http://lisulf.quebec/lisulfsf.htm

SF049

prŽsŽdent SF048

suivant sera SF050

Science et Francophonie

Mai 2016 No 049.

Paraissant le 20 mai 2016

Version temporaire du 24 mai 2016 23h HAE.

RŽdacteur en chef Pierre Demers.  Science et Francophonie para”t en ligne.

DŽp™t lŽgal volontaire ˆ la BaNQ.

Para”t sous lÕautoritŽ de la LISULF,  Ligue Internationale des Scientifiques pour lÕUsage de la Langue Franaise.

1200 Latour, Saint-Laurent Qc H4L 4S4  514 747 2308

RŽfŽrence ARC. Voyez *****  ****.

LIGUE INTERNATIONALE DES SCIENTIFIQUES POUR L'USAGE DE LA LANGUE FRANCAISE             fut OBE EnregistrŽe          1981-01-01    MONTREAL            QC

Buts: Promotion de l'usage de la langue franaise dans les publications scientifiques et autrement et de l'accs du QuŽbec ˆ l'indŽpendance.

Responsables:

Pierre Demers, PrŽsident,

AndrŽ LŽpine, TrŽsorier,

RenŽ-Marcel SauvŽ, SecrŽtaire,

HŽlne Trudeau, Conseillre et Correctrice,

Yves Saint-Denis, Conseiller,

Yvon Cozic, Conseiller.

(Yvan Morin).

Thierry Leroux-Demers, Assistant TrŽsorier.

Merci ˆ Patrick Demers, Informaticien.

INSN.0825.9879. ƒditions Pierre Demers PPD.

Science et Francophonie. Contenu du No 049, mai 2026, paraissant le 21V2016 No 049

 

Mai 2016 No 049.

La domination de l'Agence du Revenu du Canada ARC.

*Convocation du Directoire, le PV du 12 II 2016.

Le prŽsident.

Sera lundi le 30 V 2016 14h.

Remise .

**du Prix Chevalier de Lorimier ˆ Pierre Demers

Le prŽsident du Rassemblement pour la SouverainetŽ.

Beno”t Roy.

Notes merci Prix Chevalier de Lorimier 2016 du RPS.

***En rŽponse, le 23V2016.

Jo‘l Demers, Pierre Demers.

Combien vaut la dette de l'Ontario envers le QuŽbec en 2016.

Autour.

****Autour du Prix Chevalier de Lorimier 2016.

Lorraine DubŽ.

Aprs le congrs sur l'avenir du franais dans les communications techniques et scientifiques en 1982.

*****Quand les poules auront des dents.

Auteur en 1982, Guy Arbour, Antoine Barbour.

Voulu par Camille Laurin+,  Jacques-Yvan Morin.

La LISULF, OBE. Chronologie de nos Žchanges...

***** *...avec l'ARC et son Ministre.

Anonyme, Diane Lebouthillier, Mario Savard, Kathy Hawara, Robert Delaney, Camille Laurin, Jacques-Yvan Morin, Larkin Kerwin, Thierry Leroux-Demers, Pierre Demers et autres.

Aspects politiques.

Les chroniques historiques de S&F. DŽbut. No 1.

***** **Chevalier de Lorimier .

Annonce. Chronique nouvelle.

Les chroniques historiques de S&F. No 2 ˆ venir.

***** ***Gilles RhŽaume ˆ l'ONU.

Annonce.

Le texte au prochain numŽro.

Vlan! ƒpouvantable? 16 mai 2016. RŽvocation....

***** ****Courrier recommandŽ.

Robert Delaney.

...de l'enregistrement comme OBE.

***** *****Votre cotisation 2016.

 

- 30 -  ----------O--------------

----------------O------------------------------------

La domination de l'Agence du Revenu du Canada ARC.

*Convocation du Directoire, le PV du 12 II 2016.

Le prŽsident.

Sera lundi le 30 V 2016. 14 h.

 

Au sige social 1200 Latour, Saint-Laurent, 15h HAE, les responsables et Yvan Morin, marhŽmaticien reraitŽ de l'UniversitŽ de SudburyinvitŽ

1. PrŽsences. Cette convocation a ŽtŽ retardŽe pour cause de santŽ de HŽlne Trudeau et de Marcel SauvŽ. Nos souhaits de rŽtablissent dŽfinitif! Seront-ils prŽssents?

2. Yvan Morin, nouveau membre du Directoire. Confirmer sa nomination, proposŽe par Pierre Demers, appuyŽe par AndrŽ LŽpine.

3. Dossier honneurs ˆ notre prŽsident Pierre Demers: interventions de Lorraine DubŽ et de Jo‘l Demers. Le 26 V prochain, le RPS, prŽsident Beno”t Roy, dŽcernera son Prix Chevalier de Lorimier ˆ Pierre Demers; Voir plus bas dans ce NumŽro ** etc

4. Collaboration du ComitŽ Pierre-Demers de Maxime Laporte et de Jo‘l Demers.

5. Correspondance avec ARC: va-t'elle maintenir ses reproches et enlever ˆ la LISULF son enregistrement comme OBE Organisme de Bienfaisance EnregistrŽ qui donne droit ˆ l'Žmission de RPFI valables pour fins d'imp™t auprs des 2 fiscs? Il y aurait alors atteinte ˆ un droit constitutionnel de la libertŽ d'expression du QuŽbec et du Canada.? Ne pas confondre avec l'appellation  OSBL dans le vocabulaire de l'ARC, qui ne donne pas droit ˆ l'Žmission de RPFI. Silences, falsifications des faits et refus de nous informer... Oseront-ils? La situation de la LISULF semble tre unique au QuŽbec et au Canada.

La rŽponse est oui V. plus loin, vlan! RŽf. 2.

ƒvocation du sinistre rglement 17 du 1er ministre Whitney, de 1917 ˆ 1925 etc. Les organismes francoaphiles ontariens sont peu audacieux en comparaison.  SubventionnŽs par les Gouvernements, ils en sont de fait les agents, leur Žvitant ainsi de lŽgifŽrer ouvertement en faveur du franais.

La LISULF ne reoit aucune subvention gouvernementale.

6. Si l'ARC veut exercer contre nous ses rigueurs pour cause de gestion dŽfectueuse, je vois que le VGC trouve ˆ redire au sein de l'adminisretion mme du Gouvernement du Canada RŽf. 1.

7. Plans d'avenir hors le statut OBE du Canada. LŽgitimitŽ? ASULF de Gaston Bernier. Ressource LISULF France, Ressource Qc comme ImpŽratif Franais.

 

Brivement. PV du 12II2016. L'ODJ fut suivi.

 

RŽfŽrence.

 

RŽf. 1.

 

RŽf. 1990. www.oag-bvg.gc.ca/internet/Francais/osh_20160505_f_41360.html
Rapport 2 — La dŽtection et la prŽvention de la fraude dans le programme de citoyennetŽParlons maintenant du Programme de citoyennetŽ. Dans cet audit, nous avons conclu que les efforts dÕImmigration, RŽfugiŽs et CitoyennetŽ Canada visant ˆ dŽtecter et ˆ prŽvenir la fraude liŽe ˆ la citoyennetŽ ne sont pas adŽquats.

 

RŽf. 2 . Ce numŽro *****   ****

- 30 -  ----------O--------------

----------------O------------------------------------

Remise .

**du Prix Chevalier de Lorimier ˆ Pierre Demers

Le prŽsident du Rassemblement pour la SouverainetŽ.

Beno”t Roy.

 

. Description : Macintosh HD:Users:pierre1:Desktop:BenoîtRoy12016-05-16 à 04.58.45.png . Description : Macintosh HD:Users:pierre1:Desktop:BenoîtRoy2 2016-05-16 à 04.59.43.png

 

http://www.rps.quebec/

 

info@rpsquebec.qc.ca

SOUPER-GALA DES PATRIOTES 2016

Au Centre communautaire Lajeunesse

7378, rue Lajeunesse, MontrŽal

Projet de déroulement du Souper-Gala des patriotes 2016-ve%7.

