lisulfsf

SF033

prŽcŽdent  SF032     

suivant SF034

voyez aussi hors sŽrie:

SF28rŽf, SFtdm001

12,14,12,12

18,28,22,18

 

Science et Francophonie

FŽvrier  2014 No 033.

Paraissant le 15 fŽvrier 2014.

Version du 15 II 2014, du 26II2016. Alerte, voyez ***** *****.

RŽdacteur en chef Pierre Demers.  Science et Francophonie para”t en ligne.

Para”t sous lÕautoritŽ de la LISULF.  Ligue Internationale des Scientifiques pour lÕUsage de la Langue Franaise.

GŽnŽrique. Voyez SF032

Science et Francophonie. Contenu du No 033, fŽvrier 2014, paraissant le 15 fŽvrier 2014.

 

FŽvrier  2014 No 033.

Provenant des Archives de l'AssemblŽe nationale du QuŽbec.

*ƒtats financiers du Haut-Canada et du Bas-Canada ˆ la fin de leur existence en 1841.

Officiel.

Dette du H.-C., surplus du B.-C..

Colborne, Ellenborough, Gosford, Hume, Wellington.

** Des Anglais notables ˆ

la rescousse du Bas-Canada. 1840.

Pierre Demers.

Bourgeois, Casgrain, Lajoie, Royal, Sydenham, Turcotte.

Longtemps aprs l'Union.

***Des Canadiens notables viendront-ils ˆ

la rescousse du QuŽbec en 2014?

Pierre Demers.

Vedettes: John Baird, Winston Churchill, Disra‘li, Claude Dupras, Jim Flaherty, Rob Ford, Stephen Harper, NŽtanyahou, Pauline Marois, Victoria.

La dette, les intŽrts du QuŽbec.

****Il ne prend jamais parti pour le QuŽbec."

Claude Dupras.

Stephen Harper.

Un virage au franais ˆ l'UniversitŽ de MontrŽal.

*****Oui ou non. Est-il temps?

HŽlne Trudeau, Pierre Demers.

Vedettes.

Tous mes amis bienvenus.

***** *Le JubilŽ de Pierre Demers 1914, centenaire.

Pierre Demers 1914.

Un comitŽ de la LISULF. CrŽer des ŽvŽnements en 2014-2015. Voulez-vous participer?

Bureaux de la LISULF 2013. Aperus.

***** **Procs-verbaux, rŽunions en 2013 des 23 octobre, 25 juin, 15 juin et 6 mai. ODJ 10II2014.

RenŽ Marcel SauvŽ, Maurice Day.

Yves Saint-Denis, HŽlne Trudeau, Pierre Demers.

 

***** ***Votre cotisation 2014.

Ė l'UdeM.

***** ****Des Žtudiants veulent du franais.

HŽlne Trudeau.

Le franais ˆ l'UniversitŽ.

Sous un pont montrŽalais, en 2014.

***** *****C'Žtait un 15 fŽvrier 1839, il y a 175 ans.

Micheline Lachance.

ILS pourraient au moins s'excuser. Et payer leur dette de 1841, qui aura 175 ans en 2016.

 

----------O--------------

----------------O------------------------------------

Provenant des Archives de l'AssemblŽe nationale du QuŽbec.

SF033*ƒtats financiers du Haut-Canada et du Bas-Canada ˆ la fin de leur existence en 1841.

Officiel.

Dette du H.-C., surplus du B.-C..

 

 

Avertissement.

J'ai voulu trouver un texte officiel qui confirmerait le montant de la dette admis par Pierre Corbeil au dŽpart de son analyse de la dette historique envers le QuŽbec, dŽcrite dans l'Action Nationale en 2000 et reprise dans son livre rŽcent et dans Science et Francophonie RŽfs. 1 ˆ 5. ƒtant incapable d'atteindre sur la toile la rŽfŽrence qu'il donnait (RŽf. 6), j'ai cru indispensable de m'adresser aux archives du Canada actuel. Pierre Corbeil lui-mme m'a transmis le document voulu. Archives Canada m'a aimablement rŽpondu. RŽf. 1.

 

La dette.

La voilˆ, dans une version pdf cherchable ˆ la disposition de tous et en mŽmoire dans le site de la LISULF RŽf. 3. Voici en  extrait sa partie essentielle.

 

"DOCUMENTS RELATIFS A U PARTAGE DE LA DETTE  ENTRE LES PROVINCES DE QUƒBEC ET D'ONTARIO"

pp. 86, 87.

 

.  Description : Macintosh HD:Users:pierre1:Dropbox:Captures d'écran:Capture d'écran 2014-02-02 12.14.19.png  .

 

. Description : Macintosh HD:Users:pierre1:Dropbox:Captures d'écran:Capture d'écran 2014-02-02 12.15.07.png " .

 

Le montant au dŽpart en 1841 est bien celui proposŽ par Pierre Corbeil dans son article dans l'Action Nationale de l'an 2000.

 

Dette du Haut-Canada envers le Bas-Canada en 1841.

6 115 085, 95 $ = 6,115 085 095 Millions $ = 0,006 115 085 095 Milliard $ = 0,000 006 115 085 095 Billion $

 

Remarque 1.

 

Le passage ci-dessous (QuŽbec pourrait, ...) serait-il rŽvŽlateur de dettes supplŽmentaires imputables au H. C. , s'ajoutant ˆ celle prŽsente en 1841, crŽŽes durant la durŽe du C.-u. envers le QuŽbec de 1867, pages 121, 122:

.   .

"QuŽbec pourrait, avec autant de raison, allŽguer, qu'en supposant mme que le Bas-Canada ait plus largement bŽnŽficiŽ de cette lŽgislation, ce n'Žtait qu'une faible compensation des $7,573,744.05 d'intŽrts payŽs par le Canada-uni sur la dette du Haut-Canada depuis 1841, — des $3,192,707.38 d'excŽdant reu par le Haut-Canada sur son fonds des municipalitŽs,— des $8425,527.02 retirŽs par le Haut-Canada, sous le nom de "Fonds destinŽ aux amŽliorations, Haut-Canada, pour ce qui aurait dž..."

 

Je m'arrte au seul montant de "7,573,744.05 d'intŽrts. En supposant des versement annuels Žgaux, il y en a 26 cela fait ˆ chaque annŽe:

$7,573,744.05 /26 = 291 298 $

en divisant par le taux officiel de 5%, le capital est:

5 825 956 $.

En divisant par le taux de 3%, le capital est:

9 709 266 $.

 

.  ­­­­­Description : Macintosh HD:Users:pierre1:Dropbox:Captures d'écran:Capture d'écran 2014-01-30 21.09.51.png .

. Description : Macintosh HD:Users:pierre1:Dropbox:Captures d'écran:Capture d'écran 2014-01-30 21.11.04.png   .

 

Remarque 2.

 

Une analyse complte Žclairerait l'origine de la dette de 62,5 millions de $ apparaissant dans l'Acte AABN crŽant la Puissance du Canada:

"le montant de la dette excŽdant 62,5 millions de $". Ces 62,5 millions de dette, les contribuables du QuŽbec seront appelŽs ˆ la rŽgler par leur part des imp™ts que le Canada leur imposera dans les annŽes ˆ partir de 1867.

RŽf. 6.

 

RŽfŽrences.

