, du franais uniquement.

 

Mais non, ils ont adoptŽ la ligne dure, commenant par la pendaison stupide d'un meunier qui refusit d'arrter de produire du pain!

 

Leur Ministre des Colonies Žtait intimement associŽ ˆ leur Ministre de l'ArmŽe, au point de partager les mmes locaux, Downing Street; au lieu de prendre le temps de comprendre les habitants, ils ont choisi les procŽdŽs expŽditifs de la poudre ˆ canon et de la potence. AugmentŽs des flattteries lucratives bien orientŽes, des parades pompeuses des puissants venus fleuririr des monuments aux hŽros de leur choix... Quand se rendront-ils, sur invitation du QuŽbec, aux tombes des Patriotes de 1837?

 

Il y avait pourtant de la place et des ressources en dehors du QuŽbec. Ils en ont exclu les QuŽbŽcois voulant migrer vers les grandes prairies et ils les tranqilllement laissŽs filer vers les filatures. Encore de nos jours, ils attirent et canalisent des troupes de nouveaux venus qui ne parleront pas franais.

 

Suffit pour le passŽ, bien sžr qu'on ne le refait pas. On s'en inspire.

 

Dommage que les Anglais aient manquŽ leur chance, civilisatrice. Mais aux QuŽbŽcois la chance d'organiser l'avenir de leur libertŽ!

Baptiste.

----------O--------------

----------------O------------------------------------

La dette du Haut-Canada, le scandale Torontois.

SF028***** **L'Žtude de Pierre Corbeil, une analyse comptable.

Pierre Demers.

 

Les deux dettes quŽbŽcoises ˆ envisager.

QuŽbec et Canada sont deux. Actuellement QuŽbec est une province du Canada, il y a QuŽbec et ROC, Reste du Canada Le QuŽbec est en compte (en situation comptable) avec le Canada, mieux vaudrait dire, avec le ROC reste du Canada, hŽritier du Haut-Canada. Que devons-nous au Canada, que doit le Canada au QuŽbec. Surtout s'il y a sŽparation, il devrait envisager ses comptes avec le reste du Canada: appelons cela la dette publique, ce que le QuŽbec doit envers le Canada. Et il y a aussi la dette historique du Haut-Canada, jamais rŽglŽe de faon ˆ satisfaire le QuŽbec, devenue dette de la Puissance du Canada quand celle-ci fut crŽŽe.

 

Petit glossaire afin de nous comprendre:

dette publique (du QuŽbec contemporain envers le Canada);

dette historique dite du Haut-Canada (du Canada envers le QuŽbec, hŽritage de celle du Haut-Canada).

 

Car au moment de la ConfŽdŽration, Žtaient prŽsence Franais et Anglais: les Franais aient le Bas-Canada et sont maintenant le QuŽbec aprs avoir ŽtŽ le Canada-Est; les Anglais Žtaient le Haut-Canada, ils sont devenus le ROC aprs avoir ŽtŽ le Canada-Ouest.

 

La possible dette publique envers le Canada. Serait ˆ la charge du QuŽbec devenu indŽpendant.

Pierre Corbeil RŽf. 1 entame son discours en examinant quelle serait la part de la dette publique du Canada que le QuŽbec devrait assumer s'il se sŽparait du Canada. Il donne 2 estimations. Le numŽro de la page et les rŽfŽrences entre crochets sont ceux de Corbeil. L'unitŽ monŽtaire est ici B$ le billion de dollars Canada, un billion vaut un million de millions 1 000 000  000 000. L'annŽe est indiquŽe.

Tableau 1. Possible dette publique du QuŽbec en 1993-1995.

Page 1.........0,108 B$ 1993 [1]

Page 1.........0,150 B$ 1995 [2]

Page 2.........0,239 B$ 1995 [3]

Tout au plus 0,239 B$

 

Cela s'ajoute ˆ la dette propre du QuŽbec, que Jacques Parizeau a rŽcemment estimŽe, en 2013, voisine de 0,2 B$. RŽf. 2. Ainsi, appelons dette totale du QuŽbec comme suit.

Tableau 2. Dette totale du QuŽbec. Possible dette totale du QuŽbec en 1995.

Dette totale du QuŽbec = (0,239+0,2) B$

Tout au plus 0,45 B$ en 1995.

 

NB. Une dette Žvolue averc le temps, voyez le compteur de la dette pour une mise ˆ jour, tel que celui de l'IEDM, RŽfs 9 et 10. La dette au Tableau 2 para”t plausible en 2014: tout au plus 0,45 B$. Mais voyons en revanche la dette payable au QuŽbec et encore impayŽe, provenant de la dette du Haut-Canada.

 

La dette du Haut-Canada, payable par le Canada. Serait au crŽdit du QuŽbec actuel.

Ë part cette dette publique Tableau 1 qui serait payable au reste du Canada, Pierre Corbeil prŽsente ensuite plusieurs estimŽs d'une dette du reste du Canada actuel envers le QuŽbec, dŽcoulant de celle du Haut-Canada envers le Bas-Canada en 1841 au moment de la crŽation de l'union crŽant la Province du Canada. On sait que cette crŽation fut ensuite en quelque sorte inversŽe lors de la crŽation de la Puissance du Canada en 1867, et que le Bas-Canada devenu Province de QuŽbec n'a jamais acceptŽ la sorte de rŽglement qui lui fut imposŽ finalement en 1870.

Un tel problme comptable para”t tre unique dans l'histoire du monde moderne, qui ne peut gure offrir d'exemples ˆ imiter. Cette question des exemples est discutŽe plus loin.

Dans une 1re Žtape, prŽsentons les valeurs donnŽes par Pierre Corbeil. Afin de nous comprendre, appelons-la dette du Haut-Canada, en abrŽgŽ Dette HC. Elle est bien sžr opposŽe ˆ la possible dette totale du QuŽbec. Tableau 2.

.

 

Sa valeur en 1841, telle qu'admise par Pierre Corbeil.

Tableau 3. Dette HC en 1841.

Page 3.........0, 000 006 115 085,95 B$

0,000 006 B$ environ, disons ˆ 1% prs (6 Millions $)

 

Voilˆ 6 Millions de l'Žpoque, en 1867. Comme toute dette porte intŽrt annuel et comme la monnaie se dŽprŽcie avec le temps, l'Žquivalent reprŽsente de nos jours, en 1995 ou en 2014, immensŽment plus que 6 Millions $. Pierre Corbeil propose plusieurs estimŽs pour 1995 comportant chacun un facteur d'augmentation F que j'ai calculŽ

Valeurs en 1995 dans diverses hypothses plausibles selon Pierre Corbeil.

Tableau 4. En 1995. Selon hypothses plausibles.