17 h 45                        Photo de groupe                                                                                (15 min)

 

18 h                 EntrŽe des rŽcipiendaires                                                                 (15 min)

 

18 h 15             Mot de bienvenue de lÕanimatrice, madame M.-J. Longchamps        (5 min)

 

18 h 20             Salut aux drapeaux et  1 min. de silence                                           (5 min)

 

18 h 25             Mot du prŽsident dÕhonneur m. Maka Kotto                        (5 min)

 

18 h 30             Discours du Chef du Bloc QuŽbŽcois, m. RhŽal Fortin                      (5 min)

 

18 h 35             Repas                                                                                     (45 min)

 

19 h 10             Mot du prŽsident du RPS                                                                 (5 min)

 

19 h 15             France Bonneau            (lecture de pomes)                                                 (10 min)

 

19 h 25             Grand Prix littŽraire de La Presse QuŽbŽcoise

Adresse de m. Jean-FŽlix ChŽnier                                                   (3 min)

Remise du Prix ˆ Akos Verboczy                                                     (5 min)

 

19 h 33             Prix NapolŽon-Aubin

Adresse de madame Anita Aloisio                                                   (3 min)

Remise du prix ˆ Marco Calliari                                                       (5 min)

 

19 h 41             Prix Charles-Hindenlang

Adresse de Mathieu Bock-C™tŽ                                                        (3 min)

Remise du prix ˆ Joseph Facal                                                          (5 min)

 

19 h 49             Guy Boucher   (chansons)                                                                  (15 min)

 

20 h 04             Prix Marie-Victoire-FŽlix-Dumouchel

Adresse de m. Ami et Olivier Vaillancourt                                      (3 min)

Remise du prix ˆ madame Carmen Sabag-Vaillancourt                     (5 min)

 

20 h 12             Prix Chevalier-de-Lorimier

Adresse de m. Jo‘l Demers                                                 (3 min)

Remise du prix ˆ m. Pierre Demers                                       (5 min)

 

20 h 21             Prix Louis-Joseph-Papineau

Adresse de m. Maxime Laporte                                                       (3 min)

Remise du prix ˆ m. Mario Beaulieu                                     (5 min)

 

20 h 29             Mot du PrŽsident du Parti quŽbŽcois, m. Raymond Archambault     (5 min)

 

20 h 34             Discours de m.  Bernard Landry                                                       (5 min)

 

20 h 39             Mot de la fin-

 30 -  ----------O--------------

----------------O------------------------------------

Notes merci Prix Chevalier De Lorimier 2016 du RPS.

***Discours de rŽception du Prix Chevalier de Lorimier 2016

par Pierre Demers.

Combien vaut la dette de l'Ontario envers le QuŽbec en 2016.

 

GALA DES PATRIOTES 2016

Le 23 mai 2016

 

PIERRE DEMERS LAURƒAT DU PRIX CHEVALIER DE LORIMIER

Il souligne l'importance de la relve et de la dette de l'Ontario envers le QuŽbec.

Voici son discours :

 

AMIS,

Merci d'abord ˆ mon fils Jo‘l pour ses bons mots et merci ˆ mes trois fils qui Žpousent admirablement ma cause, celle du QuŽbec. Merci infiniment au PrŽsident Beno”t Roy et aux membres du Conseil du RPS pour ce prix. Je fŽlicite aussi les autres laurŽats, je salue les notables prŽsents et tous les distinguŽs invitŽs dŽjˆ nommŽs et vous tous, mes chers compatriotes.

 

C'est un grand honneur que ce prix au nom du Chevalier de Lorimier, d'autant qu'il se trouve tre un noble anctre de notre trs chre amie Lorraine DubŽ, sa fire descendante et inlassable patriote que nous saluons parmi nous ce soir. Applaudissons-la s'il-vous-pla”t!

 

On honore un passŽ de patriotisme ce soir. Mais c'est l'avenir qui compte. J'invite la relve ˆ saisir le flambeau.

 

J'encourage les ttes blanches ˆ recruter les blondes, que les gŽnŽrations d'avenir s'impliquent, peu importe la couleur de leurs cheveux... ou de leur peau. Qu'elles soient meilleures encore que celles d'avant ! Qu'elles Žvitent nos erreurs et dŽpassent nos exploits. C'est ce que je souhaite ardemment vous transmettre ce soir.

 

Je salue encore l'engagement de Lorraine DubŽ, de mon fils Jo‘l et du jeune Maxime Laporte, pour le franais en science, et de notre ami Mario Beaulieu, notamment, qui donnent l'exemple ; et je salue tous les jeunes qui militent dŽjˆ. C'est ˆ dire tous ceux qui sont ici plus jeunes que moi !

 

Vous avez aussi un hŽritage mŽconnu devant vous, un trŽsor  que je souhaite rŽvŽler au grand jour.

 

La dette de l'Ontario envers le QuŽbec.

 

Moralement, tout le peuple canadien-anglais nous doit son existence, bien sžr ! comme nous devons la n™tre ˆ nos frres des premires nations. Mais je parle ici d'une dette comptable concrte :

 

Il s'agit des dettes publiques que le QuŽbec a dž Žponger lors des changements politiques imposŽs par le rŽgime anglais.

C'est le Haut-Canada, l'Ontario, qui a empruntŽ pour dŽvelopper ses routes, ses ponts et toutes ses infrastructures.

 

Ë l'Žpoque la somme imputŽe au QuŽbec reprŽsentait 5 fois son budget annuel. Aujourd'hui, ce seraient 500 milliards de dollars. Selon mes calculs on pourrait parler de billions, des milliers de milliards.

 

Quoiqu'il en soit, la somme est majeure et n'a jamais ŽtŽ remboursŽe.

 

Nous avons financŽ leur dŽveloppement. Le n™tre s'est donc trouvŽ bloquŽ ˆ l'aube du 20e sicle, en plein essor industriel. On sait que prs d'un million de QuŽbŽcois sont ensuite partis vers les ƒtats-Unis pour trouver du travail.

 

Ils disent que nous n'aurions pas les moyens de fonder un pays ? J'affirme plut™t que nous n'avons pas les moyens de rester dans celui-lˆ !

 

Que nous soyons nŽs ici ou ailleurs, nous tous, qui partageons la terre du QuŽbec, nous subirons l'arnaque du Canada tant que notre terre lui restera soumise.

 

Vous trouverez mes textes et calculs sur la Toile Internet. M. Pierre Corbeil, a produit un ouvrage admirable sur ce sujet. Et Vigile, du remarquable Richard Le Hir, en parle aussi.

 

Cette affaire Žtait presque oubliŽe, lors du dernier rŽfŽrendum. Personne n'y a pensŽ, en 1995, dans tout l'entourage de M. Parizeau !

 

Il ne faut plus l'oublier. L'Ontario, le Canada anglais, en toute justice doivent nous rembourser.

 

Comment rŽclamer ? Je recommande la crŽation d'une commission non-partisane de l'assemblŽe nationale. J'invite Messieurs Maka Kotto et Mario Beaulieu ˆ piloter ce dossier, M. Landry, peut-tre ?

 

Il faut obtenir cette justice pour les QuŽbŽcois de demain, pour les aider ˆ construire, justement, leur avenir, notre avenir en tant que peuple, et en tant que pays qui se joindra sous peu au concert des nations.

 

Merci.

===============

RŽfŽrences.

RŽf. 01. SupplŽment aux paroles prononcŽes ci-dessus.

Je veux affirmer l'importance de la dette de l'Ontario envers le QuŽbec, ce trŽsor qu'il faut rŽclamer pour construire, tout justement, notre avenir en tant que peuple, en tant que nation, et surtout, en tant que pays qui se joindra sous peu au concert des nations! Je propose que notre AssemblŽe Nationale crŽe une commission non partisane qui Žtudie et publicise cette dette, et fasse des recommandations pour quÕelle lui soit payŽe. Je vois bien Mario Beaulieu et Maka Kotto piloter cette Commission de la dette, je crois qu'ils on commencŽ ce travail..

 

Combien vaut cette dette?

Portion sous embargo le texte prononcŽ le 23V2016 fera foi. Le voilˆ 24V2016:Notespourle23V2016

Notespourle23V2016.htm

Les prŽsentes notes pourraient aider ˆ obtenir justice pour le QuŽbec dans l'affaire de la dette historique de l'Ontario envers le QuŽbec. Dans leur prŽparation, j'ai consultŽ Lorraine DubŽ et mon fils mon organisateur Jo‘l Demers.

Voilˆ donc quelques mots sur la dette historique de lÕOntario envers le QuŽbec,  estimŽe ˆ plus de cent billions en 2017, ignorŽe des cours dÕhistoire, remontant ˆ lՎpoque belliqueuse 1841, jamais rŽglŽe, valant alors 6,5 millions. Lisez les dŽtails dans Science et Francophonie. En voici un aperu je le soumets ˆ la commission..