 

RŽf. 1. Correspondance avec Mme Macintosh des Archives du Canada ˆ Ottawa en septembre 2013. Mme Macintosh m'a rŽpondu qu'ils possdent le document voulu et qu'il est la propriŽtŽ littŽraire de Canadiana, organisme OSBL, et qu'il faut un tarif ˆ cet OSBL pour y accŽder. Ils m'ont rŽfŽrŽ ˆ la bibliothque de l'UQAM, qui paie l'abonnement nŽcessaire. Sur les entrefaites, Pierre Corbeil m'a transmis le document voulu.

 

Voilˆ concernant Mme Gaya Dery.

Le 2014-02-02 ˆ 04:37, Demers Pierre <pierre_demers@sympatico.ca> a Žcrit :

Madame DŽry,

Merci de vos efforts. Je retiens que l'accs aux documents que je cherche est compliquŽ. Plusieurs des pistes que vous offrez conduisent uniquement ˆ une page titre.

Je note cependant un texte considŽrable de Lord Durham en franais.

Je ne perds pas courage.

Avec mes salutations.

Pierre Demers  1914  LISULF

Il est 4h40 HNE dimanche 2II2014

 

===

Le 2014-01-10 ˆ 10:44, "Dery, Gaya" <Gaya.Dery@bac-lac.gc.ca> a Žcrit :

Notre numŽro de rŽfŽrence :  8-12740

 

Bonjour Monsieur Demers,

Nous sommes dŽsolŽs pour cette confusion.

Je vais tenter dÕexpliquer plus clairement comment accŽder ˆ lÕinformation que vous recherchez.

Les comptes publics du Haut-Canada et du Bas-Canada vers 1840 sont disponibles en ligne.

Vous devez accŽder ˆ la base de donnŽes suivante :

Notre mŽmoire en ligne

http://eco.canadiana.ca/

 

etc

 

RŽf. 2. La dette de l'Ontario envers le QuŽbec, AN du QuŽbec 1871. Sur la toile.aprs plusieurs mois de correspondance, cette institution fŽdŽrale m'a fait comprendre qu'elle n'a pas elle-mme et en libre accs, la ressource cherchŽe. Question de propriŽtŽ untellectuelle, semble-t'il. (15I2014, 12h01HNE)

 

 https://app.box.com/s/g8yqioihehrcu8l1ba01

 

RŽf. 3 . La dette de l'Ontario envers le QuŽbec, AN du QuŽbec 1871.

Dans le site LISULF RŽf. 4

http://www.lisulf.quebec/ANQc1870-cihm_93256.pdf

 

 

RŽf. 4. Le site de la LISULF

http://www.lisulf.quebec/?M=D

 

RŽf. 5. Canadiana. 2013. Conseil d'administration.

 

http://www.canadiana.ca/conseil-administration,

 

RŽf. 6. British North America Act - BNA Act

Je trouve ceci:

111. Canada shall be liable for the Debts and Liabilities of each Province existing at the Union.

112. Ontario and Quebec conjointly shall be liable to Canada for the Amount (if any) by which the Debt of the Province of Canada exceeds at the Union Sixty-two million five hundred thousand Dollars, and shall be charged with Interest at the Rate of Five Per Centum per Annum thereon.

Dans BNA Act dans

 

http://canadaonline.about.com/od/confederation/g/bnaact.htm

 

laws.justice.gc.ca/eng/const/page-6.html#h-26

 

Articles 111 et 112.

 

111. Canada shall be liable for the Debts and Liabilities of each Province existing at the Union. Marginal note:Debts of Ontario and Quebec  112. Ontario and Quebec conjointly shall be liable to Canada for the Amount (if any) by which the Debt of the Province of Canada exceeds at the Union Sixty-two million five hundred thousand Dollars, and shall be charged with Interest at the Rate of Five per Centum per Annum thereon. Marginal note:Assets of Ontario and Quebec

 

 

 ----------O--------------

----------------O------------------------------------

Colborne, Ellenborough, Gosford, Hume, Wellington.

SF033** Des Anglais notables ˆ

 la rescousse du Bas-Canada. 1840.

Pierre Demers.

Bourgeois, Casgrain, Lajoie, Royal, Sydenham, Turcotte.

.  Description : ttp://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/0/09/John_Colborne.jpg 1.Description : Macintosh HD:Users:pierre1:Dropbox:Captures d'écran:Capture d'écran 2014-02-02 09.19.23.png2

 .Description : Macintosh HD:Users:pierre1:Dropbox:Captures d'écran:Capture d'écran 2014-02-04 21.20.04.png .3

. Description : itre original&nbsp;:  Le comte de Gosford.  4 .  Description : ile:Sir Arthur Wellesley, 1st Duke of Wellington.png 5.

  .

Fig. 1. Colborne. Ė Waterloo, il prit une initiative qui mit en dŽroute la garde impŽriale et assura la victoire aux AlliŽs les Anglais commandŽs par Wellington.

Fig. 2. Lord Ellenborough, Gouverneur gŽnŽral des Indes en 1844. RŽf. 6.

Fig. 4. Lord Ellenborough. RŽf. 12

Fig. 5. Le comte de Gosford. RŽf. 6.Merci Bibliothque et Archives Canada/MIKAN 4313065

Fig. 6. Wellington. Le Duc de Wellington, gŽnŽral vŽtŽran de la guerre d'Espagne, commandait une armŽe de forces britanniques, hollandaises, et prussiennes ˆ Waterloo, avec BlŸcher. Ils se rencontrrent aprs leur victoire et leur 1re parole fut; "Quelle affaire!" en franais. C'Žtait un 15 juin 1815.

 

Colborne, Ellenborough, Gosford, Hume, Wellington.

Ces personnages britanniques, en 1840, Žtaient inquiets du sort des Bas-Canadiens dans le projet qui allait donner naissance au Canada-uni en 1841. Ce projet fut rŽaiisŽ et le Bas-Canada reprit son existence sous le nom de Province du QuŽbec en 1867. Ils protestrent contre la condition financire de cette union, qui rendait les anciens Bas-Canadiens solidairement responsables de la dette qu'avaient accumulŽe les Haut-Canadiens. Ils signalaient sans la critiquer la diffŽrence linguistique entre les 2 provinces. Je dirais que QuŽbec (Province du QuŽbec) et Bas-Canada Žtaient des synonymes dŽsignant la mme entitŽ, que les avoirs appartenant au futur QuŽbec se sont trouvŽs gelŽs en une sorte de fidŽicommis durant la pŽriode du Canada-uni. Cela s'accorde avec la gŽographie et l'histoire, puisque, sous l'Union et contrairement ˆ l'idŽe mme d'une union, la mŽtropole trouva nŽcessaire de constamment distinguer un Canada-ouest et un Canada-est aux pouvoirs restreints.

 

 

RŽfŽrences.

RŽf. 1. Le Canada sous l'union, Louis-Philippe Turcotte, 1871.

http://books.google.ca/books?id=Zp0OAAAAYAAJ&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0 - v=onepage&q&f=false

Explique en dŽtail l'origine dettes contractŽes par le Canada-uni, sous le rŽgime qui a existe de 1841 ˆ 1867.