Page 10.........0,063 046 770 062 10 B$ = 0,063 B$ environ. F = 10 311..........Taux annuel 7,49%.

Page 11......... 0,116 049 498 475 31  B$ = 0,116 B$ environ. F = 19 000..........Taux annuel 8,00%.

Page 11..........0,315 233 850 310 51 B$ = 0,315 B$ environ. F = 51 545..........Taux annuel 8,85%.

Page 11..........1,215 251 779 962 45 B$ = 1,22 B$ environ. F = 198 733..........Taux annuel 10%.

Page 10..........63,219 991 062 847 10 B$ = 63 B$ environ. F = 10 338 510..........Taux annuel 15,5%.

 

Les 2 dernires valeurs du Tableau 4 couvriraient les estimations de la possible dette totale du QuŽbec du Tableau 2.

Taux annuel au Tableau 4: j'ai Žtabli le taux d'augmentation annuel en supposant une croissance exponentielle uniforme d'un facteur  Žgal ˆ (1+taux) ˆ chaque annŽe de 1867 ˆ 1995, soit pendant 128 ans.

Les valeurs extrmes diffŽrent d'un facteur voisin de mille. La dernire, 63 B$ environ est celle retenue par Daniel Roy RŽf. 3. Elle para”t particulirement bien fondŽe, car elle tient compte d'un intŽrt annuel modeste de 5% et d'un facteur obtenu en comparant les dŽpenses publiques de 1867 et de 1994, Žgal ˆ 20 055. Voici ce facteur calculŽ dans la dernire ligne d'un tableau page 9 de Pierre Corbeil.

Tableau 5. DŽpenses du Gouvernement du QuŽbec.

(En 1994: 0,027 326 598 B$) / (En 1871: 0,000 001 362 586 B$) = 20 055

Grosso modo 27 000 Millions de $ en 1994 au lieu de 1,4 Millions de $ en 1871, .

 

Ce tableau page 9 de Pierre Corbeil, dans la version qui m'est accessible, requiert des corrections, par exemple, il affiche la lettre S majuscule dans l'Žcriture d'un nombre. Voyez RŽf. 4 le rŽsultat de sa rŽŽcriture, d'aprs les indications prŽsentes dans ses autres tableaux aux pages 9 et prŽcŽdentes.

 

Il s'agit bien des dŽpenses gouvernementales et non des dŽpenses des particuliers.

 

Dans une simplication du tableau page 9, dŽpenses du QuŽbec en $ de l'Žpoque, 1871 et 1994.

 

Grand total*

1 362 586 $

Grand total           

27 326 598 000 $

 

Le quotient, en 123 ans est 20 055.

 

Ce facteur obtenu en comparant les dŽpenses publiques du QuŽbec de 1871 et de 1994, Žgal ˆ:

facteur Qc =  20 055, durŽe de 123 ans,

peut para”tre exagŽrŽ. Comparaison risquŽe: examinons les finances de notre grand voisin les ƒtats-Unis au cours des mmes annŽes. RŽf. 5. Nous trouvons des facteurs plus ou moins semblables. Entre 1940 et 2012 soit 72 annŽes, la dette a augmentŽ d'un facteur 324,8, soit au taux annuel de 8,4% environ; en 123 ans, on trouve:

facteur ƒ.-U. = 20352, durŽe 123 ans,

en excellent accord avec celui du QuŽbec. Puis examinons les dŽpenses publiques des ƒtats-Unis. De 1867 ˆ 1995, elles ont augmentŽ d'un facteur Žgal ˆ 1913.

 

Les 2 dernires valeurs du Tableau 3 couvriraient les estimations de la dette totale du QuŽbec du Tableau 2.

 

Autres considŽrations.

D'un point de vue purement comptable, la dette historique en question remonte ˆ 1841, tandis que la discussion ci-dessus s'attache ˆ son Žvolution temporelle ˆ partir de 1867. Les seuls intŽrts au taux modeste de 5% par annŽe durant la pŽriode de 1841 ˆ 1867 soit 26 ans, ajouteraient un facteur de 3,56 aux valeurs du Tableau 3. Le rŽsultat est au Tableau 4. Je me contente des valeurs approximatives.

 Tableau 6. Comme Tableau 3 avec un facteur supplŽmentaire de 3,56,

soit l'intŽrt au taux annuel de 5% au cours des 26 annŽes entre 1841 et 1867.

Environ.

0,243 B$ et non 0,063 B$. F =3,56..........Taux annuel 7,49% de 1867 ˆ 1995.

 0,412 B$ et non 0,116 B$. F = 3,56..........Taux annuel 8,00% de 1867 ˆ 1995.

1,121 B$ et non 0,315 B$. F = 3,56..........Taux annuel 8,85% de 1867 ˆ 1995.

8,003 B$ et non 1,22 B$. F = 3,56..........Taux annuel 10% de 1867 ˆ 1995.

243 B$ et non 63 B$. F = 3,56..........Taux annuel 15,5% de 1867 ˆ 1995.

 

Les 3 dernires valeurs du Tableau 6 couvriraient les estimations de la dette totale du QuŽbec du Tableau 2.

 

Et puis, une telle dette Žvolue - en augmentant, d'une annŽe ˆ l'autre, plus on attend pour la rŽgler, plus elle cro”t. Bient™t, nous serons en 2014, 19 ans aprs 1995. Voyez, au Tableau 7, les valeurs d'aprs les taux annuels du Tableau 4 agissant durant 19 ans, de 1995 ˆ 2014, qui fait appara”tre un nouveau facteur supplŽmentaire compris entre 3,94 et 15,45

Tableau 7. PrŽvisions valeurs en 2014.

Comme Tableau 6 avec un nouveau facteur supplŽmentaire,

soit l'intŽrt au cours des 19 annŽes entre 1995 et 2014

au taux annuel. F facteur supplŽmentaire.

Environ.

0,959 B$ non 0,243 B$ et non 0,063 B$. F = 3,94..........Taux annuel 7,49% de 1995 ˆ 2014.

 1,778 B$ non 0,412 B$ et non 0,116 B$. F = 4,32..........Taux annuel 8,00% de 1995 ˆ 2014.

5,615 B$ non 1,121 B$  et non 0,315 B$. F = 5,009..........Taux annuel 8,85% de 1995 ˆ 2014.

45,95 non 8,003 B$ et non 1,22 B$. F = 6,116..........Taux annuel 10% de 1995 ˆ 2014.

3755 B$ non 243 B$ et non 63 B$. F = 15,45..........Taux annuel 15,5% de 1995 ˆ 2014.

 

Chacune des 5 valeurs du Tableau 7 couvrirait largement les estimations de la dette totale du QuŽbec du Tableau 2.

