SF30bis

Extraits de SF30, janvier 2008

Si de Gaulle l'avait su!

(Joliot, l'atome et la Francophonie). Suite et fin.

(DŽbut de l'article : dans le No 29).

Pierre Demers. Traduction interdite

ÈÈÈ

RŽfŽrences.

Ajout.10. (Service postal des ƒtats-Unis) 1983,

(RŽpertoire national.1984 des codes...),

         Washington DC 20260-7233.

 

         N. B. Aux 600 bases dont l'existence se trouve ainsi signalŽe sans l'indication d'un emplacement prŽcis, s'ajoutent certaines bases avec adresses connues. Ainsi, ˆ Ottawa, le rŽpertoire tŽlŽphonique du Gouvernement du Canada Žnumre les membres d'un bureau militaire des ƒtats-Unis au sein d'unitŽs diverses du Ministre de la dŽfense nationale.

         Se trouve signalŽe par lˆ l'existence d'un tel bureau, ˆ Uplands et ˆ Rockcliffe. On y trouve les noms d'une dizaine de militaires haut-gradŽs, sous les titres suivants: attachŽ de l'air, attachŽ naval, attachŽ de l'armŽe, services administratifs des contrats de dŽfense, programme d'Žchange d'officiers USAF/FC, programme d'Žchange d'officiers USN/F, dŽtachement du renseignement liaison militaire des ƒtats-Unis (US Defence intelligence liaison detachment) etc. Il est difficile de ne pas voir dans l'existence d'un tel bureau le signe d'une vassalisation du Canada vis-ˆ-vis des ƒtats-Unis.

         La France n'a pas de tel bureau dans ce Ministre du Canada. Le Royaume-Uni en a un.

 

Deux tŽmoignages.

 

         Mis en regard, nous plaons deux tŽmoignages, celui d'un Žcrivain francophone et celui d'un chef d'ƒtat anglophone, Žvoquant l'un et l'autre le nom de Dieu, mais exprimant des prŽoccupations bien diffŽrentes. L'un annonait son intention de domination mondiale, l'autre tŽmoignait de son attachement au sol natal.

 

Harry Truman.

         "(Nous devons nous constituer gardiens de cette nouvelle force afin d'empcher son emploi nŽfaste et afin de la diriger pour le bien de l'humanitŽ. C'est une terrible responsabilitŽ qui nous est Žchue. Nous remercions Dieu qu'elle soit venue ˆ nous plut™t qu'ˆ nos ennemis et nous prions pour qu'Il nous guide pour l'utiliser dans Ses voies et dans Ses buts)."

         Harry Truman, 6 aožt 1945, jour de l'explosion cŽlbre.

 

Charles PŽguy.

"Heureux ceux qui sont morts pour la terre charnelle,

Mais pourvu que ce fžt dans une juste guerre.

Heureux ceux qui sont morts pour quatre coins de terre,

Heureux ceux qui sont morts d'une mort solennelle.

 

Heureux ceux qui sont morts dans les grandes batailles,

CouchŽs dessus le sol ˆ la face de Dieu.

Heureux ceux qui sont morts sur un dernier haut lieu,

Parmi tout l'appareil des grandes funŽrailles.

 

Heureux ceux qui sont morts pour des citŽs charnelles,

Car elles sont le corps de la citŽ de Dieu.

Heureux ceux qui sont morts pour leur ‰tre et leur feu

Et les pauvres honneurs des maisons paternelles".

...   

         Charles PŽguy Žcrivait ces lignes peu de temps avant d'tre tuŽ, le 5 septembre 1914, ˆ Villeroy. (25)

Fig. 7. Trente ans plus tard, l'histoire s'est rŽpŽtŽe, comme en tŽmoigne ce cimetire militaire amŽricain de la guerre de 1940-45, non loin des Fourons en Belgique. Le Prof. Jean Leclercq regarde. (Septembre 1983, sous un ciel gris).

 

Fig. 8. Dans un QuŽbec en marche vers son indŽpendance, les manifestations pour l'usage de la langue franaise ont eu beaucoup de succs au cours des dernires annŽes. Celle-ci avait lieu ˆ MontrŽal en avril 1989. Lors de ces manifestations, l'usage de la langue franaise dans la vie courante et dans l'enseignement des premiers degrŽs est un ŽlŽment gŽnŽralement revendiquŽ comme essentiel pour l'identitŽ nationale du QuŽbec; quant ˆ l'usage de la langue franaise en science et dans l'enseignement supŽrieur, c'est autre chose, et il n'en est question que superficiellement au cours de telles manifestations.