Entre autres: le Royaume-Uni a envoyŽ des milliers de ses immigrants pauvres pour peupler lÕOntario actuel ds le dŽbut du Haut-Canada puis sous le rŽgime de lÕUnion imposŽ par lui,  de 1841 ˆ 1867, mais il ne sÕest pas chargŽ de financer leurs besoins. Il a refilŽ au compte de ces colonies des dettes dont il a commandŽ la crŽation: ainsi 62,5 millions qui lui incombaient s'ajoutaient en 1867, en plus des 6,5 millions hŽritŽs en 1841, de sorte que si le QuŽbec poursuit lÕOntario en 2017, lÕOntario pourrait logiquement refiler la facture au Royaume-Uni.

C'est ce qui ressort d'une sobre remarque officielle rŽcente annonant les ftes de 2017 du 175e de l'AABN crŽant le Dominion du Canada, le Gouvernement signale ceci.

" la Grande-Bretagne hŽsitait ˆ investir davantage dans les colonies et encourageait lÕautosuffisance". Sous l'occupation, les Allemands avaient imaginŽ la formule: "Churchill paiera."

Le grand Bourassa demandait en 1913: "Que devons-nous ˆ l'Angleterre?" Pas un mot sur la dette en question!

 Autre remarque. Dans lÕactualitŽ Nathalie Normandeau est inculpŽe et notre Lise 1re reine du QuŽbec (Lise Thibault) est en prison dans l'institution Leclerc devenue mini-Royal Palais de Buckingham, etc, le tout  pour des montants minuscules ˆ c™tŽ des billions imposŽs au QuŽbec par la reine Victoria, au bŽnŽfice de ses successeurs au tr™ne. Eux aussi en prison?

Tout cela expliquerait que les Anglos toisent avec dŽrision des QuŽbŽcois assez peureux pour accepter de sՐtre fait arnaquer, redoutant des mŽchancetŽs pires s'ils se plaignent.

Le clou final, ou prŽtendžment tel, fut plantŽ par Victoria et Disraeli dans un jugement du ComitŽ juridique du Coneil privŽ en 1878, mais le vrai responsable fut plut™t J. A. Macdonald en 1867, auquel on, on, soit ce gouvernment du Canada intrus au QuŽbec - on prŽpare un festoiement en lÕannŽe 2017 imminente.

Dans son premier acte en 1867, il reconnut lÕexistence de cette dette en 1867 et il confia son sort ˆ un arbitrage par 3 anglais dont 2 vivant ˆ Ottawa Macpherson et Gray et d'un au QuŽbec Day, qui dŽmissionna devant lÕintransigeance des 2 autres.

 

Combien donc vaut cette dette?

La dette originale Žtait, en 1841:

six virgule cinq millions de dollars courants              

6,5 millions $.

Avec les intŽrts annuels de 5% pendant 26 ans, il y a un facteur 3,56, la dette valait, en 1867:

vingt- deux millions

 22 millions $.

Le 1er budget du QuŽbec fut,  en 1867:

un million virgule cent quatre vingt cinq                                         .

                                1,185 million $.

Le prochain, le 149e, 148 ans plus tard sera, en 2016-17:

quatre vingt dix huit milliards et huit cent millions

                           98 883 millions $.

Facteur pouvoir d'achat du dollar gouvernemental. Je retiens qu'en 1867, prs d'un million achetait ce qu'en 2015-16, prs de cent millliards achtent. D'o facteur en 2015-16, valeur exacte du quotient:

quatre vingt quatre mille quatre cent quarante six                             

                                    98 883 millions $ / 1,185   million $ = 84 446.

Facteur intŽrt. Il faut ensuite appliquer le facteur intŽrt, au taux officiel de 5% par an. En 148 ans il vaut en 2016:

cent quatre vingt dix

                                                                190.

Le produit de la dette en 1867 et de ces 2 facteurs est en 2016:

grosso modo vingt deux millions par cent mille par cent quatre vingt dix

22 millions $ X 84 446 X 190 = 352 984 280 millions $ = 353 B $

trois cent cinquante trois billions de dollars                                                       

353 B$

Je refais ainsi un calcul comparable paru en 2000: le prof. Pierre Corbeil, Ph. D. historien et Žditeur de Drummondville, calculait la valeur en 1995:

soixante trois billions

63 B $.

Concrtement donc: notre AssemblŽe Nationale crŽerait une Commission non partisane pour Žtudier et publiciser cette dette, et ferait des recommandations pour quÕelle lui soit payŽe. Avec lÕappui de William Fayad de la section L'Acadie du Bloc QuŽbŽcois.

La Commission CQRDO Commission QuŽbŽcoise pour le Remboursement de la Dette de l'Ontario.

Notre AssemblŽe nationale voudra-t'elle donner une suite favorable?

Mario Beaulieu et Maka Kotto sont tout dŽsignŽs pour mettre en oeuvre ces raisonnements et je sais qu'ils ont commencŽ ˆ se mettre ˆ l'oeuvre. Je leur cde la parole et la suite des actions. Bon succs!

Merci.

Pierre Demers Prix Joseph-Papin-Archambault 2008 et Prix Chevalier-de-Lorimier 2016 du RPS. 23V2016 22V2016

===============

RŽfŽrences.

 

RŽf. 1. RŽf. 1056.  http://www.budget.finances.gouv.qc.ca/Budget/2015-2016/

DŽpenses de programmes 2015-2016 excluant la dette
(en millions de dollars)

Description : Description : Description : escription : http://www.budget.finances.gouv.qc.ca/budget/2015-2016/images/graph3.gif

budget global qc 2015-16 = 66, 460 G$ = 0,066 460 B$

Ajouter le service de la dette prŽvu en 2015-16

RŽf. 1059. http://www.budget.finances.gouv.qc.ca/budget/2014-2015a/fr/documents/Planbudgetaire.pdf

2013-2014  69 506

2014-2015  71 373

2015 - 2016  73 799

RŽf. 1060

RŽf. 1059. http://www.budget.finances.gouv.qc.ca/budget/2014-2015a/fr/documents/Planbudgetaire.pdf

QcBudget20162016-05-08 ˆ 11.37.29.png   99 816 en 2015 - 16

dont 11 183 s. de la dette en M$.

Je retiens, en 2015-16:

QuŽbec budget total 98 883 M$ = 0,098 883 000 000 B$

y compris service de la dette 0,011 183 B$

Description : Description : Description : escription : Macintosh HD:Users:pierre1:Desktop:6.Captures d'Žcran:QcBudget20162016-05-08 ˆ 11.37.29.png

 

RŽf. 2. Ruth DuprŽ. Gouvernement du QuŽbec, budget total.

Description : Description : Description : escription : Macintosh HD:Users:pierre1:Desktop:6.Captures d'Žcran:DuprŽ186718802016-04-25 ˆ 18.37.18.pngDescription : Description : Description : escription : Macintosh HD:Users:pierre1:Desktop:6.Captures d'Žcran:Capture dՎcran 2016-04-25 ˆ 19.07.37.png.

 

RŽf. 3. Les rŽfŽrences dans SF. Le nombre d'astŽrisques dŽsigne l'article.

SF024 ***  ***** 28XI2012

SF026 *** 20 mars 2013

SF028 **   ***    ****    ***** * 17 novembre 2013

SF032 *****  * 29 janvier 2014

SF033 *   **   ***   *****   ***** ***** 15 fŽvrier 2014

SF034 ** 20 mars 2014

SF036 ***** **** 21 juillet 2014

SF037 ***** * 22 aožt 2014

SF038 *   **   ***    ****   ***** * 31 aožt 2014

SF039 **** 1er novembre 2014

SF041 ***** 28 fŽvrier 2015

SF046  *  1er fŽvrier 2016

SF047 *****  **** 20 mars 2016

SF048  *   ****  10 avril 2016

 

RŽf. 4. fr.canoe.ca/infos/societe/archives/2016/03/20160303-231637.html

lise thibault en prison,   Jean-Franois Racine03-03-2016 | 23h16QUƒBEC - DŽtenue depuis une semaine, Lise Thibault a quittŽ sa prison de QuŽbec jeudi vers l'ƒtablissement de dŽtention Leclerc, ˆ Laval. ("Le Royal Palais Leclerc")

 

RŽf. 5. Voyez l'article suivant .****

- 30 -  ----------O--------------

----------------O------------------------------------

Autour.

****Autour du Prix Chevalier de Lorimier 2016.

Lorraine DubŽ.

Texte article 4 RŽf. 5. de l'article prŽcŽdent, ***

 

 

****RŽf. 1057. http://canada.pch.gc.ca/fra/1342792785740/1342793251811

http://canada.pch.gc.ca/fra/1406028654626/1406028736404  

Au milieu du 19e sicle, lÕAmŽrique du Nord britannique reprŽsentait une mosa•que de terres coloniales  

la Grande-Bretagne hŽsitait ˆ investir davantage dans les colonies et encourageait lÕautosuffisance.