 

Il faudrait essayer de comprendre la source de cette dette historique, provenant des actes et agissements du Haut-Canada et du Bas-Canada, puis de la Province du Canada.

 

Il faudrait aussi essayer de comprendre comment une charge financire aussi Žnorme a pu tre imposŽe au QuŽbec Žtroitement contr™lŽ par le supposŽment bienfaisant, honnte et impartial gouvernement britannique, ma”tre responsable suprme de sa colonie quŽbŽcoise depuis 1760, sous le rgne de Victoria. Quelles ont ŽtŽ les pŽripŽties politiques dans les parlements, l'opinion publique et dans la finance internationale. Quelles sont les enjeux pour le QuŽbec. Bien sžr, le Gouvernement d'Ottawa, fidle partenaire de celui de Londres, a des raisons d'Žtouffer l'affaire. Il en est autrement du Gouvernement du QuŽbec.

 

Il y a de quoi alimenter les pages de Science et Francophonie.

 

Ë suivre, ˆ bient™t...

 

RŽfŽrences.

RŽf. 1. 2000. Pierre Corbeil Ph.D. Drummondville. La dette fŽdŽrale dans une perspective historique.

Pierre Corbeil Ph.D. Drummondville. DŽcembre

http://www.souverainetelasolution.com/documents/dette_canada_quebec.pdf

 

Gouvernement du QuŽbec, conseil du trŽsor, Budget 1994-1995, crŽdits...le 31 mars 1995 tableau... c-21 ˆ c-25

 

ƒtat comptes publics Province QuŽbec ... 30 juin 1868 d;c session3, 32 Vivc aut 1869 Qv A C™tŽ 1869 37

 

RŽf. 2. Jacques Parizeau 2013, Ne surdramatisons pas notre endettement, Le Devoir, 16V2013,

http://www.ledevoir.com/politique/quebec/378283/ne-surdramatisons-pas-notre-endettement

 

 

RŽf. 4. * **

D'aprs Pierre Corbeil Ph. D. Drummondville 2000,

La dette fŽdŽrale dans une perspective historique, page 9.

Pierre Demers, 17X2013

 

1871 ($)

 

1994 ($)

 

LŽgislation

165 395

AssemblŽe nationale

130 345 000

 

Gouvernement civil

137 086

Direction du gouvernement

42 527 000

 

Services

74 416

Institutions judiciaires

310 102 000

 

 

 

Gestion municipale

412 082 000

 

Perception

82 844

Gestion administrative centrale

1 355 191 000

 

 

 

 

 

 

Travaux Publics

152 670

Transports

1 534 941 000

 

H™pitaux

242 800

SantŽ et services sociaux

12 753 728 000

 

Agriculture

296 000

DŽveloppement Žconomique

715 492 000

 

 

 

Immigration

99 134 000

 

ƒducation

278 350

ƒducation

10 011 326 000

 

Grand total*

1 362 586

Grand total           

27 326 598 000

 

 

"On peut donc se donner comme rgle, en gros, qu'un dollar                                                                            

de 1867 achtait ce qu'on achte aujourd'hui avec 20054,95 dollars." **

                                                                                                                                                                                        

En isolant la somme de 2 lignes.É                                                                                                                                                                          

SantŽ+ƒducation...........................521 150.................................................................................................22 765 954 000

le facteur est encore plus ŽlevŽ............................Facteur 22 765 954 000/521 150 = 43680

* La somme des valeurs de 1871 donnerait plut™t un grand total de 1 429 561.

** Au lieu de 20 054,95 $, il faudrait alors Žcrire 19136 $, une rŽduction de 4,6%, associŽe ˆ une durŽe rŽduite, l'une 1867 ˆ 1995 = 128 annŽes et l'autre 1871 ˆ 1994 = 123 annŽes

 

RŽf. 5. Wiki 2013, Dette publique des ƒtats-Unis.

fr.wikipedia.org/wiki/

Tableau d'aprs RŽf. 5.

Dette publique des ƒtats Unis, B$ ƒ.U.

Fin de l'annŽe fiscale...........................................................

............Dette de l'ƒtat fŽdŽral amŽricain en billions de $

....................................Dette de l'ƒtat fŽdŽral en % du PIB

1940..........0,0506.............52,4%.............................................

2012........16,433.............103,6%............................................

Entre 1940 et 2012 soit 72 annŽes,...............

la dette a augmentŽ d'un facteur 324,8, soit au taux

annuel de 8,4% environ.

 

 

RŽf. 6. U.S.2013, Finances publiques ƒtats-Unis.

1. Dette publique ƒtats-Unis 1800-

www.infoplease.com/ipa/A0104572.html,  Source: U.S. Department of the Treasury, The Public Debt Online. Web: http://www.publicdebt.treas.gov/opd/opdpdodt.htm,

Read more: The Public Debt | Infoplease.com

http://www.infoplease.com/ipa/A0104572.html - ixzz2i5RK8kfZ,

 

Plut™t que la dette, on peut aussi examiner les dŽpenses.

 

2. DŽpenses publiques. des ƒtats-Unis.Voilˆ ce que je trouve $ƒU.

1865  2,680,647,870

1870  2,480,672,428

1995  4,973,982,900,709

interpolons ˆ 1867: on trouve environ 0,002 6 B$ƒU en 1867. Environ en 1995, 4,974 B$ƒ.-U., soit de 1867 ˆ 1995 d'un facteur Žgal ˆ 1913.

 

RŽf. 7. Auteur? 2013, Histoire des ƒtats-Unis en 14 chapitres.( HISTORY OF THE UNITED STATES OF AMERICA).

www.historyworld.net/wrldhis/PlainTextHistories.asp?groupid=3581&HistoryID=ad11&gtrack=pthc,

http://www.historyworld.net/wrldhis/PlainTextHistories.asp?groupid=3495&HistoryID=ad11&gtrack=pthc,

Le 1er paragrahe, extraits:

"So there are hopes in some quarters that parliament in Britain might now adopt a more conciliatory tone. But any such prospect is dashed by the British declaration, in August 1775, that the American colonies are in a state of rebellion.  "Read more: http://www.historyworld.net/wrldhis/PlainTextHistories.asp?groupid=3495&HistoryID=ad11&gtrack=pthc - ixzz2iCjcEkiU

Et le dernier paragraphe:

"The nation is considered by many economists to be in recession when Barack Obama enters the White House in 2009. A few years later the situation seems greatly improved. The annual GDP in 2008 is $13961 billion; in 2012 it is $14991 billion, with predictions in mid-2013 that the figure for this year will be $15684 billion. Wall Street is buoyant. In March 2009, at the height of the crisis, the Dow-Jones index dips below 7500; in August 2013 it is at the record level of 15,500. And unemployment is falling. On the other hand, at the same time, the annual growth rate of the GDP is only 1.7%.  Obama is at this point less than a year into his second term, having defeated the Republican candidate Mitt Romney in the 2012 election."