 

Ppp. 33, 34, au parlement britannique:

"Lord Gosford, ancien gouverneur du Canada, (1835-8) parla ensuite. Son opinion devait tre respectŽe: personne ne connaissait plus parfaitement les sentiments et l'Žtat des divers partis. Voici un extrait du discours remarquable qu'il pronona sur ce sujet important Ē Je ne puis m'empcher de regarder l'union des provinces comme un acte des plus injustes et des plus tyranniques,  privant la province infŽrieure de sa constitution, pour les actes de quelques hommes malintentionnŽs, et la livrant pour tre noyŽe par ceux qui, sans cause, lui ont montrŽ tant de haine; car ce projet de loi doit la noyer. Vous donnez ˆ 300,000 ou 400,000 ‰mes la mme reprŽsentation qu'au Bas-Canada, qui a une population d'au moins 700,000 ‰mes ; ensuite vous imposez la dette de la province supŽrieure, qui, dit-on, excde un million de louis, ˆ une province qui n'a presque aucune dette. Peut-il y avoir rien de plus arbitraire et de plus dŽraisonnable? En vŽritŽ, la lŽgalitŽ d'un pareil acte peut tre mise en question: car j'apprends qu'aucune partie de la dette de la province supŽrieure n'a ŽtŽ sanctionnŽe par le gouvernement de ce pays lorsqu'elle fut contractŽe. Je dois dŽclarer de nouveau la conviction o je suis que tout cela a pris origine dans une intrigue mercantile.""

Protts. (Protests.)

NDLR. 4 $ ˆ la livre sterling. - une province qui n'a presque aucune dette: en fait, elle avait un surplus,

 

RŽf. 2. L' Histoire du Canada depuis sa dŽcouverte jusqu'ˆ nos jours, PhilŽas Frederic Bourgeois, 1908, 1913. Beauchemin

 

https://archive.org/stream/lhistoireducanad00bouruoft - page/n9/mode/2up,

 

http://archive.org/stream/lhistoireducanad00bouruoft/lhistoireducanad00bouruoft_djvu.txt

"A son retour en Angleterre, lord Durham conseilla aux ministres du gouvernement impŽrial d'opŽrer l'union des deux Canadas. Bient™t  le parlement impŽrial vota le bill d'union, malgrŽ les protestations de lord Gosford, du duc de Wellington, et nonobstant les objections qu'on  savait venir du clergŽ catholique du Canada et des Canadiens-Franais.  Ce bill reut la sanction royale, le 28 juillet 1840, mais il ne fut mis en  vigueur que le 10 fŽvrier 1841.

"Lord Sydenham mourut des suites d'une chute  de cheval, en septembre 1841 Pendant l'administration de ce gouverneur, l'Angleterre vota la somme de 1,500,000 louis sterling au crŽdit  de la province, tant pour les travaux publics que pour la capitalisation  de la dette du Canada."

 

RŽf. 3.  Antoine GŽrin-Lajoie, Henri Raymond Casgrain

Dix ans au Canada de 1840 ˆ 1850: histoire de l'Žtablissement du ...

 

RŽf. 4. 1886, Joseph Royal. Le Canada sous l'Union, 1841-1867.

Conseil spŽcial en 1841. P. 14. Le Conseil dŽclara qu'il Žtait nŽcessaire d'effectuer une union lŽgislative du Haut et du Bas-Canada sous le plus bref dŽlai ; il approuvait l'octroi d'une liste civile ˆ la Couronne, et consentait ˆ charger le Bas-Canada de la dette du Haut-Canada

 

RŽf. 5.  Ellenborough dans l'Illustration, 1844.

www.ebay.fr/itm/LILLUSTRATION-1844-N-63-LORD-ELLENBOROUGH-GOUVERNEUR-GENERAL-DES-INDES-/300886306, L'ILLUSTRATION 1844 N 63 LORD ELLENBOROUGH,GOUVERNEUR GENERAL DES INDES509

 

RŽf. 7. en.wikipedia.org/wiki/John_Colborne,_1st_Baron_Seaton,  Field Marshal John Colborne, 1st Baron Seaton, GCB, GCMG, GCH, PC (16 February 1778 – 17 April 1863) was a British Army officer and Colonial Governor.

RŽf. 8 2013. Wiki, John Colborne

 fr.wikipedia.org/wiki/John_Colborne, 

"Le 18 juin 1815, il conna”t son heure de gloire ˆ la bataille de Waterloo lorsqu'il commande les troupes qu'il lance contre la Garde impŽriale en dŽroute. Certains de ses admirateurs prŽtendent qu'il est l'artisan de la dŽfaite de NapolŽon ce jour-lˆ."

 

http://www.biographi.ca/fr/bio/colborne_john_9F.html,

Quand, le 19 juin 1815, il devint Žvident que la Garde impŽriale se prŽparait ˆ lancer une colonne vers le nord ˆ travers les lignes des alliŽs, la Light Brigade fut dŽpchŽe ˆ lÕavant et prit position face ˆ lÕest pour diriger un tir de flanquement dans les rangs de la colonne franaise en marche. Au moment propice, cependant, et aprs les premires salves de la brigade, Colborne, agissant de son propre chef avec beaucoup de courage et dÕinitiative, fit sortir le 52e rŽgiment des lignes et lana ses troupes dans une charge tŽmŽraire qui mit immŽdiatement la Garde impŽriale en dŽroute. Au moment o la Garde, prise par surprise, sÕenfuyait en dŽsordre, le reste de lÕarmŽe franaise sÕeffondra dans une confusion totale le long de la route de Charleroi. On a prŽtendu que lÕaction audacieuse de Colborne avait assurŽ la victoire ˆ Waterloo, quoique Wellington ne lui ait jamais reconnu un effet dŽcisif. NŽanmoins, le Ē colonel du 52e Č fut largement acclamŽ de toutes parts et reut des dŽcorations en Angleterre, en Autriche et au Portugal.

 

RŽf. 9. 2000. Jo‘lle Morin, Annick Corbeil, John Colborne.

http://www.1837.qc.ca/1837.pl?out=article&pno=biographie20, 

 

RŽf. 10. Voilˆ une reprise, augmentŽe de "List of the ayes..."

de RŽf. 3 dans SF028,

La dette du Haut-Canada, le scandale torontois

***Province du Canada 1841-1867.

Un Acte du Parlement Britannique 1842

HŽlne Trudeau, traductrice, Gaston Bernier, BAsnQ, Pierre Demers.

Le R. U. paiera l'intŽrt sur un emprunt sur sa colonie du Canada-Uni poura contracter pour des travaux entrepris, de 1 500 000 Livres sterling soit 6 000 000 $ Can.

 

Cela nous apprend les noms des pour (Ayes) et des contre (Noes). On voit que Hume et O'Connell ont votŽ contre.

 

J'isole la fin de la liste, y comprenant quelques uns des votes AYES.

 

Hamilton, Lord C.

TELLERS.

Hampden, R.

Fremantle Sir T.

Hardinge, rt. hn.SirH.

Baring, H.

 

List of the NOES.

Cobden, R.

Duncombe, T.

Crawford, W. S.

Hindley, C.

Duncan,

Hume, J.

871

O'Connell, M. J.

TELLERS.

Wawn, J. T.

Bowring, Dr.

Williams, W.

French, F.

 

 

 InterprŽtation. Je crois que TELLERS veut dire scrutateurs et il y en aurait 2 pour les pour et 2 pour les 9 contre.

------

Parmi les Noes

RŽf. 2. CANADA LOAN. HC Deb 29 July 1842 vol 65 cc869-70 869

http://www.lisulf.quebec/canadaoanhansard29July1842.html

Cela est partie du site de la LISULF. C'est le texte original en anglais du 12VII1842, obtenu gr‰ce ˆ Gaston Bernier, Directeur retraitŽ de la BasnQ Bibliothque de l'AssemblŽe Nationale du QuŽbec et aux services de cette dernire.