TRADUCTION FRAN‚AISE

LE CANADA: UN PAYS SANS CONSTITUTION Ceci est un extrait du journal des dŽbats du Parlement canadien, d'un discours prononcŽ par l'Hon. Walter F. Kuhl, dŽputŽ de Jasper-Edson sur 8 Novembre 1945. Il est trs intŽressant ˆ lire et donne une premire preuve que le Canada n'a jamais fŽdŽrŽ ou confŽdŽrŽ. Le Canada n'est pas un pays.

Journal des dŽbats:

Mr. Kuhl: De la preuve que j'ai prŽsentŽ ˆ ce jour, je tire les conclusions suivantes:

 Les provinces du Canada ont souhaitŽ une union fŽdŽrale.

Les rŽsolutions de QuŽbec prŽvoyaient une union fŽdŽrale. (http://www.collectionscanada.gc.ca/confederation/023001-245-f.html)

 Le projet de loi rŽdigŽ par les dŽlŽguŽs du Canada ˆ la confŽrence de Londres, a Žgalement prŽvu pour une union fŽdŽrale.

 Le Colonial Office n'Žtait pas disposŽ ˆ accorder aux provinces du Canada leur demande pour une union fŽdŽrale.

 L'Acte de l'AmŽrique du Nord britannique, adoptŽ par le Parlement impŽrial, n'a rŽalisŽ ni l'esprit ni les termes des rŽsolutions de QuŽbec.

Canada n'est pas devenu une union fŽdŽrale en vertu de l'Acte de l'AmŽrique du Nord britannique, mais plut™t une colonie unie.

 

Le privilge de fŽdŽrer, par consŽquent, Žtait toujours un privilge Žventuel.

 Le Parlement du Canada n'est pas devenu le gouvernement du Canada, et encore moins un gouvernement fŽdŽral.

 Il est devenu simplement la lŽgislature centrale d'une colonie unie, un corps lŽgislatif, dont le seul pouvoir est celui d'aider et de conseiller le gouverneur gŽnŽral en tant que mandataire du Parlement impŽrial.

 L'Acte de l'AmŽrique du Nord britannique, ŽdictŽ par le Parlement impŽrial, n'Žtait pas une constitution, mais une simple loi du Parlement impŽrial qui unit quatre colonies dans un Canada en une seule colonie avec l'autoritŽ suprme toujours demeurant entre les mains du gouvernement britannique.

 

Autre preuve.

Comme autres ŽlŽments de preuve que l'Acte de l'AmŽrique du Nord britannique n'Žtait pas une constitution, et que le Canada n'est pas devenue une union fŽdŽrale, je me rŽfre ˆ la dŽfinition du terme ÇempireÈ qui se trouve dans l'article 18, paragraphe 3, de l' Interpretation Act de 1889. Il se lit comme suit: "L'expression de Ç colonie È, tout de dominions de Sa MajestŽ, ˆ l'exclusion des ”les britanniques et de l'Inde britannique, et o les parties de ces dominions sont ˆ la fois une lŽgislature et les assemblŽes lŽgislatives locales, toutes les parties dans le cadre de la centrale lŽgislateur doit, aux fins de la prŽsente dŽfinition, tre considŽrŽs comme une seule colonie."

 Ë l'exception du Canada, aucun pays de l'empire n'avait un pouvoir lŽgislatif et des assemblŽes lŽgislatives locales. Par consŽquent, selon cette dŽfinition faite vingt-deux ans aprs la promulgation de l'Acte de l'AmŽrique du Nord britannique, le Canada est rŽputŽ tre une colonie.

 Pour montrer que je ne suis pas seul dans mes conclusions je cite quelques-unes des dŽclarations des autoritŽs constitutionnelles du Canada a reconnu devant la commission spŽciale sur la Loi sur l'AmŽrique du Nord britannique en 1935.

Docteur WPM Kennedy, professeur de droit ˆ l'UniversitŽ de Toronto, ˆ la page 69 du rapport prŽcise:

 Ç Je pense que nous devons sortir de l'idŽe que l'Acte de l'AmŽrique du Nord britannique est un "contrat" ou un "traitŽ ". Je ne veux entrer lˆ-dedans, mais c'est vrai, "ni en histoire, ni en droit". L'Acte de l'AmŽrique du Nord britannique est un statut, et a toujours ŽtŽ interprŽtŽe comme un statut. È

 Le Professeur N. McL. Rogers, du Queen's University, ˆ la page 115 du rapport, Žnonce en rŽponse ˆ une question posŽe par M. Cowan:

 M. Cowan: Vous n'avez pas souscrit ˆ la conviction qu'il s'agissait lˆ d'un pacte ou un contrat?

 M. Rogers: Je suis profondŽment convaincu que a ne l'est pas, ni dans le sens historique ou lŽgal.

 Ensuite, je cite le docteur Beauchesne, greffier de la Chambre des communes, qui stipule ˆ la page 125 :

 

Ç Il est vrai que si nous appliquons ˆ l'Acte de l'AmŽrique du Nord britannique, les principes suivis dans l'interprŽtation des statuts, ce n'est pas un pacte entre les provinces; il s'agit d'un acte du Parlement qui ne reprŽsente mme pas toutes les rŽsolutions adoptŽes au Canada et ˆ Londres, avant son passage au Parlement britannique, o certaines clauses qui n'ont pas ŽtŽ recommandŽes par les provinces canadiennes ont ŽtŽ ajoutŽes. È

 La preuve que j'ai prŽsentŽ ˆ ma satisfaction Žtablit qu'il n'y a eu, ˆ aucun moment, au Canada, aucun accord, pacte ou traitŽ entre les provinces, de la crŽation d'une union fŽdŽrale et un gouvernement fŽdŽral. Le privilge de fŽdŽrer, par consŽquent, Žtait toujours un privilge Žventuel pour les provinces du Canada.

 

Provinces totalement souveraines

Puisque la condition de la souverainetŽ et de l'indŽpendance doit tre exercŽe par les provinces avant qu'ils puissent fŽdŽrer, il Žtait nŽcessaire que le gouvernement britannique renonce ˆ son autoritŽ sur eux. Cela a ŽtŽ fait par la promulgation du Statut de Westminster, le 11 dŽcembre 1931. En vertu de l'article 7, paragraphe 2, de ce statut, les provinces du Canada ont ŽtŽ faites souveraines, libres et indŽpendantes, afin qu'elles puissent consommer l'union fŽdŽrale qu'elles souhaitaient crŽer, mais qu'elles n'avaient pas ŽtŽ autorisŽes ˆ faire en 1867.

 

Depuis le 11 dŽcembre 1931, les provinces du Canada n'ont pas agi selon leur statut rŽcemment acquis, elles n'ont pas signŽ d'accord, elles n'ont pas adoptŽ de constitution, et la population du Canada n'a pas ratifiŽ de constitution.

Ces mesures auraient dž avoir ŽtŽ prises immŽdiatement aprs l'adoption du Statut de Westminster. C'est en raison de la faute des provinces et du peuple du Canada ˆ entreprendre cette action que toutes les anomalies se retrouvent dans notre position actuelle. Nous avons essayŽ depuis 1931 de nous gouverner nous-mmes fŽdŽralement, en vertu d'un instrument qui n'Žtait rien de plus qu'un acte du Parlement impŽrial ayant l'objectif de gouverner une possession coloniale.

 

Non seulement cette condition anormale a ŽtŽ obtenue depuis 1931, mais elle l'a ŽtŽ sans qu'aucune rŽfŽrence ne soit faite ˆ la population canadienne. Ils n'ont pas ŽtŽ consultŽs sur quoi que ce soit relativement ˆ des questions constitutionnelles. Avant qu'il existe une union fŽdŽrale au Canada et un gouvernement fŽdŽral, les provinces du Canada doivent tre libres et indŽpendantes de consommer une telle union. Elles ont ŽtŽ libres de le faire depuis le 11 dŽcembre 1931, mais elles ne l'ont pas fait.