 

Read more: http://www.historyworld.net/wrldhis/PlainTextHistories.asp?groupid=3581&HistoryID=ad11&gtrack=pthc#ixzz2iCdbLQLI

 

RŽf. 8. Vigile, AndrŽ Pratte  LaPresse 13 juillet 1997

archives.vigile.net/3e/dette/index.html, 

Pas plus de 25% de la dette fŽdŽrale pour un QuŽbec souverain Il faut concevoir et offrir un avantage pŽcuniaire proportionnel ˆ l'effort consenti 

" Une fourchette qui n'offusquerait pas l'ancien premier ministre Jacques Parizeau, qui dŽclarait ˆ Toronto en 1990 : ÇJe m'attends ˆ ce que nous discutions ferme pendant quelque temps pour en arriver finalement ˆ quelque chose comme un quart.

Un quart de la dette fŽdŽrale, c'est en gros 144 milliards, presque deux fois la dette totale actuelle du gouvernement quŽbŽcois ( 78 milliards ). La diffŽrence entre le haut et le bas de la fourchette dŽfinie par le professeur Rowlands, 22% et 25%, n'est pas nŽgligeable. La dette fŽdŽrale avoisinant les 575 milliards, ces 3% reprŽsentent quelque 17 milliards. C'est, par exemple, prs du double du budget annuel du ministre de l'ƒducation. "

RŽf. 9. IEDM 2012, Compteur de la dette quŽbŽcoise.

 http://www.iedm.org/fr/57-compteur-de-la-dette-quebecoise,

Voisine de 0,260 B$, en excluant la part de la dette fŽdŽrale qui revient au QuŽbec.

NDLR. Cette part pourrait tre de 20% ˆ 25% de cette dette fŽdŽrale.

RŽf. 10. AFP 2012, La dette du gouvernement fŽdŽral atteignait 582,2 milliards de dollars ˆ la fin mars.

affaires.lapresse.ca/economie/canada/201211/23/01-4597133-la-dette-federale-atteindrait-les-600-milliards-samedi.php

----------O--------------

----------------O------------------------------------

L'atome MontrŽalais.

***** *** Une correspondance

visant ˆ rapatrier les archives du Laboratoire atomique ˆ l'UdeM, 1943-1945.

Antoine ThŽort et Pierre Demers.

 

Demers Pierre <pierre_demers@sympatico.ca>

Ë : Antoine ThŽort <antheoret@hotmail.com>, Day Maurice <mauriceday@videotron.ca>

Re: AtomeduQuŽbec, Archives, recteur, Rvous

Le 2013-10-24 ˆ 23:08, Demers Pierre <pierre_demers@sympatico.ca> a Žcrit :

Cher Antoine ThŽort,

J'essaie de comprendre, essayez de me faire comprendre ce qui , dans toutes ces listes, ce qui est pertinent ˆ l'atome de MontrŽal ˆ l'UdeMÉ

Ainsi, je vois ceci dans votre lien.: http://www.kcl.ac.uk/lhcma/pro/p-ab02.htm

AB1/169 1943-1945

Montreal Laboratory: scientific staff policy.

AB1/170 1941

Lord Cherwell's minute to the Prime Minister relating to use of atomic energy for bomb.

Cela me rappelle des passage des livres de Bertrand Goldschmidt avec l'aristocratie anglaise de lords etc..

Ce sont Žvidemment des papiers, tout n'Žtant pas accessible sous format numŽrisŽÉ

Et puis, une exposition est en cours, rŽalisŽe par une chercheuse de l'UdeM, qui donc?

J'ai accordŽ une attention distraite ˆ cette expo. L'avez-vous visitŽe? Moi non.

 

Et puis, HQ a voulu nommer une salle de mon nom, est-ce tournŽ en queue de poisson?

 

Voilˆ: l'expo Žtait prŽvue Ville de MontrŽal, place d'Youville.

"La face cachŽe de la montagne."

 

http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=8757,110315570&_dad=portal&_schema=PORTAL

 

"QuÕest-ce qui unit Maurice Richard, Lionel Groulx et John Molson ˆ la montagne? Quel secret abritait lÕUniversitŽ de MontrŽal en 1943?"

 

J'aperois ceci, mais je n'y ai trouvŽ aucune mention du labo ˆ l'UdeM:MR SauvŽ

http://www.archipel.uqam.ca/4778/1/M9796.pdf

 

Et encore, dans Forum du 14X2013, p.3:

https://www.google.ca/search?q=udemontreal+expositions&ie=utf-8&oe=utf-8&rls=org.mozilla:fr:official&client=firefox-a&channel=fflb&gws_rd=cr&ei=hstpUofNC-G8yAH6mIHoCA#channel=fflb&q=udemontreal+expositions+labo+atomique+1943&rls=org.mozilla:fr%3Aofficial,  

 

"Ds 1943, en pleine guerre mondiale, un laboratoire secret dans l'aile ouest du pavillon Roger-Gaudry rassemblera d'Žminents chercheurs pour contribuer ˆ la fabrication de l'arme atomique. "

 

Salle c-2043, dans Lionel Groulx 9  17, l ˆ v.

 

L'U pourrait au moins demander des copies numŽrisŽes auprs des dŽtenteurs de documents pertinents. Je suppose qu'il en reste dans les classeurs ˆ Ottawa et peut-tre ˆ Chalk River. O sont les photos prises par le photographe Norman Veall. J'avais un exemplaire de l'une d'elles, prise en (1944) devant l'entrŽe de la Fac. de MŽdecine dans la Cour d'honneur, montrant Auger, May, Yaffe etc et moi-mme, que j'ai prtŽe ˆ l'alors principal (vice recteur?) de McGill, LŽo Yaffe chimiste. J'ai en vain essayŽ de la ravoir: Il l'avait ŽgarŽe, et il est mort depuis ce temps. Mais je vous ai racontŽ cette histoire dŽjˆ.

      http://www.science.ca/scientists/scientistprofile.php?pID=289

 

Amical.

Pierre Demers 23h10 HAE jeudi 23 X2013

 

 

J'ai h‰te que votre grand ouvrage sur l'atome ˆ MontrŽal paraisse.

 

==

Le 2013-10-24 ˆ 13:57, Antoine ThŽort <antheoret@hotmail.com> a Žcrit :

Cher Professeur Demers,

 

Bien heureux que nous ayions repris contact et je regrette de ne pas avoir pu aller  vous rencontrer cet ŽtŽ.