 

RŽf. 3. Canada Loan Hansard House of Commons 29VII1842, 2e lecture.

http://www.lisulf.quebec/canadaloanhansard29July1842.html

Trad. libre. Hume: Ė quoi bon cette dŽpense?

Chancelier Goulburn: La dŽpense ne sera pas un fardeau pour la mre-patrie. C'est un engagement d'honneur de Sa MajestŽ. Une nŽcessitŽ, comme le dŽmontrent des documents qui furent dŽposŽs sur cette table, pour exŽcuter des travaux publics commencŽs au Canada sur la foi de cet emprunt et il n'y a aucun doute qu'ils seront au plus grand avantage de la colonie, amŽliorant sa navigation et ses structures commerciales.

White: Pourquoi n'a-t'on pas accordŽ semblable traitement en Irlande?

Williams: Quels sont donc ces travaux en marche au Canada?

O'Connell a votŽ contre.

NDLR. "Ė quoi bon...?", et "... les travaux en marche?" J'ai cherchŽ sans succs dans la 1re lecture dans le Hansard. Un lecteur pourra-t-il trouver les rŽponses?

L'annonce de la prorogation du Parlement, le 12VIII1842; on y voit mention de Canada Loan:

http://hansard.millbanksystems.com/lords/1842/aug/12/minutes

Ce qui conduit ˆ un compte rendu de la sŽance de cette prorogation; on n'y voit pas mention de "Canada loan":

Quant aux "documents qui furent dŽposŽs sur cette table", ils restent introuvables au lecteur de 2013. Supposons que le rŽdacteur du Hansard n'a pas cherchŽ ˆ les inclure dans son compte rendu.

NDLR. Deux questions sur 3 sont restŽes sans rŽponse...

¤ The House divided:—Aces 89; Noes 9: Majority 80.

-------

List of the AYES.

Acland, Sit T. D.

Hawkes, T.

Acland, T. D.

Henley, J. W,

A'Court, Capt.

Herbert, hon. S.

Aglionby, H. A.

Hornby, J.

Aldam, W.

Howard, P. H.

Arkwright, G.

Hussey, T.

Baldwin, B.

Inglis, Sir R. H.

Baring, hon. W. B,

Jermyn, Earl.

Barrington, Visct.

Jones, Capt.

Bateson, R.

Kemble,

Blackhurne, J. I.

Lincoln, Earl of

Baldero, H.G.

Litton, E.

Borthwick, P.

Lowther, J. H.

Broadley, H.

Maclean, D.

Brotherton, J.

McGeachy, F. A.

Bruce, Lord E.

Martin. C. W.

Buller, Sir J. Y.

Meynell, Capt.

Clayton, R. R.

Morgan, O.

Clerk, Sir G.

Morris, D.

Cockburn, rt.hn.Sir G.

Napier, Sir C

Cripps, W.

Nicholl, right hon. J.

Damer, hon. Col.

Palmer, R.

Darby, G.

Palmerston, Visct.

Diverts, E.

Parker, J.

Douglas, Sir C. E.

Peel, rt. hon. Sir R.

Duncombe, hon. A.

Philips, M.

Eliot, Lord

Pollock, Sir F.

Escott, B.

Pringle, A.

Fitzroy, Capt.

Pulsford, R.

Fleming, J. W.

Rushbrooke, Col.

Flower, Sir J.

Stanley, Lord

Follett, Sir W. W.

Stewart, J.

Forbes, W,

Stuart, H.

Fuller, A. E.

Sutton, hon. H. M.

Gaskell,J. Milnes

Taylor, J. A.

Gladstone, rt,hn.W.E.

Trollope, Sir J.

Gordon, hon. Capt.

Tufnell, H.

Gore, M.

Vivian, J. E.

Goulburn, rt hon. H.

Williams

, T. P.

Graham, rt.hn. Sir J.

Wood, B

Greene, T.

Wood, G. W

Guest, Sir. J.

Wortley, hon. J. S.

Hamilton, W. J.

Young, J.

Hamilton, Lord C.

TELLERS.

Hampden, R.

Fremantle Sir T.

Hardinge, rt. hn.SirH.

Baring, H.

 

List of the NOES.

Cobden, R.

Duncombe, T.

Crawford, W. S.

Hindley, C.

Duncan,

Hume, J.

871

O'Connell, M. J.

TELLERS.

Wawn, J. T.

Bowring, Dr.

Williams, W.

French, F.

¤ Resolution read a second time

 

RŽf. 11. Gosford, Archibald Acheson, 2e comte de Gosford, PhillipBuckner.

 

www.biographi.ca/fr/bio/acheson_archibald_7F.html, Mais Durham se montra de plus en plus ethnocentrique, et Gosford le critiqua amrement lorsquÕil confia des postes ˆ dÕaussi ardents adversaires des Canadiens franais que James Stuart* et Peter McGill*. Il attribua mme la deuxime rŽbellion, ˆ lÕautomne de 1838, ˆ la stupiditŽ de Durham et se montra tout aussi sŽvre pour Colborne et Ē ces sauvages volontaires Č. Lorsque Colborne dŽmit de leurs fonctions trois juges francophones, BŽdard, Philippe Panet* et Joseph-RŽmi Vallires de Saint-RŽal, Gosford prit leur parti devant le ministre des Colonies et leur obtint un congŽ de 12 mois avec plein salaire. Jugeant Ē injuste Č et Ē arbitraire Č le projet dÕunion de 1840, il prŽsenta ˆ la chambre des Lords une pŽtition de protestation du Bas-Canada ˆ ce sujet.

 

Phillip Buckner: phillip@pbuckner.freeserve.co.ukk is Professor Emeritus in History, the University of New Brunswick, and Senior Research Fellow, Institute of Commonwealth Studies, the University of London. His interests are primarily in Political and Cultural History of Canada, particularly the evolution of Regional and National Identities within Canada.

 

RŽf. 12.  Ellenborough. De mŽmoire et ˆ venir. Un ami de Wellington.

 

 

 ----------O--------------

----------------O------------------------------------

Longtemps aprs l'Union.

SF033***Des Canadiens notables viendront-ils ˆ

 la rescousse du QuŽbec en 2014?

Pierre Demers.

Vedettes: John Baird, Winston Churchill, Disra‘li, Claude Dupras, Jim Flaherty, Rob Ford, Stephen Harper, NŽtanyahou, Pauline Marois, Victoria.

 

Questions et rŽponses.

Ils pourraient rŽpondre: 1, nous n'en savions rien; 2, ce n'est pas de notre intŽr‘t.

NB. Victoria a rŽpondu en 1878: j'ai dit et taisez-vous.

 

Description : Description : Macintosh HD:Users:pierre1:Desktop:6.Captures d'écran:Capture dÕécran 2013-09-06 à 00.43.12.png1.­Description : http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/8c/Toronto_-_ON_-_Winston_Churchill_Statue.jpg2Description : Macintosh HD:Users:pierre1:Dropbox:Captures d'écran:Capture d'écran 2014-01-31 06.38.41.png3 Description : Macintosh HD:Users:pierre1:Dropbox:Captures d'écran:Capture d'écran 2014-01-31 08.19.02.png4

Fig. 1. C'Žtait ˆ une rencontre du G20 en 2013 ˆ Strelna, o l'on discutait de Syrie, Russie, ƒtats-Unis, Jordanie etc. Ces notables du Canada (Jim Flaherty, Stephen Harper, John Baird) , soucieux avant tout d'Žconomie et de finance,  aideront-ils bient™t le QuŽbec ˆ obtenir un rglement satisfaisant de la dette du Haut-Canada envers le QuŽbec?