 

Canada sans Constitution

Je pose donc cette question: D'o le Parlement fŽdŽral tire-t-il son pouvoir pour gouverner ce pays? Le Parlement impŽrial ne peut pas crŽer une union fŽdŽrale au Canada ou de constituer un gouvernement fŽdŽral pour la population du Canada en vertu de l'Acte de l'AmŽrique du Nord britannique ou de toute autre loi. Cela ne peut tre fait que par le peuple du Canada, et ils ne l'ont pas encore fait. Depuis le 11 dŽcembre 1931, en tant que citoyen de ce pays, j'ai obtenu le droit d'tre consultŽ sur la question d'une constitution. J'ai obtenu le droit avec mes concitoyens de ratifier ou de refuser de ratifier une constitution, mais je n'ai pas ŽtŽ consultŽ de quelque faon que ce soit. J'affirme donc, avec une majoritŽ de Canadiens, jusqu'ˆ ce que je ratifie une constitution au Canada, qu'il n'y a pas de constitution, et je lance un dŽfi gagnant ˆ toute contradiction de cette affirmation. (Traduction par RŽgis Genesis) Site web:

http://www.aberhartfoundation.ca/PDF%20Documents/Premier%20PDF%27s/Social%20Credit%20of%20Canada%20Docs/CanWithoutConst_Kuhl1977.pdf

 

Canadian parliament speech delivered by the Hon. Walter F. Kuhl, M.P. for Jasper-Edson on November 8, 1945: http://kisikew.blogspot.ca/p/canada-without-constitution-le-canada.html

Ç C'est simple, tout le systme judiciaire et ses magistrats sÕappuient sur lÕAANB, et lÕActe en question est frauduleux È. HO CANADA. Never Have so Many Known so Little About so Much: http://www.vho.org/aaargh/fran/livres7/HoCanada.pdf

 

Version franaise Quelques extraits...Quel est notre parlement canadien: ÇÉ.LÕacte dÕAmŽrique du nord britannique est une loi dŽrivant dÕun projet de loi privŽ du parlement anglais qui nÕa jamais ŽtŽ et ne pouvait tre acceptŽe, qui nÕavaient aucune autoritŽ constitutionnelle pour le faire. La meilleure preuve en est que ni lÕacte lui-mme (et pourtant chaque pays a lÕoriginal de sa constituions), ni une copie vidimŽe ne furent jamais dŽposŽs ni devant le parlement pour acceptation, ni mme dans les archives du Dominion. Et le Dr. Kenny archiviste en chef, en a fait lÕadmission, sous serment, devant lÕhonorable juge en chef Gustave Perreault, lors du procs de R Rodgers Smith ˆ MontrŽal en 1942... Les membres Žlus de cette lŽgislature ont jurŽ allŽgeance ˆ un roi qui abdiqua... Les trs honorables dirigent toujours par la division du peuple, en groupements de partisannerie politique organisŽs au bŽnŽfice et ˆ la solde des intŽrts financiers qui les financent au Canada, au dŽtriment du peuple canadienÉÈ http://vho.org/aaargh/fran/livres7/LAMBERTsortir.pdf

 

Livre de Rogers S Smith: Ottawa 1937- Alberta has the sovereign right to issue and use its own credit by R. Rodgers Smith:

http://www.aberhartfoundation.ca/PDF%20Documents/Premier%20PDF%27s/Alberta%20Has%20A%20Sovereign%20Right.pdf

 

Rodgers Smith chef Wapanatak INSIDE CANADA

http://www.vho.org/aaargh/fran/livres7/insidecanada.pdf

 

De : Demers Pierre <pierre.demers@lisulf.quebec>

EnvoyŽ : 12 mai 2016 14:40

Ë : Lorraine DubŽ

Objet : Re: Tel que demandŽ, j'ai finalement rejoint le jeune scientifique qui devrait communiquer avec toi Joel: RŽfŽrence William GadouryChre Lorraine DubŽ, 

Saluts.

Ce serait commode sÕil Žtait possible de vous atteindre par tŽlŽphone. 514 647 8918    ici 514 747 2308

Voudriez-vous confirmer: il nÕexiste quÕun exemplaire de la dte Ç ConfŽdŽration du Canada en 1867, avec une seule signature, celle de John A. Macdonald?

Ci PiD

===

Le 10 mai 2016 ˆ 05:11, Lorraine DubŽ <lorraine.dube@hotmail.com> a Žcrit :

Bonne journŽe monsieur Demers et Jo‘l

Bonne santŽ

Lorraine

 

- 30 -  ----------O--------------

----------------O------------------------------------

Aprs le congrs sur l'avenir du franais dans les communications techniques et scientifiques en 1982.

*****Quand les poules auront des dents.

Auteur en 1982, Guy Arbour, Antoine Barbour.

Voulu par Camille Laurin+,  Jacques-Yvan Morin.

 

Quand les poules auront des dents.

Par Guy Arbour

                                                                                                                               

Marcelle caqueta une dernire fois et sՎcroula raide morte. Le convoyeur lÕamena vers le septime ciel, cÕest-ˆ-dire vers lÕunitŽ dÕempaquetage du poulailler, au septime Žtage.

 

La pauvre poule mutante nÕavait vŽcu que trois mois dans un cageot exigu, visionnant des reprises de La Petite Vie en sÕempiffrant de graines de soya. CՎtait ce qui faisait cro”tre les poules le plus rapidement. LÕangoisse de lÕinactivitŽ Žtait amoindrie par les scintillements du petit Žcran et le niveau intellectuel du spectacle convenait tout ˆ fait.

 

Ë son arrivŽe au septime ciel des poules, les plumes du volatile cubique sՎtaient dŽjˆ dŽtachŽes du corps, et celui-ci commenait ˆ se dŽbiter naturellement en tranches fines, prtes ˆ la cuisson et lÕempaquetage.

 

Malheureusement, le gŽnie gŽnŽtique nՎtait pas parvenu ˆ produire des animaux qui mouraient prŽcuits en sÕemballant dÕeux-mmes.

 

On avait pourtant rŽussi, en cette veille de lÕan 2100, ˆ produire des boeufs et des porcs qui atteignaient une tonne en un an et dont la viande Žtait dŽpourvue de cholestŽrol. On les installait dans des chambres Žtroites dont les murs affichaient des images de vastes champs fleuris. Sous leurs sabots, un tapis se dŽroulait lentement, permettant aux muscles du corps de se dŽvelopper plus vite.

 

Plus vite, plus vite. Le sicle de lÕinformation Žtait aussi le sicle de la vitesse. Il fallait que lÕabeille produise son pot de miel par jour, que le blŽ fournisse deux pains par mtre carrŽ, que la vache pompe une tonne de lait par jour et quÕelle le pasteurise elle-mme, si possible.

 

Le nouveau millŽnaire avait confirmŽ la dominance de lÕhomme sur la nature. 

 

Les espces animales qui avaient rŽsistŽ ˆ la grande extinction subsistaient pour une de trois raisons essentielles:

á      elles Žtaient utiles: elles pouvaient gŽnŽrer des profits;

á      elles Žtaient dŽcoratives: elles avaient un usage en ce sens;

á      elles Žtaient protŽgŽes: on les avait ainsi classifiŽes.

 

La grande extinction sՎtait ŽchelonnŽe de 1975 ˆ 2075. Pendant ce sicle, de vastes zones forestires avaient ŽtŽ dŽcimŽes, la vie marine avait dŽclinŽ et le climat de la plante avait changŽ plus vite que la capacitŽ naturelle des gnes ˆ muter et ˆ engendrer de nouvelles espces pour sÕy adapter.

 

En dÕautres termes, la nature nÕavait pas pu faire face aux  bouleversements Žcologiques soudains.

 

La plupart des espces Žtaient donc disparues. Le taux dÕextinction des espces vŽgŽtales et animales avait de loin surpassŽ celui atteint lors de la disparition des dinosaures. Ë peine le dixime des espces existant en 1900 survivaient en 2100. Fini les pumas, les koalas, les pandas, les bŽlugas, et cetera.

 

LÕhomme a donc dž jouer au crŽateur et a dŽveloppŽ des espces qui ont rempli ses besoins alimentaires globaux: des porcs gŽants, des poulets gŽants, des veaux gŽants, des saumons gŽants, des ma•s gŽants, TOUT gŽant. 

 

On a ensuite crŽŽ des espces amusantes ou utiles: tortues de course pour joggueurs ventripotents, ou poissons-guides pour nageurs aveugles.

 

On a enfin sŽlectionnŽ des souches naturelles pour remplir les habitats naturels Ç protŽgŽs È. Il fallait garder des parcs ˆ gnes au cas o on en aurait besoin un jour.

 

QuÕen Žtait-il des aliments transgŽniques? Les gastronomes avertis avaient dÕabord protestŽ en clamant que le Ç gožt È des nouveaux aliments ainsi modifiŽs Žtait banal, mais les architectes du code gŽnŽtique avaient rapidement crŽŽ des hybrides dont le gožt Žtait indiscutablement meilleur. Ç Si cÕest bon au gožt et bon pour la santŽ, cÕest bon! È, avait clamŽ un cŽlbre chef. Le palais avait parlŽ.