 

Selon le lien suivant: http://www.kcl.ac.uk/lhcma/pro/p-ab02.htm

les rapports rŽdigŽs au Laboratoire de MontrŽal se retrouvent au  Liddell Hart Military Archives du King's College de Londres. La liste de ces rapports parmi lesquels on retrace vos propres rapports de mme que ceux de Jacques HŽbert, Auger,  Goldschmidt, GuŽron....est fournie dans la rŽfŽrence ci-haut.

Comme ces rapports font parti d'une large collection de l'histoire militaire anglaise, je doute  trs fortement qu'on puisse les rŽpatrier. Par contre votre suggestion que l'UdeM mette  davantage en valeur cette page fascinante de son histoire mŽrite d'tre retenue. Je commencerais par la Plaque CommŽmorative. Elle occupe une place de choix dans la cour d'honneur mais elle est difficilement lisible pour le passant et passe finalement  inaperue. A l'intŽrieur de la batisse ( Hall d'Honneur? ) , on pourrait Žgalement mettre en place un prŽsentoir  mural qui rapplerait les grandes lignes de cette  grande Bataille des Cerveaux.

 

Antoine ThŽort

 

NB: Je repars  dŽjˆ pour la Floride la semaine prochaine et ne pourrai donc pas assister ˆ la rencontre du recteur.

 

From: pierre_demers@sympatico.ca

Subject: AtomeduQuŽbec, Archives, recteur, Rvous

Date: Thu, 24 Oct 2013 08:44:15 -0400

CC: mauriceday@videotron.ca; saintdenis@sympatico.ca; helene_1@sympatico.ca; jrmsau@videotron.ca

To: antheoret@hotmail.com; antheoret@cgocable.ca

 

Antoine ThŽort <antheoret@hotmail.com>, antheoret@cgocable.caDay Maurice <mauriceday@videotron.ca>, Saint-Denis Yves <saintdenis@sympatico.ca>, Trudeau HŽlne <helene_1@sympatico.ca>, SauvŽ Marcel <jrmsau@videotron.ca>

 

Cher Antoine ThŽort,

Reprenons contact!

Je crois que vous m'avez Žcrit que les archives du Laboratoire de MontrŽal sont prŽsentement en Angleterre.

Il me semble que leur place, plus appropriŽe, serait dans la b‰tisse mme o elles sont apparues, soit dans les murs de l'UdeM. L'U pourrait nŽgocier ce transfert.

Qu'en pensez-vous?

J'en ai parlŽ hier, au cours d'une rencontre du Bureau de la LISULF. J'en parlerais au Recteur ˆ une prochaine occasion, prŽvue pour le mercredi 30X2013 prochain.

En serez-vous?*

AmitiŽs.

Pierre Demers  physicien LISULF 8h45 HAE physique 1935

RŽf.lisulf,  www.happyones.com/montreal/,  antheoret@cgocable.ca,

===

 

----------O--------------

----------------O------------------------------------

***** ****Un dialogue avec le Recteur Breton.

Pierre Demers.

RŽf. Maurice Day, HŽlne Trudeau, Marilou Garon.

 

30X2103, 18h, Salle M415, Pavillon Roger Gaudry.

 

Mon cher Recteur et collgue,

Je vous fŽlicite d'accomplir cette t‰che exigeante ˆ la tte de notre grande universitŽ de langue franaise, au 1er rang en terre quŽbŽcoise et amŽricaine. Sa devise, Fide splendet et Scientia disons en abrŽgŽ F&S, ressemble beaucoup ˆ S&F, abrŽviation de Science et Francophonie, dont le nom est tout un programme, publication de la LISULF, Ligue Internationale des Scientifiques pour l'Usage de la Langue Franaise, qui fut crŽŽe en 1979, Paul Lacoste Žtant recteur, par plusieurs dipl™mŽs dont notoirement Jean-Arnold Drapeau. J'en suis l'actuel prŽsident.

 

Primo, je voudrais vous suggŽrer qu'il serait ˆ l'avantage de l'UdeM de rapatrier dans ses murs les archives du l'Atome de MontrŽal, qui a rendu notre b‰tisse cŽlbre, je veux dire de ce Laboratoire multinational conjoint Canada-Angleterre-France qui occupa, de 1943 ˆ 1945, une partie de la b‰tisse prŽvue pour l'h™pital universitaire, en liaison avec le Projet Manahttan qui culmina en aožt 1945 avec l'usage des deux bombes ˆ Hiroshima et ˆ Nagasaki. J'y travaillai, en compagnie de plusieurs scientifiques francophones dont Halban et Kowarski. Un plaque de bronze dans la Cour d'honneur, trop peu visible, en fixe la mŽmoire. Un autre de nos dipl™mŽs, Antoine ThŽort a entrepris d'en Žcrire l'histoire et il me dit que les archives seraient principalement en Angleterre, probablement une partie est encore au Canada. Vous pourrez regarder un dossier annexŽ.

 

Secundo, je voudrais vous suggŽrer qu'il serait ˆ l'avantage de l'UdeM qu'elle se charge pleinement de sa mission exemplaire de rayonner en franais par les publications scientifiques, surtout dans ces magnifiques locaux du prochain campus d'Outremont en construction bient™t.

 

L'histoire du 19e sicle explique qu'il est difficile de s'y dŽcider parce que Lambton Lord Durham, Žmissaire de la Reine Victoria en 1838, a lŽguŽ un fant™me apeurant qui flotte encore. Je cite ses paroles.

"toute autre race que la race anglaise (jÕapplique ce mot ˆ tous ceux qui parlent la langue anglaise) y appara”t dans un Žtat dÕinfŽrioritŽ."

et ces autres, peu rassurantes.

"il est impossible, avec la plus grande libŽralitŽ de la part du Gouvernement britannique, de donner une position Žgale, dans la concurrence gŽnŽrale de son immense population, ˆ ceux qui parlent une langue Žtrangre."

 

Elles planent toujours, comme une bŽnŽdiction au rebours.

Moi-mme, en les relisant, je frissonne avec un serrement de coeur. Bien sžr. ce n'est qu'un fant™me, mais les sentiments gouvernent les actes et les finances publiques. C'est ainsi que le Bas-Canada devenu Province du QuŽbec en 1867, fut chargŽ de la dette accumulŽe par le Haut-Canada jusqu'en 1841, et frustrŽ d'un manque ˆ gagner ŽvaluŽ aujourd'hui ˆ des dizaines de billions de dollars, qui manquent par consŽquent dans notre bas de laine. Par des procŽdŽs d'intimidation.

 

L'adage: "Publiez en anglais ou pŽrissez" a donc une origine lointaine.

On nous fait vivre dans la peur, la peur de dŽplaire aux Anglais. Cela par exemple dans la prŽsente course municipale au vote des anglophones, malgrŽ la loi 99 qui affirme tranquillement: le franais est la langue commune et officielle pour tous, anglophones compris.