Fig. 2. Statue de feu Winston Churchill (1874-1965) devant l'H™tel de ville de Toronto. Notable britannique puisque premier ministre un temps. Il fut un contemporain de Victoria et de Disra‘li. A-t'il jamais songŽ ˆ faire quelque chose pour aider le QuŽbec ˆ obtenir un rglement satisfaisant de la dette du Haut-Canada envers le QuŽbec?

Fig. 3. Harper ˆ c™tŽ de NŽtanyahou et leurs Žpouses ˆ JŽrusalem en 2014, ˆ la tte d'une dŽlŽgation canadienne de 200 participants. Ils acordent ˆ Isra‘l plus d'importance qu'au QuŽbec. Tout ce dŽploiement du gouvernement canadien... . Songeraient-ils le moindrement ˆ obtenir un rglement satisfaisant de la dette du Haut-Canada envers le QuŽbec?

Fig. 4. Rob Ford, ex- et candidat-maire de Toronto, en janvier 2014. Que voudra-t'il faire pour que le QuŽbec obtienne un rglement satisfaisant de la dette du Haut-Canada envers le QuŽbec?

 

Pauline Marois voudra-t'elle poursuivre notre rŽflexion?

Le 15 fŽvrier 2014.

 

Si vous vouliez m'accorder votre attention.

Madame la Premire ministre,

Que voudrez-vous faire pour obtenir un rglement satisfaisant de la dette du Haut-Canada envers le QuŽbec?

J'attends.

Nous attendons.

En tout respect.

Pierre Demers 1914  physicien LISULF.

. Description : Macintosh HD:Users:pierre1:Desktop:Sans titre.jpg.

Fig. 5. Pauline Marois. Merci Wikipedia.

 

NDLR. 1II2014.

 

Claude Dupras s'est exprimŽ ˆ propos de Stephen Harper et de la loi 99. Voudra-t'il s'exprimer ˆ propos de la dette du Haut-Canada envers le QuŽbec? Voyez l'article suivant.

 

----------O--------------

 

----------------O------------------------------------

La dette, les intŽrts du QuŽbec.

****Il ne prend jamais parti pour le QuŽbec."

Claude Dupras.

Stephen Harper.

NDLR. 1II2014.

 

Claude Dupras s'est exprimŽ ˆ propos de Stephen Harper et de la loi 99. Voudra-t'il s'exprimer ˆ propos de la dette du Haut-Canada envers le QuŽbec? Voyez l'article prŽcŽdent.

 

Les intŽrts du QuŽbec. Message de Claude Dupras.

Harper dŽfend plus Isra‘l que le QuŽbec.

Claude Dupras. Le 2014-01-18 ˆ 13:46

claudedupras.blogspot.ca,

 

Pendant ce temps-lˆ, Stephen Harper ne prend jamais parti pour le QuŽbec. Je ne lÕai pas entendu dire : Ē Le QuŽbec a raison sur ce sujet et je vais tout faire pour convaincre les autres provinces du bien-fondŽ de sa position Č.

 

De mme, en rapport avec sa proposition dÕinvalider la loi fŽdŽrale sur lÕexercice des droits fondamentaux et prŽrogatives du peuple QuŽbŽcois et de lՃtat du QuŽbec, qui stipule le droit du QuŽbec de se sŽparer sans l'accord d'Ottawa, Harper refuse dÕexpliquer la justification de la loi aux anglophones canadiens, de dŽfendre le droit du QuŽbec dÕagir ainsi et quÕil faut le reconna”tre.   

 

Stephen Harper est le premier des premiers ministres canadiens invitŽs ˆ donner un discours ˆ la Knesset, le parlement dÕIsra‘l, devant les 120 dŽputŽs israŽliens assemblŽs ˆ JŽrusalem. CÕest tout un honneur. Il inaugurera aussi un sanctuaire dÕoiseaux portant son nom et recevra un doctorat honoraire de lÕuniversitŽ de Tel Aviv. Il sera reu en hŽros. Ce geste particulier est pour marquer lÕappui indŽfectible dÕHarper ˆ lՎtat dÕIsra‘l dans le conflit palestino-israŽlien.

 

Voir ce billet de mon blog ˆ lÕadresse : http://claudedupras.blogspot.com

 

NÕhŽsitez pas ˆ mÕenvoyer vos commentaires et ˆ transfŽrer cette invitation aux inscrits de votre carnet dÕadresses internet, si vous le jugez opportun. Par contre, si vous prŽfŽrez que je retire votre nom de ma liste de diffusion, veuillez, svp, me lÕindiquer ˆ claude@dupras.com.

 

Merci.

 

Claude Dupras

 

Site:  Le temps de Claude

Blog:  le blog politique de Claude Dupras

Facebook: Devenez mon ami (Claude Dupras)

Twitter: Suivez moi (@jclaudedupras)

Chronique: Plante QuŽbec

Google +: Mes 27 000 photos

Texte article 4

----------O--------------

----------------O------------------------------------

Un virage au franais ˆ l'UniversitŽ de MontrŽal.

SF033*****Oui ou non. Est-il temps?

HŽlne Trudeau, Pierre Demers.

 

La Chine a ses problmes, le QuŽbec a les siens.

La Chine. "Les autoritŽs chinoises ne peuvent plus mentir" Fig. 1.

.  Description : e centre-ville de P&eacute;kin (Chine) plong&eacute; dans un &eacute;pais nuage de pollution, le 15 janvier 2014.  .

Le centre-ville de PŽkin (Chine) plongŽ dans un Žpais nuage de pollution, le 15 janvier 2014. (THOMAS BAIETTO / FRANCETV INFO)

Fig. 1. Merci FranceTV info. " Il est 17 heures, mercredi 15 janvier, quand la prŽsentatrice de la Radio du peuple de PŽkin interrompt son Žmission sur le trafic routier. Un chauffeur vient de lui envoyer un message : "Guomao est invisible." RŽf. 1.

 

http://www.francetvinfo.fr/monde/asie/pollution-en-chine/comment-la-chine-combat-la-pollution-de-l-air_514995.html?xtatc=INT-1=obinsource 

 

Et l'UdeM qui est un gros morceau du QuŽbec. Avec son budget global de 0,001 250  B$ (en billions de dollars)( (1,25 Milliards de $).

 

Le point commun entre PŽkin et l'UdeM?

PŽkin a gardŽ le silence, un silence sinistre...

C'est le dŽfaut de communication (ˆ des degrŽs de coercition diffŽrents, Dieu merci).

Ceux des Chinois sont fortement critiquŽs. Ė l'UdeM, silence. Forum son hebdo peut-il encore longtemps garder le silence sur la langue franaise au sein de la communautŽ universitaire du QuŽbec?

Pourtant le message, un certain message de Pauline Marois est claironnant et lumineux.  Ce fut en octobre 2013.

Sa PNRI est claire: une Politique nationale de la recherche et de l'innovation. En franais.

Qui vise en lumineuse clartŽ l'universitŽ quŽbŽcoise et l'universitŽ quŽbŽcoise par excellence est l'UdeM.

(Au moins l'une d'entre elles, ne faisons pas de jalouses).