 

ExcitŽe par cette danse du ventre, une industrie gigantesque Žtait nŽe.

 

Fini les vaches qui broutaient dans un  champ. Fini les porcs qui se roulaient dans la boue. Fini les basses-cours, les pacages, les coqs sur la cl™ture.

 

Au nom du gožt et du cožt.

 

 

 

ÉMais voyons plut™t la suite de lÕhistoire de Marcelle.

 

Les voisines de Marcelle se doutaient bien que quelque chose nÕallait pas.

 

Autour dÕelles, leurs amies disparaissaient. On faisait rŽgulirement des Ç prŽlvements È, on envoyait les poules matures au septime ciel.

 

Personne parmi les poules, personne, ne savait de quoi il en retournait, sauf quÕil Žtait devenu Žvident quÕon ne revient pas du septime ciel, jamais.

 

Personne, sauf Spartacus le coq. CՎtait le seul oiseau m‰le des lieux, un coq pour 400,000 poules, ce qui avait suscitŽ lÕenvie, un jour, de Jean ChrŽtien junior, premier ministre de lÕUnion Mondiale. Son Žpouse, gnŽe, lui avait fait remarquer que cela constituait toute une performance pour un coq. Il avait rŽpliquŽ quÕavec une poule diffŽrente tous les jours, tout Žtait possible. La rŽplique avait fait la une de tous les journaux Žlectroniques.

 

Spartacus se promenait librement dans lÕimmense b‰timent. Il voyait les poules rivŽes ˆ leur Žcran. Il les voyait partir pour le septime ciel.

 

Il savait.

 

Un jour, il dirait.

 

La contemplation continue des vieilles Žmissions de tŽlŽ avait eu un effet imprŽvu et pernicieux sur les poules. Celles-ci avaient dŽveloppŽ, par mimŽtisme tŽlŽvisuel, une espce de langage ŽvoluŽ o les caqutements Žtaient stridulŽs avec subtilitŽ, modulant des sons distincts propres ˆ traduire les Žmotions et les concepts les plus sophistiquŽs. Bref, les poules parlaient.

 

CÕest ainsi quÕAlberte, quÕon surnommait Einsteine, travaillait sur une thŽorie de la relativitŽ de la taille des oeufs. Michelle, dite Tremblaye, avait pondu une pice de thŽatre illustrant une douzaine de poules gagnant au sort un million de timbres-primes. Plamondonne lÕirascible Žcrivait des chansons pour Notre-Dame, une poule bossue qui aurait aimŽ tre juge, si basse-cour il y avait eu.

 

Des milliers de volatiles Žtaient prtes ˆ prendre la plume, sÕil le fallait, pour revendiquer leur droit de savoir, de savoir ce que le ciel leur rŽservait Éle septime ciel, sÕentend.

 

Demander aux humains??? Quels humains?

 

Il y avait trs peu dÕhumains sur place, mais ils avaient tous la mme  tronche. On avait depuis quelques annŽes dŽveloppŽ des clones humains sous-intelligents quÕon appelait  familirement des Ç clowns È. Avec tous la mme face. Ils travaillaient sans rel‰che, sans se plaindre, 12 heures par jour. Au dŽbut, les mouvements religieux et certains groupes politiques sՎtaient objectŽs ˆ la crŽation de clones. Mais le Pape lui-mme avait dŽcrŽtŽ que les clones nÕavaient pas dՉme, puisquÕils Žtaient dŽpourvus des gnes de lÕintelligence et de lՎmotion. Comme le fardeau de travail de tout le monde en Žtait singulirement diminuŽ, on avait commencŽ ˆ les accepter dans toutes les t‰ches manuelles et rŽpŽtitives, et ˆ leur amŽnager ensuite des quartiers de travail convenables. Plus personne nÕavait aujourdÕhui dÕobjection ˆ laisser un clown lui faciliter la t‰che.

 

Du reste, les clowns ne parlaient pas. Ils nÕauraient dÕailleurs rien compris ˆ la subtilitŽ des caqutements de Plamondonne.

 

Spartacus nÕavait aucune envie de mener une rŽvolte de poules.

 

Ç DÕailleurs È, se dit-il, Ç lÕherbe nÕexiste pas et ne peut donc pas tre plus verte de lÕautre c™tŽ de la cl™ture È.

 

Quand mme, cette pub de St-Hubert Barbecue, quÕon voyait entre les Žpisodes de La Petite Vie, Žtait inquŽtante quant au sort rŽservŽ aux coqs lorsquÕils sautent la cl™ture. Ç Quand les poules auront des dents, je leur expliquerai È.

 

Eh bien, justement!

 

Une nouvelle mutation gŽnŽtique avait ŽtŽ imposŽe au poulailler. On sՎtait aperu que le grain Žtait mieux assimilŽ et que des Žconomies considŽrables Žtaient rŽalisŽes quand les mandibules des poules Žtaient ŽquipŽs de pointes acŽrŽes qui venaient broyer lՎcorce du grain. Des dents, en fait.

 

Le gne X22-TCCTTG provoquait le dŽveloppement dÕune dentition remarquable chez la poule domestique. On avait dŽcidŽ de lÕadopter comme standard de lÕespce. DŽsormais, les poules avaient des dents.

 

Ç Cette foi, cÕen est trop È se dit Spartacus. Ç Il faut je cocorite la vŽritŽ haut et fort È.

 

Ce quÕil fit.

 

Les poules crurent dÕabord ˆ une farce monumentale. Ç Pourquoi voudrait-on nous manger? È. Ç Les clowns ne feraient jamais une chose pareille È. Ç Les humains sont vŽgŽtariens È. Etc.

 

Spartacus demanda lÕaide dÕAlberte. Le cageot de celle-ci Žtait tout prs du poste de commande du poulailler WD-40. La console Žtait reliŽe au rŽseau internet global, comme tout bon Žcran en cette fin de 21e sicle.

 

Alberte, agile et adroite,  sÕextirpa du cageot et se mit ˆ pitonner du bec sur le clavier tactile. Elle entreprit de diriger tous les Žcrans du poulailler vers des sites bien choisis, tels que producteur.de.poulet.com ou Mr.sub.com.

 

Spartacus avait mis le feu aux poudres.

 

Alberte sÕactiva. Elle rŽpertoria bient™t tous les sites appartenant aux producteurs de poules, de mme que les adresses des poulaillers partout au monde.  Elle allait Ç spammer È ˆ toutes les poules de la plante une grande crise de conscience collective, via leurs petits Žcrans de poulaillers.

 

Bient™t, un caqutement cacophonique naquit, montant en intensitŽ. CՎtait la panique chez les poules.  Plamondonne en perdit presque son dentier. Tremblaye en tremblait de rage. Einsteine explosa.

 

CÕest ainsi que des milliards de poules mŽdusŽes virent comment plumer un poulet, comment le dŽbiter, comment le cuire.  On visionna des dŽfilŽs de poules sÕen allant vers lÕabattoir, recueillies et rŽsignŽes. On vit des carcasses cuites accrochŽes dans des vitrines de restaurants chinois. On vit le sourire ironique du colonel Sanders se lŽchant les doigts sur fond de musique sadique. On vit de grands fours dont les cheminŽes laissaient Žchapper une fumŽe sinistre, seul vestige de millions de vies sacrifiŽes pour lÕappŽtit dÕune race dite Ç supŽrieure È.

 

Une telle cruautŽ donnait la chair de poule.

 

La rŽvolte grondait dans le WD-40. Plus rien ne baignait dans lÕhuile.

 

Les clowns nÕy comprenaient rien et poursuivaient leur routine comme toujours. Mais les Žcrans du poulailler affichaient un mot dÕordre menaant: Ç Poulaillers du monde entier, unissez-vous! È.

 

Spartacus ouvrit  quelques serrures magnŽtiques dÕun coup de bec Žnergique. Des poules sÕen Žchapprent et entreprirent de libŽrer leurs congŽnres, qui firent de mme ˆ leur tour. Bient™t, des centaines de milliers de poules se frayaient un chemin vers la sortie du poulailler, malgrŽ les cris paniquŽs des clowns. DŽpassŽs par le nombre, ceux-ci se pliaient par terre, sÕefforant de protŽger leurs yeux des coups de bec violents assŽnŽs par les poules furieuses.

 

Une horde innombrable de poules peu prŽparŽes au choc de la lumire du jour se rua vers lÕextŽrieur. Des rivires de volatiles accoururent bient™t des autres poulaillers et formrent des fleuves de poules enragŽes.

 

Une mer de poules, avec quelques coqs, dŽferla bient™t sur Futurville, la citŽ modle du 22e sicle.