 

Notre Žlite oeuvrant ˆ l'UdeM devrait savoir mieux, elle qui professe la libertŽ d'expression dans ses actes exemplaires que le public regarde.

 

Tertio, je vous signale que cette libertŽ, de publier en franais, est facile de rŽalisation. La toile informatique est libŽratrice. Quiconque, tout chercheur de l'UdeM est libre de faire para”tre ses dŽcouvertes sur la toile informatique, rapidement, en franais uniquement, avec archivage comme patrimoine national dans la BaNQ Bibliothque et archives nationales du QuŽbec, avec une autocensure que les doyens et directeurs de laboratoire pourront confirmer. Ce sera la fin de l'exploitation abusive qui enrichit des Žditeurs, dŽnoncŽs universellement, de cožteuses revues papier en anglais uniquement.

 

Je prche d'exemple: toutes mes publications sont en franais depuis 1980. Voyez le site LISULF. Vous y verrez que l'AssemblŽe des Patriotes de l'AmŽrique Franaise m'a dŽcernŽ son Grand Prix Pasteur-Frappier 2013 pour mon oeuvre scientifique en franais sur le Systme du QuŽbŽcium. 

 

L'UdeM ayant pris les devants, le monde entier du savoir en franais devra la suivre, QuŽbec, France et ailleurs.

 

Quarto. En teminant, je suggre que l'usage de la langue franaise ˆ l'UdeM est une affaire importante et permanente pour les annŽes ˆ venir. Je suggre, aprs une brve correspodance avec notre Vice-recteur Lalande, que vous pourriez crŽer un vice-rectorat ˆ l'usage de la langue franaise, en liaison avec le Ministre appropriŽ. La LISULF offrirait ses services ˆ titre d'expert.

 

Pierre Demers sciences 1936 Professeur honoraire PrŽsident-fondateur de la LISULF

 

RŽfŽrences.

 

RŽf. 1. http://www.lisulf.quebec/SF026.htm

 

RŽf. 2. bilan.usherbrooke.ca/bilan/liste.jsp?titreListe=141, Jean-Herman Guay, Liste des Recteurs de l'UniversitŽ de MontrŽal,

 

RŽf. 3. Antoine ThŽort et Pierre Demers, L'Atome MontrŽalais, Une correspondance visant ˆ rapatrier les archives du Laboratoire atomique ˆ l'UdeM, 1943-1945. S&F 028, octobre 2013

 

RŽf. 4. Systme du QuŽbŽcium, voir LISULF  http://www.lisulf.quebec/lisulf.htm

 

RŽf. 5. Politique linguistique de l'UniversitŽ Laval et recrutement.

h) Les enseignants et les chercheurs utilisent, ˆ qualitŽ scientifique et ˆ portŽe Žgales, les canaux francophones pour la diffusion des rŽsultats de leurs travaux scientifiques.

 

RŽf. 6. Marilou Garon , CONSEILLéRE EN COMMUNICATION, UNIVERSITƒ DE MONTRƒAL, BUREAU DES COMMUNICATIONS ET DES RELATIONS PUBLIQUES

3744, RUE JEAN-BRILLANT, BUREAU 490   MONTRƒAL, QUƒBEC  H3T 1P1

514 343-6111 poste 4905

 

RŽf. 7. Le 2013-10-29 ˆ 15:14, Maurice Day <mauriceday@videotron.ca> a Žcrit :

BRAVO, trs beau texte et vous devriez en apporter quelques copies papier pour distribuer. Maurice

(quelques petites corrections de frappe en ROUGE)

 

RŽf. 8. Le 2013-10-29 ˆ 21:12, HŽlne Trudeau <helene_1@sympatico.ca> a Žcrit :

Bonjour Monsieur Demers,

Trs bien pensŽ, cette suggestion de rapatrier les archives du laboratoire scientifique o vous avez travaillŽ dans vos jeunes annŽes. Trs lŽgitime comme projet.

EspŽrons que le recteur sera Žgalement rŽceptif ˆ votre souhait quÕil participe davantage ˆ la promotion du franais ˆ lÕuniversitŽ et particulirement dans les publications des chercheurs, souhait dont lÕidŽe dÕun vice-rectorat au franais dŽcoule naturellement.

  Je vous souhaite une excellente journŽe le 30. HŽlneT

 

RŽf. 9.

Le 2013-10-30 ˆ 11:57, Demers Pierre <pierre_demers@sympatico.ca> a Žcrit :

11h50

Mon fils Patrick Demers m'accomgnera, photographe et aide audition, y -at'il un systme de son adŽquat? Je suis un peu sourd.

 

Garon Marilou <marilou.garon@umontreal.ca> dŽjˆ

Day Maurice <mauriceday@videotron.ca>, Saint-Denis Yves <saintdenis@sympatico.ca>, Trudeau HŽlne <helene_1@sympatico.ca>, SauvŽ Marcel <jrmsau@videotron.ca>

 

Le 2013-10-30 ˆ 11:22, Demers Pierre <pierre_demers@sympatico.ca> a Žcrit :

Mme Garon, ce matin mercredi 11h30 HAE, bonjour

 

Le 2013-10-29 ˆ 16:48, Demers Pierre <pierre_demers@sympatico.ca> a Žcrit :

 

Mme Garon, 514 343 6111   4905               514 747 2308

 

Merci vos compliments

Je vois votre principe de questions plut™t que dialogues.

 

(La libertŽ de communication universitaire, c'est de prendre le temps qu'il faut en temps utile.)

 

Il n'y a pas de malheur!

 

Je suivrai vos recomandations, ma lecture totale serait 8 ou 9 minutes.

 

Par exemple dans l'ordre c, b, a

 

Voyez plus bas le morcellement possible.

 

Total 300 sec, si vous jugez que cela est du temps bien employŽ!

 

Y aura-t'il une suite ˆ cette sŽanceÉ?

 

J'attends la suite de vos conseils. 16h47 HAE

Pierre Demers

 

Qu'en dites-vous?

===

Le 2013-10-29 ˆ 15:52, Garon Marilou <marilou.garon@umontreal.ca> a Žcrit :

Monsieur Demers,

 

J'ai trop de commentaires pour vous rŽpondre par tŽlŽphone alors je prŽfre procŽder par courriel.

 

1. Votre allocution est malheureusement trop longue. Puisque nous ne disposons que d'une heure et que plus de 100 personnes ont rŽservŽ leur place, je devrai limiter les interventions de chacun ˆ quelques minutes tout au plus. J'agirai ˆ titre de modŽratrice lors de cette sŽance et ce sera lˆ l'essentiel de mon r™le, ˆ savoir de donner ˆ tous le temps de parole.