­­­

Aucun parti politique ne s'y est opposŽ. RŽf. 2.

 

Zone de texte: .  Description : http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/93/Pauline_Marois.jpg  .

Fig. 2. Pauline Marois. Merci Wikipedia..

 

Combien de temps donc l'UdeM avec son Forum attendra-t'elle avant de donner sa pleine et ouverte adhŽsion pratique ˆ cette politique, unique dans la Francophonie?

 

Soyons justes. Il y eut une sorte de grise ouverture timide, au nom de la verte Žcologie et non au nom de la politique. Fig. 2.

4h401II2014

 

Pendant ce temps, des Žtudiants, puis la presse...RŽfŽrences.

 

RŽfŽrences.

RŽf. 1.  http://www.francetvinfo.fr/monde/asie/pollution-en-chine/comment-la-chine-combat-la-pollution-de-l-air_514995.html?xtatc=INT-1=obinsource

 

 

----------O--------------

----------------O------------------------------------

Tous mes amis bienvenus.

***** *Le JubilŽ de Pierre Demers 1914, centenaire.

Pierre Demers 1914.

Un comitŽ de la LISULF. CrŽer des ŽvŽnements en 2014-2015. Voulez-vous participer?

 

 

Avec enthousiasme et dŽtermination, je prŽvois aborder le 12 novembre de la prŽsente annŽe 2014, un 2e sicle de vie active et orientŽe vers les buts de la LISULF.

 

Je prends l'initiative, Žtant l'objet de ce projet de JubilŽ qui me para”t tre une nŽcessitŽ et ˆ la fois rŽdacteur de la prŽsente feuille Žlectronique. Ayant consultŽ quelques- uns de mes plus proches familiaux ou sociŽtaux, une rencontre de travail qui aura pour but de former une structure nominale, avec une prŽsidence et autres fonctions, sous la forme d'un comitŽ de la LISULF.

 

Le grand ‰ge fait que je ne trouve autour de moi que trs peu de mes camarades de ma gŽnŽration, la 1re. Mes contemporains sont pour moi de 2e et 3e gŽnŽration, des issus de ceux que j'ai connus dans mes annŽes plus jeunes et bien d'autres. C'est la vie. Je veux continuer d'y prendre part selon mes ressources et avec tous participants de bonne volontŽ.

 

Para”tra dans SF034 un document de CV, Titres et travaux, ˆ l'intention des participants et du public.

 

Mon adresse domicile en mme temps que sige social de la LISULF est

 

1200 Latour, Saint-Laurent, H4L 4S4  QuŽbec   514 747 2308   pierre.demers@lisulf.quebec

 

Ė bient™t.

 

Pierre Demers 1914.

 

PS. Et si vous n'avez pas exactement la mme vision que moi concernant les buts de la LISULF, venez quand mme afin d'affirmer au moins que la vie humaine est une chose magnifique et raisonnable, qu'il faut la vivre pleinement, cela pour moi et pour vous-mme. 

 

----------O--------------

 

----------------O------------------------------------

Bureaux de la LISULF 2013. Aperus.

***** **Procs-verbaux, rŽunions en 2013 des 23 octobre, 25 juin, 15 juin et 6 mai. ODJ 10II2014.

RenŽ Marcel SauvŽ, Maurice Day.

Yves Saint-Denis, HŽlne Trudeau, Pierre Demers.

 

Bureau du 23 octobre 2013.

 

LISULF

 

Procs-verbal de la rŽunion du 23 octobre 2013

PrŽsents

Pierre Demers

HŽlne Trudeau

Maurice Day

Yves Saint Denis

RenŽ Marcel SauvŽ

 

15h15. Ouverture de la sŽance

Lecture du procs-verbal de la rŽunion du 25 juin 2013. AdoptŽ ˆ lÕunanimitŽ.

Services de Bell Telephone. Discussion au sujet de la qualitŽ, la pertinence et les cožts des services offerts par Bell Telephone. Brve analyse et description des services.

Aucun changement nÕest proposŽ. Il sÕagit du tŽlŽphone et des services qui tombent directement sous le prŽsident de la LISULF. En rŽalitŽ, il sÕagit dÕune contestation sans consŽquence. Pierre Demers rapporte que les dŽpenses de communications ont ŽtŽ acceptŽes sur la dŽclaration dÕimp™t.

Un compte rendu de toutes les dŽpenses liŽes aux communications de la LISULF est demandŽ ˆ Pierre Demers. La discussion se prolonge. Parlant communications, Pierre Demers dŽclare que le rapport mentionne des dŽpenses mais pas de revenus.

Lecture du texte de Pierre Demers. Il sÕagit de faire le point sur lÕenqute rŽclamŽe et annoncŽe par Madame de Courcy.

Courte discussion sur la Charte des valeurs et de quelques dŽfinitions reliŽes ˆ la politique proposŽe.

Bref examen de notre situation collective en 1760, 1774 et 1791. Discussion sur lÕimmigration. Exemple de lÕAustralie. LÕimmigration sŽlective est recommandŽe.

Discussion sur la dette du Haut Canada envers le Bas Canada. Il faudrait examiner la comptabilitŽ autour de cette affaire.

 

La scŽance est levŽe ˆ 17h.

 

JRMS. SecrŽtaire

 

=

NDLR. Prochain bureau prŽvu le 3 fŽvrier 2014. Remis au 10 fŽvrier 2014 15h HNE au sige social. ODJ du 10II2014: 1. Suivre la Tdm du prŽsent SF033; 2. Ajouts de MD, YSD et JRMS.

=

=====

Bureau du 25 juin 2013.

D'aprs ci-dessus.

=====

Bureau du 15 juin 2013.

"... Bureau du 15VI2013, prŽsents MD, JRMS, JRŽmillard, PD.

D'aprs ci-dessous.

 

=====

Bureau du 6 mai 2013.

 

 

Procs-verbal de la rŽunion du 6 mai 2013 au 1200, rue Latour, Saint-Laurent

ƒtaient prŽsents : Pierre Demers, HŽlne Trudeau, Yves Saint-Denis, Maurice Day,
RenŽ-Marcel SauvŽ .

La manifestation Pasteur-Parlait-Franais du 23 mars 2013 a ŽtŽ une belle rŽussite.

24 personnes ont assistŽ au PPF ˆ la Place-Pasteur et 38 personnes Žtaient prŽsentes ˆ la remise des prix ˆ la Maison Duvernay.  On a remis ˆ Pierre Demers le Prix Pasteur-Frappier et des hommages ont ŽtŽ donnŽs par : Mario Beaulieu, Yves Saint-Denis, Gilles RhŽaume, Jean Fortier, Robert Laplante et Jean Jolicoeur. Ė la Place Pasteur-Frappier, Pierre Demers a fait son discours dÕoccasion en rappelant son parcours historique sur la dŽfense de la langue franaise surtout en science; ˆ la Maison Duvernay, il a ŽvoquŽ la dette historique du Canada envers le QuŽbec qui, selon Daniel Roy, s'Žlve ˆ 63 billions $.

Une belle organisation dÕYves Saint-Denis qui nous a remis une facture de 230$ pour le cožt du buffet et du vin.  Pierre Demers a Žmis un chque.