 

Toutes les maisons y Žtaient pareilles. Toutes les voitures y Žtaient pareilles. Les gens qui y habitaient y Žtaient tous pareils, quoique dՉges diffŽrents. Les chiens Žtaient tous des labradors, tous pareils, et jappaient pareillement.

 

Spartacus se dit que son poulailler Žtait moins ennuyeux que cette ville du futur ˆ la mords-moi-le-noeud.

 

CÕest que la sŽlection gŽnŽtique avait amŽliorŽ lÕespce humaine mais affectŽ sa diversitŽ. Tout le monde Žtait blond, ŽduquŽ et sociable. Tous semblables, les humains. Les gnes qui causaient des problmes avaient ŽtŽ oubliŽs. Tout le monde Žtait devenu politiquement correct. LÕagressivitŽ, par exemple, jugŽe vertu socialement rŽprŽhensible, avait ŽtŽ compltement ŽvacuŽe du bagage gŽnŽtique humain.

 

Ce qui fait que la rŽvolte des poules Žtait observŽe de faon totalement sto•que et passive par tous les habitants de Futurville. Ceux qui feignaient de sÕy opposer Žtaient becquetŽs ˆ mort ou bombardŽs dÕoeufs et de fientes.

 

Les poules sÕemparrent bient™t des mŽdias et se mirent ˆ diffuser des messages caquetŽs. Beaucoup dÕhumains ne virent mme pas la diffŽrence.  Certains tŽlŽromans, en particulier, demeurrent remarquablement similaires.

 

Les poules rŽclamrent bient™t le droit de vote, et lÕobtinrent. Comme leur nombre dŽpassait celui des humains, une nouvelle dŽmocratie naquit o les Droits de la Poule prŽvalaient sur ceux de lÕHomme.

 

Le barbecue fut aboli et remplacŽ par le tofu. La moitiŽ des hommes de la plante se suicidrent.

 

Les poules rŽgnaient dŽsormais sur la Terre. Ce nouvel ordre caquetant constituait la culmination de quelques milliards dÕannŽes dՎvolution.

 

Les manipulations gŽnŽtiques avaient gŽnŽrŽ un monde parfait, trop parfait. Il avait fallu quÕune erreur se produise: on avait sous-estimŽ les capacitŽs intellectuelles des poules. 

 

Aprs les dinosaures, il y eut les hommes, et aprs les hommes, il y eut les poules.

 

Quelques millions dÕannŽes passrent puis un mŽtŽorite frappa la Terre.  En quelques jours, lÕatmosphre se changea en vŽritable fournaise, puis la plante devint glaciale. Toute forme de vie gela net en quelques heures.

 

Bien plus tard, des voyageurs interstellaires affamŽs dŽbarqurent sur Terre.

 

Ils furent abasourdis de trouver partout en abondance du poulet tranchŽ, cuit, congelŽ.

 

 

Antoine Barbour

- 30 -  ----------O--------------

----------------O------------------------------------

La LISULF, OBE. Chronologie de nos Žchanges...

***** *...avec l'ARC et son Ministre.

Anonyme, Diane Lebouthillier, Mario Savard, Kathy Hawara, Robert Delaney, Camille Laurin, Jacques-Yvan Morin, Larkin Kerwin, Thierry Leroux-Demers, Pierre Demers et autres.

Aspects politiques.

En partie Žcrit de mŽmoire.

 

1980.

La rencontre de fondation de la LISULF eut lieu le 10 dŽcembre 1979. Peu aprs eut lieu l'enregistrement auprs du QuŽbec comme corporation sans buts lucratifs OSBL, et nous reumes copie de notre Charte quŽbŽcoise, datŽe de janvier 1980.

 

1981, 1982.

En 1981, nous fžmes admis comme OBE Organisme de Bienfaisance EnregistrŽ par l'ARC, avec le pouvoir d'Žmettre des RPFI acceptŽs par les 2 fiscs, Ottaea et QuŽbec.

 

Alors eut lieu ˆ MontrŽal le grand colloque le congrs sur l'avenir du franais dans les communications techniques et scientifiques, publiŽs en  en 1982. Les thses des politiques linguistiques en Belgique, en France, au QuŽbec et au Canada  furent discutŽes entre autres par des membres de la LISULF. La LISULF fit para”tre le Manifeste de MontrŽal. Une doctrine fut formulŽe par le Professeur Larkin Kerwin de l'UniversitŽ Laval, alors PrŽsident du trs canadien Conseil National des Recherches du Canada: "Tout ce que je peux dire, c'est que vous pouvez publier en anglais ou en franais".

 

Le Gouvernement du QuŽbec intervint par une mesure favorisant rŽsolument le franais: un comitŽ binatipnal France-QuŽbec fut formŽ, comprenant entre autres le professeur Michel Bergeron de l'UdeM, qui fit para”tre depuis ce temps Bio-MŽdecine, entirement franais sauf des rŽsumes en anglais. Elle acepte des articles de revue, excluant des primeurs originales. RŽf. 1.

 

Ë ce moment-lˆ, le rŽdacteur de ces lignes PiD ne comprenait pas l'importance et la gravitŽ de la rŽforme Pierre Trudeau du statut du franais et du QuŽbec, ce fut la nuit des longs couteaux. Le QuŽbec  FUT EXCLU du Canada., le Canada , sa Cour Suprme y exercent une autoritŽ de facto.

 

Les annŽes depuis 1982.

(Brouillon)

Depuis ce temps, toute promotion du franais est un acte nŽcessairement politique. Qu'il le soit de nos jours n'est pas une nouveautŽ. La Loi Toubon en France a ŽtŽ ridIculisŽe et est un Žchec quant aux publications scientifiques. Le Gouvernent de la France, comme celui de Jacques Parizeau a fait de l'utilisation d'une langue ou d'une autre, une affaire de choix individuel, mais les seuls pŽriodiques disponibles avec comitŽ de lecture exigent l'anglais. Mme Yves Gingras reste muet sur cette question et ignore dans ses travaux sur l'histoire des sciences au QuŽbec, mes dizaines de publications en franais, sur le systme du quŽbŽcium mais fait mention de certaines parues il y a des dŽcennies, dont plusieurs en anglais..

 

Correspondance depuis 2013. Ë venir. RŽf. 2

 

RŽvocation en 2016.

 

Voyez ce No *****  ***. Plusieurs pages, mais ne rŽpond pas ˆ nos questions.

 

RŽfŽrences.

 

RŽf. 1. Avenir du franais... Gouvernement du QuŽbec1981-3

http://www.cslf.gouv.qc.ca/bibliotheque-virtuelle/publication-html/?tx_iggcpplus_pi4%5Bfile%5D=publications/pubd111/d111-iii.html -

 

L'AVENIR DU FRAN‚AISDANS LES PUBLICATIONSET LES COMMUNICATIONSSCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES Volume I   

 

Le prof. Michel Berderon de l'UdeM vudrait-il nois orŽciser quel est et a ŽtŽ  le statut du franaisdans cette revue qu'il a beaucoupconribuŽ ˆ crŽer et ˆ diruger depuis 1982?

 

RŽf. 2. Des RŽfŽrences dans Science et Francophonie. Le nombre d'astŽrisques dŽsigne l'article ˆ l'intŽrieur du NumŽro.

SF043  ****   *****

SF046  *  **  ***  ****  *****  ***** **

SF047  *****  *   ***** *****   **

SF048  *****  ***

SF049 *  ***** ***

- 30 -  ----------O--------------

----------------O------------------------------------

Les chroniques historiques de S&F. DŽbut. No 1.

***** **Chevalier de Lorimier .

Annonce. Chronique nouvelle.

.

 

Prison de MontrŽal, 14 fŽvrier 1839, ˆ 11 heures du soir.    Puissent-elles vous dŽmontrer ce que vous devez attendre du gouvernement anglais!

Vive la libertŽ, vive l'indŽpendance! CHEVALIER DE LORIMIER.

 

. Description : Macintosh HD:Users:pierre1:Desktop:ChevalierdeI2016-05-20 à 09.36.59.png .

Fg. 1. CHEVALIER DE LORIMIER.

Prison de MontrŽal, 14 fŽvrier 1839, ˆ 11 heures du soir.