 

2. Je vous conseille donc de morceler votre allocution en plusieurs questions que vous pourrez poser l'une ˆ la fois. Ainsi, lorsque vous aurez posŽ une question ou fait un commentaire, je passerai ˆ d'autres intervenants et je pourrai vous revenir par la suite.

 

3. Je soulve trois thmes principaux dans votre allocution, que je subdiviserais en trois suggestions:

a) RŽcupŽrer ˆ MontrŽal les archives de l'Atome de MontrŽal.

b) Encourager la publication scientifique en franais.

c) CrŽation d'un vice-rectorat ˆ l'usage de la langue franaise.

 

4. Je vous encourage ˆ ne pas faire de votre temps de parole un exposŽ d'informations. Bien que votre expŽrience et vos connaissances semblent tre d'une profonde richesse, nous n'aurons le temps que pour des interventions concises et brves, et ce, pour le respect des personnes prŽsentes qui voudront ˆ la fois s'exprimer et entendre les rŽactions du recteur.

 

En espŽrant que ces commentaires vous seront utiles, je vous remercie chaleureusement, Monsieur Demers, pour votre temps et intŽrt. C'est avec grand plaisir que je vous retrouverai demain soir.

 

Cordialement,

Marilou Garon

 

Et vive la libertŽ d'expression!

===============

MORCELLEMENT POSSIBLE, total 300 sec

 

c   90sec 

Mon cher Recteur et collgue,

Je vous fŽlicite d'accomplir cette t‰che exigeante ˆ la tte de notre grande universitŽ de langue franaise, au 1er rang en terre quŽbŽcoise et amŽricaine. Sa deviseFide splendet et Scientia disons en abrŽgŽ F&S, ressemble beaucoup ˆ S&F, abrŽviation de Science et Francophonie, dont le nom est tout un programme, publication de la LISULF, Ligue Internationale des Scientifiques pour l'Usage de la Langue Franaise, qui fut crŽŽe en 1979, Paul Lacoste Žtant recteur, par plusieurs dipl™mŽs dont notoirement Jean-Arnold Drapeau. J'en suis l'actuel prŽsident.

En commenant, je suggre que l'usage de la langue franaise, objet de dŽnigrements depuis Lord Durham, ˆ l'UdeM, est une affaire requŽrant attention, importante et permanente pour les annŽes ˆ venir. Je suggre, aprs une brve correspondance avec notre Vice-recteur Lalande, que vous pourriez crŽer un vice-rectorat ˆ l'usage de la langue franaise, en liaison avec le Ministre appropriŽ. La LISULF offrirait ses services ˆ titre d'expert.

 

Pierre Demers sciences 1936 Professeur honoraire PrŽsident-fondateur de la LISULF

 

b 130 sec

 

Ensuite. Je voudrais vous suggŽrer qu'il serait ˆ l'avantage de l'UdeM qu'elle se charge pleinement de sa mission exemplaire de rayonner en franais par les publications scientifiques, surtout dans ces magnifiques locaux du prochain campus d'Outremont en construction bient™t.

 

L'histoire du 19e sicle explique qu'il est difficile de s'y dŽcider parce que Lambton Lord Durham, Žmissaire de la Reine Victoria en 1838, a lŽguŽ un fant™me apeurant qui flotte encore. Je cite ses paroles.

"toute autre race que la race anglaise (jÕapplique ce mot ˆ tous ceux qui parlent la langue anglaise) y appara”t dans un Žtat dÕinfŽrioritŽ."

et cette autre, peu rassurante.

"il est impossible, avec la plus grande libŽralitŽ de la part du Gouvernement britannique, de donner une position Žgale, dans la concurrence gŽnŽrale de son immense population, ˆ ceux qui parlent une langue Žtrangre."

 

Elles planent toujours, comme une bŽnŽdiction au rebours.

Moi-mme, en les relisant, je frissonne avec un serrement de coeur. Bien sžr. ce n'est qu'un fant™me, mais les sentiments gouvernent les actes et les finances publiques. C'est ainsi que le Bas-Canada devenu Province du QuŽbec en 1867, fut chargŽ de la dette accumulŽe par le Haut-Canada jusqu'en 1841, et frustrŽ d'un manque ˆ gagner ŽvaluŽ aujourd'hui ˆ des dizaines de billions de dollars, qui manquent par consŽquent dans notre bas de laine. Par des procŽdŽs d'intimidation.

 

L'adage: "Publiez en anglais ou pŽrissez" a donc une origine lointaine.

On nous fait vivre dans la peur, la peur de dŽplaire aux Anglais. Cela par exemple dans la prŽsente course municipale au vote des anglophones, malgrŽ la loi 99 qui affirme tranquillement: le franais est la langue commune et officielle pour tous, anglophones compris.

 

Notre Žlite oeuvrant ˆ l'UdeM devrait savoir mieux, elle qui professe la libertŽ d'expression dans ses actes exemplaires que le public regarde.

 

De plus, je vous signale que cette libertŽ, de publier en franais, est facile de rŽalisation. La toile informatique est libŽratrice. Quiconque, tout chercheur de l'UdeM est libre de faire para”tre ses dŽcouvertes sur la toile informatique, rapidement, en franais uniquement, avec archivage comme patrimoine national dans la BaNQ Bibliothque et archives nationales du QuŽbec, avec une autocensure que les doyens et directeurs de laboratoire pourront confirmer. Ce sera la fin de l'exploitation abusive qui enrichit des Žditeurs, dŽnoncŽs universellement, de cožteuses revues papier en anglais uniquement.

 

Je prche d'exemple: toutes mes publications sont en franais depuis 1980. Voyez le site LISULF. Vous y verrez que l'AssemblŽe des Patriotes de l'AmŽrique Franaise m'a dŽcernŽ son Grand Prix Pasteur-Frappier 2013 pour mon oeuvre scientifique en franais sur le Systme du QuŽbŽcium. 

 

L'UdeM ayant pris les devants, le monde entier du savoir en franais devra la suivre, QuŽbec, France et ailleurs.

 

a 80 sec

 

Et encore, je voudrais vous suggŽrer qu'il serait ˆ l'avantage de l'UdeM de rapatrier dans ses murs les archives du l'Atome de MontrŽal, qui a rendu notre b‰tisse cŽlbre, je veux dire de ce Laboratoire multinational conjoint Canada-Angleterre-France qui occupa, de 1943 ˆ 1945, une partie de la b‰tisse prŽvue pour l'h™pital universitaire, en liaison avec le Projet Manahttan qui culmina en aožt 1945 avec l'usage des deux bombes ˆ Hiroshima et ˆ Nagasaki. J'y travaillai, en compagnie de plusieurs scientifiques francophones dont Halban et Kowarski. Une plaque de bronze dans la Cour d'honneur, trop peu visible, en fixe la mŽmoire. Un autre de nos dipl™mŽs, Antoine ThŽort a entrepris d'en Žcrire l'histoire et il me dit que les archives seraient principalement en Angleterre, probablement une partie est encore au Canada. Vous pourrez regarder un dossier annexŽ.