Maurice Day accompagnera Pierre Demers au Congrs de lÕAcfas ˆ lÕUniversitŽ Laval de QuŽbec les 7 et 8 mai.  Pierre Demers animera un kiosque avec prŽsentoir sur ses recherches du NOMBRE MAGIQUE, LE CHIFFRE TRENTE, ainsi que sur le QUƒBƒCIUM.  Des affiches ont ŽtŽ imprimŽes en ce sens.

Yves Saint-Denis propose que les dŽpenses encourues pour cette activitŽ soient payŽes par la LISULF.

Au moment dՎcrire ces lignes je peux confirmer que les dŽpenses encourues ont ŽtŽ de 286,24$ pour : les affiches, lÕessence, lÕhŽbergement en rŽsidence universitaire, lÕessence et les repas. Un chque a ŽtŽ Žmis ˆ Maurice Day qui avait dŽfrayŽ toutes les dŽpenses.

Il y eu discussion sur la tenue ˆ lÕUniversitŽ de MontrŽal du Congrs de lÕACP, Association canadienne des physiciennes et physiciens qui, semble-t-il, nÕoffrira pas de traduction simultanŽe pour les confŽrenciers ˆ majoritŽ anglophones.  Pierre Demers sÕindigne que la direction de lÕUniversitŽ de MontrŽal accepte ces conditions dÕunilinguisme anglophone dans une province dont la langue officielle est le franais.

LevŽe de la rŽunion. MD et PD. Ce PV a ŽtŽ lu au Bureau du 15VI2013, prŽsents MD, JRMS, JRŽmillard, PD.

 

----------O--------------

----------------O------------------------------------

 

***** ***Votre cotisation 2014.

Grande campagne de cotisations.

Tous ensemble en 2014.

Pour le franais en science.

Pour la libŽration nationale.

Nous avons des chances de rŽussir.

Donnez gŽnŽreusement.


Imprimez et employez ce formulaire ou encore, envoyez simplementvotre chque 25$ Can ou 25 Euros avec vos adresse, No de tŽlŽphone et adresse courriel ordre LISULF ˆ  1200 Latour, St. Laurent  Qc H4L 4S4

Cotisation corporative 200$ Can ou 200 Euros.

ƒtudiant 10$ Can ou 10 Euros.

Don : illimitŽ.

Sincre mais trop pauvre? Quand mme! 0$ Can ou 0 Euro.

----------O--------------

----------------O------------------------------------

Ė l'UdeM.

***** ****Des Žtudiants veulent du franais.

HŽlne Trudeau.

Le franais ˆ l'UniversitŽ.

 

LE FRAN‚AIS Ė LÕUNIVERSITƒ

 

 

En ce dŽbut dÕannŽe 2014, trois numŽros du Devoir traitent de lÕenseignement en franais ˆ lÕUniversitŽ de MontrŽal. Le premier (libre opinion de Vincent Blais-Fortin, Ē LÕanglais ˆ lÕUdeM : complaisance excessive Č, 29 janvier, p. A 8) RŽf. 1, qui est annoncŽ dans un article en une, dŽplore les entorses constatŽes ˆ ce qui devrait tre une rgle gŽnŽrale dans une universitŽ francophone : que lÕenseignement se donne intŽgralement en franais. LÕauteur dŽnonce le laisser faire des professeurs de droit qui tolrent que certains Žtudiants rŽdigent leurs rŽponses aux examens en anglais, non seulement ˆ la premire annŽe du bac mais aussi en deuxime et mme en troisime annŽe. Et cela en contravention du Rglement des Žtudes de premier cycle qui stipule pourtant Ē lÕobligation gŽnŽrale de rŽpondre en franais. Č

 

Question passionnante qui a donnŽ lieu ˆ pas moins de 75 commentaires sur le site du Devoir. On est en droit de se demander pourquoi ces anglophones et allophones se sont inscrits ˆ une universitŽ francophone sinon pour parler et Žcrire en franais ? SÕils ont lÕintention de faire carrire au QuŽbec, nÕauront-ils pas ˆ rŽdiger leurs documents juridiques en franais ou devront-ils constamment recourir aux services de confrres francophones ?

 

Suit le tŽmoignage dÕun de ces privilŽgiŽs qui, ŽpuisŽ dit-il par la recherche du mot juste en franais, avait obtenu de rŽdiger ses travaux en anglais (Michael Milech, Ē Anglophone ˆ lÕUdeM : souplesse apprŽciŽe Č, 31 janvier, p. A 9) RŽf. 2, mais qui se dit heureux dÕavoir trempŽ dans le milieu francophone - peut-on parler dÕimmersion en prŽsence de telles exceptions ? Heureux homme en effet que ce dipl™mŽ en communication et science politique qui affirme savoir maintenant qui sont Louis-JosŽ Houde et VŽronique CloutierÉ Dans un article de La Presse (2014 01 24), M. Milech est prŽsentŽ comme un Žcrivain montrŽalais. RŽf. 3

 

CÕest le recteur de la facultŽ de droit en personne, Guy Lefebvre, qui ferme la marche (Ē Accusations non fondŽes Č, 3 fŽvrier, p. A 7) RŽf. 4. Au sujet de son article invoquant des statistiques Ē rŽcentes Č, un lecteur rappelle les exigences mŽthodologiques en rŽpliquant quÕil est Ē difficile d'tre en dŽsaccord avec vous lˆ-dessus puisque d'une part, nous ignorons de quelle annŽe date[nt] vos statistiques et d'autre part, il est difficile d'avoir les idŽes claires sur cette question-lˆ quand les statistiques sur lesquelles vous vous appuyez ne touchent qu'ˆ la rŽdaction des examens. Č LÕauteur du courriel, Patrick Boulanger, reproche son ambigu•tŽ au doyen par cette question troublante : Ē [É] pourquoi n'avez-vous pas comparŽ vos plus rŽcentes statistiques avec celles qui les prŽcdent pour Žtayer votre idŽe que Ē [...] rien ne permet de conclure que lÕUniversitŽ de MontrŽal sÕanglicise ou fait preuve de laxisme dans lÕapplication de sa politique linguistique. Č

 

Non seulement le recteur sÕenveloppe dÕun flou trs peu juridique en matire de statistiques, mais il ne rŽsout pas notre perplexitŽ avec les deux exemples quÕil cite ˆ lÕappui de son affirmation selon laquelle Ē ces Žtudiants ont acquis non seulement une solide formation juridique, mais Žgalement une meilleure ma”trise de la langue franaise. Č Nous laisserons reposer en paix le premier, le feu juge en chef de la Cour supŽrieure du QuŽbec, Allan B. Gold.

 

Du second des deux juristes que le doyen vante dՐtre dipl™mŽs de sa facultŽ, il dŽclare quÕil a ŽtŽ Ē ministre de la Justice du QuŽbec et juge ˆ la Cour supŽrieure. Č Or, il sÕagit dÕHerbert Marx RŽf. 5 et le doyen Lefebvre omet de mentionner que ce dŽputŽ libŽral avait dŽmissionnŽ de lÕAssemblŽe nationale de QuŽbec en 1988, sur la question linguistique prŽcisŽment. Les dŽputŽs anglophones sՎtaient ŽlevŽs contre le projet de loi qui entendait imposer le franais comme langue dÕaffichage exclusive, lequel  fut invalidŽ par la Cour supŽrieure du QuŽbec et par la Cour suprme du Canada pour devenir la loi 178 RŽf. 6 , o lÕon avait dž se rabattre sur la nette prŽdominance du franais dans lÕaffichage. Herbert Marx remit nŽanmoins sa dŽmission sur cette loi linguistique ŽmasculŽe. En donnant Herbert Marx en exemple, le doyen Lefebvre chante par consŽquent la gloire du loup ˆ qui on accorde crŽdit pour la gestion de la bergerie. Notons que Robert Bourassa avait fait appel ˆ la clause nonobstant pour passer cette loi mme diminuŽe, mais quÕil  ne lÕa pas reconduite en 1993 RŽf. 7 aprs les cinq ans statutaires. CÕest ce non-renouvellement qui explique la libertŽ tous azimuts que lÕon constate dans lÕaffichage ˆ lÕheure actuelle.