MBl

Fig. 9. Dans ce cadre grandiose, que domine le Mont-Blanc, haut de 4807 m et point culminant de l'Europe, s'Žtend la ville de Genve. Ces lieux sont riches en histoire. Sur eux plane le souvenir des grands Žcrivains francophones qu'Žtaient Jean-Jacques Rousseau et Voltaire, et la vie courante s'y fait en franais, depuis des sicles. Mais pour la vie scientifique, il en va tout autrement. L'histoire de ces lieux, plus ou moins ˆ l'insu des habitants, a pris le virage vers l'anglophonie.

                  On aperoit, dans le coin infŽrieur droit, des b‰timents du CERN, sur un terrain chevauchant la Suisse et la France. Sous terre, s'Žtend maintenant l'installation souterraine du grand accŽlŽrateur d'Žlectrons, le LEP, anneau de prs de 10 Km de diamtre. Ce grand laboratoire fut crŽŽ gr‰ce aux dŽmarches tenaces de Pierre Auger principalement, avec le concours de Raoul Dautry et de Louis de Broglie. Quatorze pays d'Europe le financent, la France pour une part importante. Ses fondateurs, en 1953, qui marqurent alors les dŽbuts du Club Atomique (1953), se doutaient-ils que bient™t, leur fondation servirait ˆ affirmer la domination exclusive de la langue anglaise en science?

                  En effet, la langue franaise est exclue des publications scientifiques faites par les savants franais qui collaborent avec le CERN. Les entitŽs franaises les plus farouchement attachŽes ˆ la dŽfense de l'identitŽ franaise, tel le CEA (Commissariat ˆ l'ƒnergie atomique), ma”tre d'Ïuvre de la dissuasion nuclŽaire en France, sont en revanche attachŽes avec une dŽtermination Žgalement farouche ˆ l'usage de l'anglais dans leurs publications provenant de ce laboratoire.

                  Photo prise en octobre 1983.

jh

Fig. 10. FrŽdŽric Joliot et Hans Halban dans le laboratoire du Collge de France. 1947.

 

Sources des photographies: pour les figures 3, 4, 6 et 10, elles proviennent du tournage en 1947 du film La Bataille de l'Eau lourde, qui reconstituait, avec pour acteurs les personnes mmes, les ŽvŽnements de 1939-1941. Nos remerciements ˆ Monique Bordry du laboratoire de l'accŽlŽrateur Saturne, qui nous les a transmises. La Bataille de l'Eau lourde est un film de Jean Marin et de Jean DrŽville. Les autres sont de Pierre Demers.

JHK 15,2 mm int.12,1

Fig. 11. Ces deux plaques de bronze apparaissent sur la base d'un monument, situŽ ˆ Orsay et figurŽ en page 16 de la couverture. Elles reprŽsentent FrŽdŽric Joliot et Irne Joliot-Curie.

JC

Fig. 12. Ce monument se trouve ˆ Orsay, rue Georges-ClŽmenceau; on aperoit la b‰tisse de l'IPN (Institut de physique nuclŽaire). La base de ce monument porte deux plaques de bronze reprŽsentent FrŽdŽric Joliot et Irne Joliot-Curie (voyez fig. 11). Ce monument reprŽsente l'humanitŽ aux prises avec son destin tragique dŽcoulant de l'atome. L'artiste a Žvidemment voulu Žvoquer le spectre du danger nuclŽaire planant sur l'humanitŽ depuis la guerre de deux bombes en 1945. Cette forme de danger nuclŽaire s'Žtant heureusement estompŽe en 1990, il reste cependant qu'un autre danger de mme origine, plus subtil, s'est concrŽtisŽ en une rŽalitŽ pernicieuse: l'occultation du franais en sciences. En concluant le prŽsent article, qui tente d'Žtablir comment cette occultation rŽsulte de l'histoire de l'atome, nous avons pensŽ montrer ce monument, bien ˆ sa place pour signaler la catastrophe survenue ˆ la langue franaise.

-30-