 

RŽf. 10. UdeM 2013, Reprise des Dialogues avec le recteur,

www.nouvelles.umontreal.ca/campus/communaute-udem/20130909-reprise-des-dialogues-avec-le-recteur.html

 

RŽf. 11. Post Sriptum 4XI2013. En guise de PV de ce dialogue. Une soixantaine de participants. On m'a tŽmoignŽ des Žgards. On m'a permis de prononcer ˆ peu prs ces paroles, 90 sec:

 

" En commenant, je suggre que l'usage de la langue franaise, objet de dŽnigrements depuis Lord Durham, ˆ l'UdeM, est une affaire requŽrant attention, importante et permanente pour les annŽes ˆ venir. Je suggre, aprs une brve correspondance avec notre Vice-recteur Lalande, que vous pourriez crŽer un vice-rectorat ˆ l'usage de la langue franaise, en liaison avec le Ministre appropriŽ. La LISULF offrirait ses services ˆ titre d'expert.

Pierre Demers sciences 1936 Professeur honoraire PrŽsident-fondateur de la LISULF."

 

La rŽponse: j'ai cru comprendre qu'il y a dŽjˆ un comitŽ pour s'occuper de ce sujet...

La rencontre a durŽ 2 heures.

 

Mme Garon: "Le recteur serait heureux de vous recevoir, vous pouvez prendre rendez-vous avec lui."

 

1. Merci au Recteur de cette offre.

2. RŽflexion faite. L'expertise que j'ai offerte est celle de la LISULF, non de ma personne. J'aimerais plut™t que le Recteur invite la LISULF ˆ le rencontrer avec possibilitŽ d'un suivi. La vocation naturelle de la LISULF est de dialoguer avec des universitŽs, ce qu'elle a fait auprs de Paul Lacoste, RenŽ j. A. LŽvesque, du recteur Boursin de l'UniversitŽ de Reims-Champagne-Ardennes etc.

3. Ou encore, le Recteur Breton voudrait-il inscrire l'UdeM comme membre corporatif et adresser pour para”tre dans S&F ses commentaires aux sujets 10o, 2o, 3o, 4o ci-haut, commentaires qu'il ferait para”tre simultanŽment dans Forum de l'UdeM?

 

Les FORUM des lundis 4 et 11XI2013: je n'y aperois pas de compte rendu de ladite rencontre. Je lui offert mon texte ci-haut, courriel du 4XI2013 3h52 HNE avec copies ˆ Mme Garon, Recteur, bureau de la LISULF.

 

RŽf. 12. http://www.nouvelles.umontreal.ca, Lundi 4 novembre 2013

http://www.nouvelles.umontreal.ca/campus/activites-speciales-et-invites/20131105-les-diplomes-dialoguent-avec-le-recteur.html

Un extrait: " Le doyen des participants, Pierre Demers, dipl™mŽ en sciences en 1936, a ainsi livrŽ un plaidoyer convaincu en faveur de la protection du franais en recherche." Verbalement, j'ai plut™t suggŽrŽ: " crŽer un vice-rectorat ˆ l'usage de la langue franaise"...

- 30 -

----------O--------------

----------------O------------------------------------

***** *****Votre cotisation 2013.

Le TrŽsorier.

Grande campagne de cotisations.

Tous ensemble en 2013.

Pour le franais en science.

Pour la libŽration nationale.

Nous avons des chances de rŽussir.

.Description : Macintosh HD:Users:pierre1:Desktop:2.publication:SF027_fichiers:image021.png.

Imprimez et employez ce quoi ci-dessus ou encore, envoyez votre chque 25$ Can ou 25 Euros avec vos adresse, No de tŽlŽphone et adresse courriel ordre LISULF ˆ  1200 Latour, St. Laurent  Qc H4L 4S4

Cotisation corporative 200$ Can ou 200 Euros.

ƒtudiant 10$ Can ou 10 Euros.

Don : illimitŽ.

Donnez gŽnŽreusement.

Sincre mais trop pauvre? Quand mme! 0$ Can ou 0 Euro.

----------O--------------

----------------O------------------------------------

Dernire heure.

***** ***** *L'unique victoire militaire du Bas-Canada, Saint-Denis 1837!-CommŽmoration journŽe le 24 novembre 2013. RŽf. SSJBM

Baptiste, RhŽal Mathieu.

NDLR. Mon ami Baptiste m'a confiŽ ce texte, que je publie, ayant ŽtŽ alertŽ par RhŽal Mathieu.

RŽf. http://www.lisulf.quebec/MessageLISULF14XI2013.htm

Lequel  contenait une information pŽrimŽe d'une annŽe. Correction faite le 16XI2103.

===

Le 2013-11-14 ˆ 23:27, RhŽal Mathieu <rhealmathieu@hotmail.com> a Žcrit :

DŽsolŽ, mais vous avez publiŽ lÕinformation de lÕan dernier 21 novembre 2012 :

http://www.capsurlindependance.org/actualite/54-ssjbm/123-175e-de-la-victoire-des-patriotes-a-saint-denis-ssjbm

La bonne information est ici :

http://www.capsurlindependance.org/evenements/icalrepeat.detail/2013/11/24/62/12/rps-commemomeration-victoire-des-patriotes-a-saint-denis-sur-richelieu-et-diner-des-patriotes.html

Merci de corriger.

RhŽal Mathieu.

===

Eh oui! Nous sommes en 2013, et la journŽe commŽmorative de la Victoire de Saint-Denis sur Richelieu, Qc, aura lieu dimanche le 24 novembre 2013. Rendez-vous pour tous et toutes.

Un autobus partira de la SociŽtŽ Saint-Jean-Baptiste de MontrŽal SVP RŽserver 514 843 8851 
SANS FRAIS

Baptiste dit: notre prochaine victoire sera celle de  notre accs ˆ l'indŽpendance, elle sera gagnŽe sans tirer un coup de feu et sans mme un blessŽ, par la discussion sereine entre gouvernements civilisŽs et de bonne volontŽ. Lisez le prochain livre du capitaine Marcel SauvŽ, le 5e Žcrit par cet auteur, para”tra prochainement, rŽservez chez votre libraire..

NB. On trouve sur le marchŽ alimentaIre le fromage bleu quŽbŽcois RƒBELLION DE 1837. http://www.fromagerie-montebello.ca/index.php/fr/nos-fromages/rebellion-1837.

Baptiste.

----------O--------------

----------------O------------------------------------

--30 –