           

Pour revenir ˆ notre sujet, nous avons ici un cas de dirigeant universitaire si comprŽhensif quÕil est prt ˆ aller jusquՈ la capitulation. Bien entendu, il faut une certaine tolŽrance. Par exemple, lÕUniversitŽ de Sherbrooke permet les travaux en anglais pendant la premire annŽe de certains programmes, mais il faut des rgles claires pour que le franais reprenne ses droits par la suite. Faut-il voir dans le prŽsent cas – on est ici en droit des affaires - un autre des ces esprits colonisŽs qui, apparemment Žbahis dՐtre parvenus aux plus hauts niveaux et assoiffŽs de voir leur envergure reconnue, se montrent reconnaissants de ne pas tre passŽs sous le rouleau compresseur de puissants ma”tres ˆ penser anglophones ou anglophiles ? Malheureusement, pour ce qui est du franais au QuŽbec, moult dirigeants ne reconnaissent pas que la bergerie est menacŽe et que lÕacceptation passive dÕune hybridation linguistique galopante est suicidaire pour la poignŽe de francophones que nous sommes en AmŽrique du Nord, contrairement aux 66 millions de Franais.

 

La meilleure faon de conclure ce survol est de revenir aux nombreux commentaires dÕexcellente tenue quÕon trouve sur le site du Devoir, comme celui-ci :

 

Bref, il est probable que nous soyons d'accord sur un point : l'importance de l'anglosphre est exagŽrŽe et l'ouverture sur le monde par l'anglicisation est un leurre. C'est plut™t le contraire : en s'anglicisant, nous risquons fort de sombrer dans l'unilinguisme individuel (ne pas confondre avec l'unilinguisme national), ce qui va nous fermer des portes plut™t que de nous en ouvrir. Les pays anglo-saxons sont ceux ayant le plus haut taux de population incapable de parler une deuxime ou troisime langue. Jean Richard, 29 janvier 2014.

 

Et encore :

 

La dŽcroissance des bonnes raisons de parler et de promouvoir le franais, en Žvoquant, particulirement, notre peu de fiertŽ en tant que francophone dans un QuŽbec franais, vient surtout de lÕidŽologie des dernires dŽcennies ˆ savoir que le bonheur=succs=rentabilitŽ ou profit et que cela passe par une seule langue: lÕanglais. Une valeur de droite pr™nŽe, au QuŽbec, particulirement par le monde des affaires, parce que a fait son affaire. Comprenons par lˆ, parce que cÕest moins cožteux, moins accaparant, moins exigeant et que cela rapporte plus de fric (Žvidemment pour les actionnaires!) Et cÕest alors que toute la droite sÕy met (y inclus certains partis politiques, l'Institut Fraser. l'Institut C.D. Howe, l'Institut Žconomique de MontrŽal, les HEC, etc.), si souvent avec une subtilitŽ pernicieuse, pour en constater, au final, une dŽprŽciation collective croissante. Il nÕy a rien de mieux que de culpabiliser pour mieux contr™ler!


Alors, par la force dÕune telle propagande ou dÕun tel travail dÕinfluence nŽgative ĒundergroundČ, comment les QuŽbŽcois en gŽnŽral, peuvent-ils avoir une haute estime de ce quÕils sont et de ce quÕils peuvent devenir en se rŽfŽrant ˆ leur culture et leur langue franaise malmenŽes et dŽprŽciŽes? Inconsciemment tout au moins, un blocage sÕinstalle. Sauf en sachant et en Žtant convaincus que le prŽsent ŽnoncŽ, cette idŽologie du QuŽbŽcois francophone porteur d'eau, colonisŽ, dŽpendant, est fausse, totalement fausse.


Comment? Avec des donnŽes, des chiffres, des Žvaluations, plus que crŽdibles et dont les sources sont incontestables. Pierre Pichette, 29 janvier 2014

 

Il nÕest pourtant que de lire Charles Castonguay. Et de nous rappeler les propos prŽmonitoires de Parizeau :

Car si on se dit non, on sera de nouveau condamnŽs ˆ la stratŽgie de la survivance, au repli dŽfensif pour tenter de protŽger notre langue et notre culture avec les moyens du bord: ceux d'une province, ceux d'un peuple non reconnu, d'un peuple condamnŽ ˆ tre de plus en plus minoritaire, avec tous les risques que comporte le statut minoritaire.8  Jacques Parizeau, en 1995

CÕest le combat dans lequel le peuple quŽbŽcois demeure engagŽ tant quÕil nÕaura pas optŽ pour tre ma”tre de sa langue et de son propre pays.

 

HŽlne Trudeau

Candiac

2014 02 08

 

RŽfŽrences.

 

RŽf. 1. http://www.ledevoir.com/societe/education/398487/derive-vers-l-anglais-a-l-udem

 

RŽf. 2. http://www.ledevoir.com/societe/education/398699/anglophone-a-l-udem-souplesse-appreciee

 

RŽf. 3. On le retrouve dans The Suburban cosignataire avec Me Irwin Cotler dÕune intervention sur le projet de loi 60 : http://thesuburban.com/article.php?id=2429&title=Bill-60-Sends-A-Shameful

 

RŽf. 4.  http://www.ledevoir.com/societe/education/398884/accusations-non-fondees

 

RŽf. 5.  http://www.assnat.qc.ca/fr/deputes/marx-herbert-4377/biographie.html

 

RŽf. 6.  http://www.axl.cefan.ulaval.ca/amnord/quebec-loi-1988-178.htm

 

RŽf. 7.  Il annona sa dŽmission le 14 septembre 1993 et Daniel Johnson fils lui succŽda le 11 janvier 1994. http://www.assnat.qc.ca/fr/patrimoine/chronologie/chrono86.html

 

RŽf. 8.  http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Parizeau

----------O--------------

----------------O------------------------------------

Sous un pont montrŽalais, en 2014.

SF033***** *****C'Žtait un 15 fŽvrier 1839, il y a 175 ans.

Micheline Lachance.

ILS pourraient au moins s'excuser. Et payer leur dette de 1841, qui aura 175 ans en 2016.

 

.Description : Macintosh HD:Users:pierre1:Dropbox:Captures d'écran:Capture d'écran 2014-02-10 05.54.57.png.

RŽf. 1. http://www.vigile.net/C-etait-il-y-a-175-ans, Micheline Lachance, Tribune libre de Vigile, vendredi 7 fŽvrier 2014.

. Description : Macintosh HD:Users:pierre1:Dropbox:Captures d'écran:Capture d'écran 2014-02-12 16.35.35.png   .

RŽf. 2. Dans les cŽtŽmonies en 2014, Yves Saint-Denis, membre du bureau de la LISULF, prte sa voix pour rŽpŽter les paroles de Chevalier de Lorimier et de Joseph-Narcisse Cardinal.

 

----------O--------------

----------------O------------------------------------

-      30 –