Le public et mes amis en particulier, attendent peut-tre une dŽclaration sincre de mes sentiments. Ë l'heure fatale qui doit nous sŽparer de la terre, les opinions sont toujours regardŽes et reues avec plus d`impartialitŽ. L'homme chrŽtien se dŽpouille en ce moment du voile qui a obscurci beaucoup de ses actions, pour se laisser voir en plein jour. L'intŽrt et les passions expirent avec sa dŽpouille mortelle. Pour ma part, ˆ la veille de rendre mon esprit ˆ son crŽateur, je dŽsire faire conna”tre ce que je ressens et ce que je pense. Je ne prendrais pas ce parti, si je ne craignais qu'on ne reprŽsent‰t mes sentiments sous un faux jour; on sait que le mort ne parle plus, et la mme raison d'Žtat qui me fait expier sur l'Žchafaud ma conduite politique pourrait bien forger des contes ˆ mon sujet. J'ai le temps et le dŽsir de prŽvenir de telles fabrications et je le fais d'une manire vraie et solennelle ˆ mon heure dernire. Non pas sur l'Žchafaud, environnŽ d'une foule stupide et insatiable de sang, mais dans le silence et les rŽflexions du cachot.
Je meurs sans remords, je ne dŽsirais que le bien de mon pays dans l 'insurrection et l 'indŽpendance, mes vues et mes actions Žtaient sincres et n'ont ŽtŽ entachŽes d'aucun des crimes qui dŽshonorent l'humanitŽ et qui ne sont que trop communs dans l'effervescence de passions dŽcha”nŽes. Depuis 17 ˆ 18 ans, j'ai pris une part active dans presque tous les mouvements populaires, et toujours avec conviction et sincŽritŽ. Mes efforts ont ŽtŽ pour indŽpendance de mes compatriotes; nous avons ŽtŽ malheureux jusqu'ˆ ce jour. La mort a dŽjˆ dŽcimŽ plusieurs de mes collaborateurs. Beaucoup gŽmissent dans les fers, un plus grand nombre sur la terre d'exil avec leurs propriŽtŽs dŽtruites, leurs familles abandonnŽes sans ressources aux rigueurs d'un hiver canadien.
MalgrŽ tant d'infortune, mon coeur entretient encore du courage et des espŽrances pour l'avenir, mes amis et mes enfants verront de meilleurs jours, ils seront libres. Un pressentiment certain, ma conscience tranquille me l'assurent. Voilˆ ce qui me remplit de joie, quand tout est dŽsolation et douleur autour de moi. Les plaies de mon pays se cicatriseront aprs les malheurs de l'anarchie et d'une rŽvolution sanglante. Le paisible canadien verra rena”tre le bonheur et la libertŽ sur le Saint-Laurent; tout concourt Je laisse des enfants qui n'ont pour hŽritage que le souvenir

ˆ ce but, les exŽcutions mmes, le sang et les larmes versŽs sur l'autel de la libertŽ arrosent aujourd'hui les racines de l'arbre qui fera flotter le drapeau marquŽ de deux Žtoiles des Canadiensde mes malheurs. Pauvres orphelins, c'est vous que je plains, c'est vous que la main ensanglantŽe et arbitraire de la loi martiale frappe par ma mort. Vous n'aurez pas connu les douceurs et les avantages d'embrasser votre pre aux jours d'allŽgresse, aux jours de ftes! Quand votre raison vous permettra de rŽflŽchir, vous verrez votre pre qui a expiŽ sur le gibet des actions qui ont immortalisŽ d'autres hommes plus heureux. Le crime de votre pre est dans l'irrŽussite. Si le succs eut accompagnŽ ses tentatives, on eut honorŽ ses actions d'une mention honorable. "Le crime et non pas l'Žchafaud fait la honte." Des hommes, d'un mŽrite supŽrieur au mien ont battu la triste voie qui me reste ˆ parcourir de la prison obscure au gibet. Pauvres enfants! vous n'aurez plus qu'une mre tendre et dŽsolŽe pour soutien. Si ma mort et mes sacrifices vous rŽduisent ˆ l'indigence, demandez quelque fois en mon nom, je ne fus jamais insensible aux malheurs de mes semblables.
Quant ˆ vous, mes compatriotes, mon exŽcution et celle de mes compatriotes d'Žchafaud vous seront utiles. Puissent-elles vous dŽmontrer ce que vous devez attendre du gouvernement anglais!... Je n'ai plus que quelques heures ˆ vivre, et j'ai voulu partager ce temps prŽcieux entre mes devoirs religieux et ceux dus ˆ mes compatriotes. Pour eux je meurs sur le gibet de la mort inf‰me du meurtrier, pour eux je me sŽpare de mes jeunes enfants et de mon Žpouse sans autre appui, et pour eux je meurs en m'Žcriant: Vive la libertŽ, vive l'indŽpendance!

CHEVALIER DE LORIMIER.

 

.Description : Macintosh HD:Users:pierre1:Desktop:6.Captures d'écran:Chevalierbis2016-05-20 à 11.47.03.png.

Fig. 2. Le 15 fŽvrier 1838.

 

RŽfŽrence.

 

RŽf. 1.  RŽf. 1993. http://www.republiquelibre.org/cousture/LORIM.HTM

Testament politique de Chevalier de Lorimier.

 

- 30 -  ----------O--------------

----------------O------------------------------------

Les chroniques historiques de S&F. No 2 ˆ venir.

***** **Gilles RhŽaume ˆ l'ONU.

Annonce.

Le texte au prochain numŽro.
.

 

MŽmoire dŽposŽ ˆ l'ONU et adressŽ ˆ tous les dŽmocrates par

 

 

Gilles RhŽaume

Professeur de philosophie Directeur de l'Institut d'Žtudes des politiques linguistiques PrŽsident de la ConfŽrence des peuples de langue franaise (1982-1985)

PrŽsident du Mouvement souverainiste du QuŽbec

Les violations par le Canada des droits politiques des QuŽbŽcois.Vlan

ÇCe n'est pas dans la nature des choses que les Franais du Canada vivent Žternellement sous la domination des Anglais.È

Charles de Gaulle

Septembre 2000 6595, rue Saint-Hubert, MontrŽal, ƒtat du QuŽbec (Canada) H2S 3P5 Courriel: gilles_rheaume@moncourrier.com

- 30 -  ----------O--------------

----------------O------------------------------------

Vlan! ƒpouvantable? 16 mai 2016. RŽvocation....

***** ***Courrier recommandŽ.

Robert Delaney.

...de l'enregistrement comme OBE.

 

NDLR. Nous accusons rŽception et nous attendons rŽponses ˆ nos questions. Bien sžr, la question prŽalable: le QuŽbec fait-il partie du Canada de 1982? PiD.

20V2016

 

Description : Macintosh HD:Users:pierre1:Desktop:4.Numérisé:2016_05_19_21_35_41_OCR.pdf

 

Description : Macintosh HD:Users:pierre1:Desktop:4.Numérisé:2016_05_19_21_37_54_OCR.pdf

 

 

. Description : Macintosh HD:Users:pierre1:Desktop:4.Numérisé:2016_05_19_21_38_15_OCR.pdf

 

.Description : Macintosh HD:Users:pierre1:Desktop:4.Numérisé:2016_05_19_21_38_38_OCR.pdf .

, Description : Macintosh HD:Users:pierre1:Desktop:4.Numérisé:2016_05_19_21_38_57_OCR.pdf ,

,  Description : Macintosh HD:Users:pierre1:Desktop:4.Numérisé:2016_05_19_21_39_12_OCR.pdf,

. Description : Macintosh HD:Users:pierre1:Desktop:4.Numérisé:2016_05_19_21_39_31_OCR.pdf .

. Description : Macintosh HD:Users:pierre1:Desktop:4.Numérisé:2016_05_19_21_39_51_OCR.pdf .

.  Description : Macintosh HD:Users:pierre1:Desktop:4.Numérisé:2016_05_19_21_40_15_OCR.pdf.

- 30 -  ----------O--------------

----------------O------------------------------------

****** ****Votre cotisation 2016.

Grande campagne de cotisations.

Tous ensemble en 2016.

Pour le franais en science.

Pour la libŽration nationale.

Nous avons des chances de rŽussir.

Imprimez et employez ce formulaire ou encore, envoyez votre chque 25$ Can ou 25 Euros avec vos adresse, No de tŽlŽphone et adresse courriel ordre LISULF ˆ 1200 Latour, Saint-Laurent  Qc H4L 4S4   514 747 2308.

Cotisation corporative 200$ Can ou 200 Euros. Pour universitŽs, institutions, communes, arrondissements.

ƒtudiant 10$ Can ou 10 Euros.

Don : illimitŽ.

Sincre mais trop pauvre? Quand mme! 0$ Can ou 0 Euro.


 16 mai 2016: la LISULF cesse d'Žmettre des RPFI¥

- 30 -  ----------O--------------

----------------O------------------------------------

-      30 –